Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Transit : La douane burkinabè veut réduire de moitié le temps de passage aux frontières

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 7 avril 2019 à 15h00min
Transit : La douane burkinabè veut réduire de moitié le temps de passage aux frontières

La direction générale des douanes a réuni ses partenaires et ses techniciens pour une rencontre d’information sur les récentes innovations entreprises par la douane burkinabè pour faciliter le transit routier des marchandises. La rencontre a eu lieu le vendredi 5 avril 2019, et a été présidée par le directeur général de la douane, Adama Sawadogo.

Réduire de moitié le temps de passage des véhicules au niveau des frontières et optimiser l’efficacité des services des douanes, ce sont entre autres les objectifs poursuivis par la douane à travers le système d’interconnexion entre la Côte d’Ivoire et le Burkina.

Ainsi, la direction générale des douanes du Burkina Faso a réuni ses partenaires, le vendredi 5 avril 2019, en vue de présenter ce système d’interconnexion mis en place entre le Burkina et la Côte d’Ivoire et aussi entre le Burkina et le Togo.

Désormais, les véhicules transporteurs de marchandises se font enregistrer au pays de départ où ils effectuent un paiement unique des frais de douane. Un document unique leur est remis pour servir de permis de passage au niveau des postes de contrôle intermédiaires. « C’est un système qui doit permettre qu’il n’y ait pas de rupture de charges quant aux opérations de transit des marchandises sur le corridor. Le véhicule qui s’enregistre en Côte d’Ivoire est automatiquement enregistré au niveau national grâce au système d’interconnexion.

Et il n’y aura plus de nouvelles formalités, que ce soit au niveau du bureau de sortie en Côte d’Ivoire ou au niveau de notre bureau d’entrée au Burkina qui est à Niangoloko », a expliqué Adama Sawadogo, le directeur général de la douane. Selon lui, les formalités au niveau des frontières vont consister à marquer le passage du véhicule et transmettre l’information aux deux postes centraux, celui de départ et celui de destination.

S’il y a un pays intermédiaire, il n’y aurait pas d’autres types de formalités que l’enregistrement du passage du véhicule. A destination, les services des douanes vérifient la conformité, et le véhicule est libéré. L’objectif étant de faciliter le transit des marchandises et réduire le temps de passage aux frontières d’environ 50%. C’est une innovation qui a été rendue possible grâce à l’expertise des informaticiens burkinabè et ivoiriens, se réjoui le directeur Adama Sawadogo. « Pour l’instant, c’est l’interconnexion entre le Burkina et la Côte d’Ivoire qui est la plus avancée que celle qui nous lie au Togo », ajoute-t-il.

La direction générale ajoute que l’objectif de la CEDEAO est d’instaurer cette interconnexion entre tous les pays de l’espace communautaire, à l’horizon 2020. C’est un dispositif qui avait été pensé en 1982, avec la « Convention trio » signée entre les chefs d’Etat des pays membres de la CEDEAO, sauf qu’il n’était pas informatisé.

La phase pilote du système a été lancée depuis 2009 et la douane souhaite faire chaque pas avec ses partenaires, d’où cet outil pour leur permettre de gagner en temps et en économie. Tout compte fait, c’est l’économie d’un pays enclavé comme le Burkina Faso, où les marchandises transitent massivement par les frontières avec ses six pays voisins, qui capitalise un gain important. L’association des transitaires dit accueillir le nouveau système avec joie, parce qu’il viendra alléger les lourdeurs administratives.

Selon leur président, Julien Zoungrana, l’association va à son tour s’organiser pour mieux s’adapter à l’innovation. Pour la direction générale de la douane, un changement d’une telle envergure va nécessiter des changements d’habitudes et même de façons de travailler. Qu’à cela ne tienne, les avantages surplombent les inconvénients et il est inutile de tenter une quelconque dissuasion du processus en cours.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
CASEM 2019 du MINEFID : Un taux de recouvrement de 99,31% au premier trimestre
Inclusion financière : Les opportunités du digital, l’opération de charme de l’UNCDF
Filière coton : Tirer les leçons des privatisations dans l’espace UEMOA et au Tchad
Chambre de commerce et d’industrie du Burkina : La relance du club de presse au menu d’un dîner
Street marketing weeks : La 1ère édition se tiendra du 4 juin au 8 novembre 2019
Union économique et monétaire ouest-africaine : Un niveau de récoltes globalement satisfaisant
Mise en garde du CREPMF contre les arnaques : Léopold Ouédraogo de l’antenne nationale de la BRVM apporte des éclaircissements
Labellisation du Faso Danfani : Une arme pour lutter contre la contrefaçon
Mises en garde contre les arnaques financières : Le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina se prononce
Échangeur du Nord : « L’échangeur a permis la fluidité de la circulation, mais le pôle économique de Tampouy est détruit », selon un riverain
Banque mondiale-Burkina Faso : Trois accords de financement pour renforcer la politique économique et sociale
Professionnels des banques : L’heure est à la vulgarisation des cartes bancaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés