Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

PATIA 2019 : La Chambre de commerce lance une compétition pour entreprises

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Etienne Lankoandé (stagiaire) • mardi 9 avril 2019 à 18h23min
PATIA 2019 : La Chambre de commerce lance une compétition pour entreprises

La Chambre de commerce, d’industrie et de l’artisanat du Burkina Faso (CCI-BF) a procédé au lancement d’une compétition pour micro, petites et moyennes entreprises, dénommée Projet d’appui à la transformation industrielle et artisanale (PATIA). La cérémonie de lancement officiel de le PATIA 2019 a eu lieu le mardi 9 avril 2019 et présidée par Mamady Sanoh, premier vice-président de la CCI-BF.

Promouvoir le secteur de la transformation industrielle et artisanale comme levier du développement économique et social, en soutenant les entreprises à fort potentiel de croissance est une ambition que développe désormais la Chambre de commerce pour appuyer l’économie nationale. C’est pourquoi, en réponse à l’engagement pris au dernier symposium sur l’industrie burkinabé, de renforcer sa contribution à l’effort de transformation industrielle et artisanale de l’économie du Burkina Faso, la chambre consulaire a lancé, le mardi 9 avril 2019, la première session d’une compétition nationale pour un projet d’appui à la valorisation industrielle et artisanale des produits locaux.

Dénommée Projet d’appui à la transformation industrielle et artisanale (PATIA), l’édition de 2019 va primer douze entreprises réparties en cinq micro-entreprises, cinq petites entreprises et deux moyennes entreprises. Les cinq micro- entreprises auront chacune 4 millions de F CFA, les petites entreprises 6 millions de F CFA chacune et enfin les moyennes 10 millions de F CFA chacune, soit un total de 70 millions de F CFA.

Le premier vice-président de la CCI-BF, Mamady Sanoh, a indiqué que le « PATIA est une compétition de projets de développement d’entreprises, qui permettra aux lauréats, de bénéficier d’un accompagnement de la Chambre de commerce, pour la protection, la mise aux normes et la labellisation de leurs produits par des structures spécialisées en la matière. Ils bénéficieront en outre d’un accompagnement de l’institution consulaire pour leur participation à des foires et salons internationaux, ainsi que pour la distribution des produits dans les magasins et grandes surfaces ».

Il a précisé que ce ne sera pas de la liquidité qui sera remise aux entreprises suivant leur catégorie, mais un paquet de services déterminés en fonction du projet de développement de l’entreprise. Il a conclu en déclarant que l’objectif est d’une part de contribuer à accélérer la transformation industrielle et artisanale comme levier du développement économique et social du pays et d’autre part, d’identifier des entreprises transformatrices focalisées sur l’accélération de la transformation agro-sylvo-pastorale et artisanale, à fort potentiel de croissance afin de leur apporter un accompagnement susceptible de renforcer la qualité, la visibilité et la compétitivité de leurs productions.

Patricia Badolo, directrice générale adjointe de la CCI-BF, présentant l’initiative PATIA 2019, a expliqué les conditions d’éligibilités pour les différentes catégories d’entreprises qui doivent tout d’abord réunir les conditions légales requises pour être une entreprise.

Les micro-entreprises devraient disposer d’un effectif inférieur à 10 employés et réaliser un chiffre d’affaires annuel inférieur ou égal à 15 millions de F CFA hors taxe, les petites entreprises un effectif compris entre dix et trente employés permanents et un chiffre d’affaires compris entre 15 et 30 millions de F CFA. Enfin les moyennes entreprises doivent avoir un effectif compris entre 30 et 100 employés permanents et faire un chiffre d’affaires annuel compris entre 50 millions et un milliard de F CFA.

Le PATIA 2019 se déroulera d’avril à juin 2019 et la date limite de dépôt des dossiers, prévue le 9 mai 2019.

Etienne Lankoandé (stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
UEMOA-Burkina : Les projets et programmes communautaires passés à la loupe
Crise du fonds commun : Faut-il licencier ou renégocier ? Les internautes se prononcent
Emprunt Obligataire : l’Etat burkinabé veut mobiliser 75 milliards de F CFA à travers la SGI Coris Bourse
Banque africaine de développement : Plus de 1 000 milliards de F CFA accordés au Burkina depuis 1970
Fronde sociale au MINEFID : Il est temps que le président du Faso prenne ses responsabilités
Bobo-Dioulasso : Les douaniers s’imprègnent du système d’interconnexion Burkina-Côte d’Ivoire
PATIA 2019 : La Chambre de commerce lance une compétition pour entreprises
Propos tenus par des commerçants sur la SAP : La clarification de la Direction générale
Développement : La Banque mondiale renforce son soutien aux Centres d’excellence régionaux africains
Transit : La douane burkinabè veut réduire de moitié le temps de passage aux frontières
Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales : Le DG fait le bilan de ses 100 premiers jours
Economie : La BCEAO note une résilience de l’économie burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés