Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso : 72 heures de récréation utile

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Haoua Touré • mardi 19 mars 2019 à 18h30min
Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso : 72 heures de récréation utile

Afin de se soustraire un tant soit peu des cours, les élèves de l’Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso ont organisé les 72 heures de l’établissement, à travers des activités socioculturelles et sportives, du 14 au 16 mars 2019.

Les élèves de l’Ecole nationale de santé publique de Bobo-Dioulasso ont tenu leurs premières journées culturelles et sportives du 14 au 16 mars 2019. A l’occasion, diverses activités ont été organisées telles que des conférences (animées par le Docteur Traoré sur le thème ’’ENSP et système LMD’’ et le Directeur Régional de la Douane Ousseni Touré sur la ’’problématique des stupéfiants sur la jeunesse’’), un cross populaire, une journée de salubrité, une grande kermesse, des prestations d’artistes, l’élection miss ENSP, des séances de don de sang et de dépistage et une nuit culturelle.

Ousseni Touré Directeur Régional de la Douane des Hauts-Bassins

Pour le délégué général adjoint de l’ENSP, Yves Kobié, l’organisation de ces 72 heures de l’école est la preuve que les élèves peuvent aussi mener d’autres activités en dehors des cours. Pour lui, les conférences ont été très enrichissantes, surtout celle sur le thème ‘’la problématique des drogues et stupéfiants’’ qui leur a permis en tant que médecins ou infirmiers de mieux comprendre les dangers de la drogue et des médicaments de la rue et leurs inconvénients sur les populations.

Yves Kobié délégué général adjoint de l’ENSP

A la faveur de ces conférences, témoigne le Délégué général adjoint de l’ENSP, « nous avons pu échanger avec les communicateurs pour nous imprégner de l’état des lieux sur la drogue et les stupéfiants en Afrique et au Burkina et sur l’ampleur du fléau et la politique adoptée par l’Etat en la matière ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Enseignement secondaire : Les examens blancs en voie de suppression
Commune d’Arbollé : « Il n’y a pas de crise d’eau », se défend le maire Boureima Ouédraogo
Assemblée nationale : Le HCRUN plaide pour la réconciliation nationale
Lutte contre le paludisme : « Maïa », la pommade anti-moustiques made in Burkina
Couverture sanitaire universelle : L’Union européenne apporte son appui
Collectivités territoriales : La commune de Diabo s’inspire de l’expérience béninoise
Arrêt de travail des avocats : Des perspectives d’un dénouement
Accès au logement : Une coalition d’associations demande l’apurement du passif foncier
Lutte contre le paludisme : 10 millions de moustiquaires seront distribuées à partir de juin
Union des producteurs semenciers du Burkina : Inoussa Ouédraogo prend les commandes
Médecins en spécialisation : Les arriérés de bourses PROFOS persistent
Justice : Les avocats du Burkina en grève du 23 au 26 avril
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés