Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

Accueil > Actualités > Opinions • Par Mamadou Djibo • mardi 12 mars 2019 à 18h35min
Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

Cette tribune de Mamadou Djibo Baanè-Badikiranè, philosophe, est un plaidoyer pour la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo à la présidentielle de 2020.

Cette candidature est celle de la décence, de l’honneur de notre pays et, assurément, de son ambition de relancer l’espoir, de concilier ses enfants avec les impératifs de réconciliation pour le rassemblement autour des vrais enjeux de développement. Cette candidature soulève beaucoup d’enthousiasme au sein des troupes de son parti. Et bien plus, elle galvanise les patriotes et les démocrates burkinabè en attente d’un profil de compétence, de responsabilité et de décence pour relever l’honneur meurtri de notre patrie commune.

Notre Faso est en plein doute existentiel, plongé comme jamais dans des impasses haineuses, de malveillance, de volonté mauvaise. Pour la promotion de l’intérêt général burkinabè et l’intérêt de la paix, il nous faudra un homme d’expérience et de convivialité pour transcender nos divergences et accepter nos options politiques différentes. Les partisans du CDP, attachés à la ligne légitimiste qu’incarnent l’honorable magistrat Boureima Badini, le banquier émérite Léonce Koné, le professeur Jean Koulidiati, le maire Salia Sanou et la masse compacte des militants et sympathisants, disposent désormais, d’un homme qui a l’étoffe de la haute charge au Faso. Il posera, c’est ma ferme conviction, le diagnostic lucide de la situation désespérante dans laquelle se trouve notre pays bien-aimé.

Nous avons besoin de changer le leadership national en 2020. Kadré Désiré Ouédraogo est le candidat qui saura construire une coalition politique transpartisane et transgénérationnelle pour imposer des élections libres, transparentes, inclusives, paisibles et crédibles. Il est porteur d’une offre politique alternative crédible pour rassembler les Burkinabè autour de l’Etat de droit consolidé, de la bonne gouvernance, du retour de nos frères exilés au bercail et des retrouvailles fraternelles.

Il saura exercer le mandat de Président du Faso avec sagesse, courtoisie, et expérience politique. Ses qualités managériales et son tact humain ont été testés et sont attestés. Il incarnera l’Etat juste au nom du Burkina pour tous.
Kadré Désiré Ouédraogo saura s’entourer d’une équipe de vaillants étalons de volonté inoxydable, de compétents, de patriotes avisés et de sang neuf pour embrayer, de nouveau, les chemins du progrès social par un Etat fort, démocratique, efficace et juste.

Efficace et juste dans l’exacte mesure où le Burkinabè lambda est un citoyen patient, travailleur et parce qu’il attache beaucoup de prix au traitement équitable de tous, à la défense sourcilleuse de son honneur et de ce fait, l’honneur de la patrie pour faire face au péril sécuritaire. Au sortir d’une transition quasi confessionnelle et biaisée dont le suprême enjeu a consisté à bidouiller les textes en vue d’exclure les opposants, à tarabiscoter la Constitution, à l’avoir suspendue, frauduleusement, aux fins de servir les puissants du moment, il sied de revenir à la doctrine de l’Etat fort et impartial, de rétablir la décence au cœur de la gouvernance, d’opter pour un régime décent au service du Bien commun : la République et la sauvegarde de notre intégrité territoriale. La prospérité partagée sera alors notre horizon d’attente.

L’exubérance des enflures populistes d’il y a si peu a oblitéré les capacités nationales d’analyse lucide et patriotique. Ensemble, mettons-nous en mouvement pour servir la concorde nationale et la stabilité avec Kadré Désiré Ouédraogo. Le Burkina ne cherche pas l’homme providentiel. Il a surtout besoin d’un étalon pour porter l’Espoir !

Le processus démocratique qui a été tronqué au profit des professionnels de l’insurrection a trahi le processus démocratique sur lequel tous les citoyens pouvaient s’accorder au nom de notre tradition de paix et d’unité. La consolidation de la politique d’influence que notre pays a engagée sous le leadership fort du Président Blaise Compaoré, et ceci en disproportion totale avec sa taille économique réelle, a été abandonnée. Nos acquis fragiles furent, de facto, mis en banqueroute. L’insolite, la pusillanimité, la partisannerie abjecte, les anathèmes sont devenus notre lot commun. Que de désolation !

Kadré Désiré Ouédraogo impulsera, j’en suis convaincu, un leadership collectif, exemplaire et préparera avec responsabilité, une nouvelle génération de patriotes et de bâtisseurs du Faso. Parce que notre pays est dans des mains dilettantes, ce vrombissement inaudible de gouvernement, le changement de leadership national sied. Arrêtons maintenant la note de la banqueroute !

La situation actuelle est certes imputable à notre aveuglement individuel et collectif d’antan. Nous nous sommes totalement mépris sur le socle fragile de notre économie, de nos ressources naturelles limitées. Nous avons hypostasié nos haines interpersonnelles dérisoires, thésaurisé nos rancunes et cru en des conjectures subrepticement baptisées « Solutions ». Seuls le travail et la discipline paient. Les présidents Ouezzin Coulibaly, Maurice Yaméogo, El Hadj Aboubacar Sangoulé Lamizana, Gérard Kango Ouédraogo et les généraux Baba Sy, Marc Garango et les quatre officiers Sankara, Compaoré, Lingani et Zongo, les coordonnateurs du Faso, tous ont toujours mis en avant, la patrie et l’égalité citoyenne.

Notre génération, désormais, a le devoir de nous donner un vrai chef charismatique, un authentique leadership de prépondérance alterné, au besoin, avec celui de coalition en fonction de la nécessité du moment mais toujours pour conjurer nos propres misères, mettre fin aux divisions puériles et réaffirmer la solidarité intergénérationnelle, la compassion de la Nation.

Certes, le Burkina Faso dispose d’un capital humain de qualité et d’un capital d’estime insoupçonné hors de nos frontières comme pays de vaillance, de résilience culturelle, un pays d’identité forte et de volonté nationale décisoire, le pays africain qui sait trancher dans le vif pour lever les impasses destinales.

Mais le Faso est en danger. La division, l’intolérance, le sectarisme, les prévarications, la fainéantise et cet incivisme digne de l’état de nature, ces milices koglweogos et maintenant, ce pogrom abominable de Yirgou. Assez ! Nul ne peut raisonnablement s’exonérer du devoir de vigilance. Autant de mauvais indicateurs qui doivent interpeller notre conscience comme peuple, nous Burkinabè, ce pays africain de courage dont la foi destinale est l’intégrité.

L’heure n’est plus aux abjectes rivalités interpersonnelles de la génération sortante, celle qui confisque le pouvoir d’Etat depuis 1982 comme caste de faux compétents, de politiciens véreux et de révolutionnaires professionnels, ces rentiers perpétuels de la République. Il faut refaire notre démocratie avec un homme d’Etat policé, courtois et pleinement en phase avec les enjeux ! Kadré Désiré Ouédraogo est le profil de consensus, le moins clivant issu de la génération de 1982. Il saura transmettre le témoin à un autre enfant digne.

Notre pays est à un tournant décisif. Je le souhaite transgénérationnel, transpartisan et panafricaniste. Demandeurs, nous sommes, d’un destin solidaire et fraternel sculpté par la vaillance de notre peuple courageux comme le Ditanyé nous l’ordonne et conforme au testament politique du Professeur Ki-Zerbo. L’intérêt national, le nôtre, est promu seulement par nos choix responsables et la voie démocratique.

Refaire notre démocratie pour qu’elle soit participative et citoyenne, exiger le meilleur, tout le meilleur pour notre patrie, nos yeux rivés sur l’horizon d’attente qu’est le bon gouvernement. Nous exigerons la redevabilité du Président du Faso au planton de la République ; la tolérance, la réconciliation pour le rassemblement de tous les fils et filles du Faso et la bienveillance fraternelle pour tous. Comme citoyens, citoyennes et comme communauté nationale, nous devons vaincre nos obstacles psychologiques et objectifs pour mieux nous connecter avec les enjeux de l’émancipation comme enjeux du développement endogène.

Lorsque le pays, le nôtre, est aux confluences de tant de défis, de l’exigence de dessiner, de réaliser les innovations sociales, politiques, de donner chair au patriotisme intègre et de renvoyer tous les partisans de tous bords à l’universel Etat, à la règle de droit et de la bonne gouvernance, le changement de cap est impératif. Notre service public doit reposer sur la confiance du peuple souverain. Il doit de ce fait se réinventer pour la mériter et servir nos champions nationaux dans tous les secteurs socio-économiques. Servir l’intérêt général ! Restons connectés à l’intelligence et aux nécessités du moment.

L’art de gouverner réside, disait le président John Fitzgerald Kennedy, en celui de savoir bien s’entourer des meilleurs de la société que l’on voudrait diriger. Il s’ensuit que la question primordiale burkinabè est alors celle de trouver ce citoyen, pétri de talents, soucieux des chantiers de la concorde et de l’équité de traitement des citoyens et assez attaché au sort de ses compatriotes, au sol national, la terre des ancêtres. Puisque la charge incombe à celui-là de savoir s’entourer des meilleurs dans tous les secteurs pour conjurer la partisannerie vile des coquins qui s’entichent des copains pour former un clan de prédateurs contre l’intérêt général et l’intérêt de la paix et la stabilité.

Ma conviction est faite. Cet homme d’Etat existe. Il est l’un des nôtres, compétent et attaché viscéralement au sort du Burkina Faso et de ses enfants, notre patrie fidèle à sa promesse de demeurer celle des intègres. Il a été notre serviteur comme Premier ministre. Patriote africain, il a servi les citoyens de la CEDEAO avec honneur et intégrité. Essayons le meilleur étalon du moment. Accompagnons le Premier ministre Kadré Désiré Ouédraogo dans sa volonté ferme de servir le bien commun, notre unique et précieux bien commun : le Burkina Faso pour tous !

Mamadou Djibo Baanè-Badikiranè
Philosophe

Vos commentaires

  • Le 12 mars à 18:43, par huuuuuumm En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Kadre ne pourra pas rassembler car il ne pourra que faire la politique ou les volontés de ceux qui l’ont invité a être candidat. Alors que nous connaissons ceux qui l’ont invite. Sa candidature aurait été crédible s elle était le fruit de son initiative.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars à 19:21, par Nabayouga En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Djibo tu es revenu avec ton griotisme. A défaut de pouvoir defendre kouassi blaise compaore qui était ton mentor et dont l’échec dans sa volonté de tripatouillage de la constitution l’a conduit dans les poubelles de l’histoire, tu reviens au secours du cdp a travers Kadré ouedraogo. Ce fonctionnaire cynistre, insipide et sans envergure. Monsieur le philosophe, encore une fois vous allez vous tromper tout comme bous vous êtes trompé au sujet de kouassi blaise compaore desormais réfugié dans sa belle famille.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mars à 21:18, par Maria de Ziniaré En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

      Mesurez vos propos et éviter de parler des gens que vous ne connaissez pas. Ce valeureux fils du Burkina que vous qualifiez de « fonctionnaire cynistre insipide et sans envergure » est un pensionnaire de la plus prestigieuse école de commerce de France à savoir HEC ( les Burkinabè sortis de cet établissement se comptent sur le bout des doigts) il a (si ma mémoire est bonne) démissionné de la BCEAO au début de sa carrière. Il est ensuite revenu à la BCEAO en tant que Vice-gouverneur c’est à dire N°2 de l’Institution puis il a été nommé Premier Ministre après le limogeage de RMCK de ce poste. Ensuite il a été Ambassadeur auprès de l’Union européenne et du Royaume de Belgique avant d’occuper en 2012 le poste de Président de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Alors mon frère ou ma Soeur Nabayouga ayez un peu de retenu SVP. Dieu ne gratifie pas des gens sinistres insipides et sans envergure d’une telle carrière

      Répondre à ce message

      • Le 13 mars à 07:47, par Nabayouga En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

        Maria de ziniare, votre nom a lui tout seul signede votre appartenance poiltique, votre mentor comme celui kdo, est le même, celui qui a endeuillé le burkina pendant plus de 27 ans. De ce point je n’ai de lecons a recevoir de vous. D’autre part sortir de HEC n’est signe grandeur politique. Qu a t il de ces connaissances quand il etait premier ministre ? N,a t, il pas cautionné les assassinats politiques ? Je réaffirme ici que kdo n’a pas de vision politique. A travers lui cest kouassi blaise compaore, le fuyard, le criminel, l’homme sans honneur et dignité veut continuer à manipuler la politique. Apres echouer à mettre diendere au pouvoir, il veut cette fois ci proposer kdo, mais les burkinabé savent tout. Cest pourquoi kdo nest qu’un faute de mieux.

        Répondre à ce message

      • Le 13 mars à 09:54, par Nabayouga En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

        Maria de ziniare, votre nom a lui tout seul signede votre appartenance poiltique, votre mentor comme celui kdo, est le même, celui qui a endeuillé le burkina pendant plus de 27 ans. De ce point je n’ai de lecons a recevoir de vous. D’autre part sortir de HEC n’est signe grandeur politique. Qu a t il de ces connaissances quand il etait premier ministre ? N,a t, il pas cautionné les assassinats politiques ? Je réaffirme ici que kdo n’a pas de vision politique. A travers lui cest kouassi blaise compaore, le fuyard, le criminel, l’homme sans honneur et dignité veut continuer à manipuler la politique. Apres echouer à mettre diendere au pouvoir, il veut cette fois ci proposer kdo, mais les burkinabé savent tout. Cest pourquoi kdo nest qu’un faute de mieux.

        Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 22:01, par Le financier En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

      Mr Djibo a donné son point de vue et son avis sur l’eventuel candidat Kadré. Au lieu de vociferer de la sorte dites nous quel est votre choix de candidat. Votre candidat parfait, sans taches et ni reproches, c’est qui. Permettez aux uns et autres de donner leur avis, c’est un droit et soyez courtois, si votre éducation vous le permet. N’attendez pas des autres quu disent ce qui vous fera plaisir. Vous êtes un citoyen comme les autres. Un peu de respect SVP

      Répondre à ce message

    • Le 14 mars à 14:19, par AntiastiK En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

      Je m’apprêtais a supporter et encourager cette candidature de Kadre, que je considère comme tant été le meilleur PM de Blaise. L’homme est très pause et respectueux des autres. Mais quand j’ai vu ce DJIBO signer le texte, quelque chose de bizarre s’est passe en moi, et j’ai panique et j’ai dit que le faux-type la cherche a manger encore, meme s’il a ajoute deux autres sobriquets a son nom, ca ne trompe pas ceux qui ont suivi le zèle gênant de ce diplôme sans substance ni scrupule lors du débat sur cette affaire de revision pour un mandat a vie pour Blaise. Lui et les autres Nyansi, Le Cantiniste ont flatte les conseillers de Blaise qui dans son entêtement a perdu le nam. Et voila ce t énergumène fut-il docteur en philosophie qui revient chanter pour Kadre. Kadre a intérêt a interdire ce feuillet humain de s’approcher de lui. En attendant, moi, Kadre me perd comme électeur potentiel. Je préfère m’abstenir que de supporter une personne que le superficiel ventrière Djibo supporte. Il veut survivre des subsides, il se fut du Burkina ce vallet du ventre affame. Merci Nabayouga d’avoir reconnu ce veule asticot !

      Répondre à ce message

  • Le 12 mars à 19:25, par sidbala En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Après lecture de ce texte de Monsieur Djibo, je souscrit entièrement à son aspiration, il faut effectivement des Hommes et Femmes de valeurs et non des rancuniers véreux, haineux, revanchards qui n’ont des yeux et cœurs que faire rein que du mal
    Je crois avec Mr Djibo que les burkinabé encore dignes de l’être sauront en 2020 nous débarrasser de tous ces pêcheurs d’eau trouble.
    Tous ces OSC fabriqués à la solde des malfaiteurs qui mènent le pays inexorablement vers son démentellement à tous les niveaux.

    Des gens sans fois ni loi, dont l’éducation et l’instruction laissent a désirer. Nous allons vaincre les diables qui nous gouvernent.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars à 20:28, par Mafoi En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Lorsque la honte qui est un sentiment humain n’habite plus certains individus,se prostituer éhontément et à ciel ouvert dans un attentat à la pudeur ne les gène nullement pas et malheureusement ce filousophe mamadou djibo en est l’expression la plus dégoûtante,la plus ignoble.En effet après nous avoir pompé intempestivement et sans succès sur l’article 37 avec son dieu sur terre bilaise kouassi né compaoré,il rebelote cette fois-ci avec kadré désiré ouédraogo son homme providentiel.Franchement tu crois qu’en faisant ton griotisme,tu peux amener un seul électeur vers lui ?Non et non car ceux qui sont convaincus par son éventuelle candidature le voteront toujours même les yeux fermés.En fait avec ta présente sortie,tu le fais juste sans aucune conviction pour avoir simplement à manger et c’est très triste.Perso je ne te connais pas mais tu me fais pitié

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 03:36, par Abel En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

      @Mafoi, tu as l’air de garcon de la rue et quand on est garcon de la rue on ne peut pas accepter les codes de bonne manieres.Sinon comment expliquer cette haine a l’egard du prof qui donne son point de vue simplement.Decidement apprenez a respecter les autres il en va de votre propre respect et intelligence.Bien a toi

      Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 06:22, par Maria de Ziniaré En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

      Pourquoi vous vous attaquez Monsieur Mamadou DJIBO avec autant de méchanceté et de mots dégoûtants ? Le sieur n’a fait que partager son opinion sur un compatriote qu’il juge apte à piloter l’avion Burkina qui traverse des zones de turbulences dangereuses. Il a le droit d’opiner sur le devenir de son pays et si vous n’êtes pas d’accord avec son opinion déconstruisez ses arguments au lieu de s’attaquer à sa personne. Le Docteur Ablassé OUEDRAOGO le punching-ball et souffre-douleur de tous les aigris du Faso a raison quand il qualifie le Burkinabè de M3. C’est vraie que le Faso est presque un enfer pour la majorité d’entre nous qui ne trouvons même pas la queue du diable à tirer mais cette violence verbale et ces insultes gratuites au quart de tour ne nous honorent pas. Quittons dan ça. Monsieur le webmaster je mets genoux à terre pour vous demander d’aiguiser votre sabre parce la courtoisie et le respect à foutu le camp du forum de votre site qui est devenu un.....d’insanités. Par ailleurs je vous prie de bien vouloir nous ramener la version arborescente du forum qui permet de mieux restituer les échanges. Merci d’avance de votre oreille attentive.

      Répondre à ce message

  • Le 12 mars à 23:51, par Le fils du paysan En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Moi je m !appelle Monsieur tout le monde.
    Cela signifie tout simplement que je n’ai pas eu encore la chance d’ occuper de gros postes comme on le dit ; mais je constate tout simplement une chose.
    Depuis près de 16 ans ou plus que je connais Son excellence KDO , je remarque qu’en dehors des discours officiels , je n’ai jamais eu l’occasian de connaître son opinion politique personnelle sur la marche de notre jeune État.
    par exemple son opinion sur le système sanitaire du Burkina, l’education, la famille, l’Afrique et ses enjeux, notre culture, l’identité nationale, la justice, le bilan des 27 années de Son excellence Blaise Compaore, le mariage....ect.
    par contre, chaque jour nous lisons les opinions des autres hommes politiques de son calibre.
    Par exemple nous connaissons les opinions de Son excellence Melegue, de Son excellence Yonli, de son excellence Juliette Bonkoungou, de son excellence Roch Marc Christian Kabore, de son Excellence Zida, de monsieur Edi Komboigo, de l’honorable maitre Sankara, de l’honorable Bado Laurent, de l’honorable Tahirou....ect
    Cette situation m’empêche véritablement d’affirmer à haute voix que Son excellence KDO est l’homme de la situation car gouverner c’est prévoir et prévoir c’est aussi connaître la situation actuelle.
    Mon opinion personnelle est que son Excellence KDO sera plutôt l’homme du CAC 40 au regard de son brillant parcours, l’homme de Son excellence Blaise Compaore au regard de sa générosité envers lui que l’homme du citoyen lamda que je suis et qui compte sur la pluie pour joindre les deux bouts.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 00:15, par Bebeto En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    KDO comme candidat à la présidentielle, je me battrai pour qu’il perde. Pourquoi ?
    Parce que :
    1) Étant 1er Ministre, il fut l’un des manipulateur en chef du dossier Norbert Zongo pour le mettre au garage.
    2) Il était à la tête de la CEDEAO, quand cette institution est venue tenter de valider le putsh du CND
    3) Intrinséquement, il n’a aucune personnalité, c’est le prototype de larbin dont a besoin Blaise Compaoré pour continuer à téléguider l’avenir du BF à distance, dans le seul but de sauver sa tête et celui de son frère François de l’étau judiciaire.
    4) Le BF ne sera jamais un pays libre et indépendant avec lui, nous serons à la merci des autres. Quelle honte !!!
    5) KDO est en train de faire de la politique par procuration au profit de l’ex dictateur Blaise Compaoré. Honte et déshonneur à lui. En fait KDO est la toute dernière cartouche de l’ex dictateur Blaise Compaoré dans l’espoir se mettre main basse sur le BF. Mais c’est peine perdue, parce que comme lui Blaise Compaoré ex dictateur, KDO est grillé aussi. Ce qui a caractérisé KDO quand, il était Premier Ministre sous la dictature Compaoré, c’est son inertie déconcertante face à l’impunité et le mensonge permanent. Entre KDO et Herman Yaméogo, la différence n’est pas si grande. Prions Dieu que l’aventurier KDO soit effectivement candidat en 2020, il subira l’humiliation historique de sa vie terrestre par une défaite cuisante sans appel. Nous les démocrates et patriotes du BF nous attendons. KDO au grand tournant, sa défaite sera à la hauteur de ses errements et de son larbinisme à l’ex dictateur Blaise Compaoré.
    Le BF n’est pas à vendre !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 09:04, par Danton En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Hum !...Mamadou Djibo. Tout de même. Même s’ils ont des problèmes, les Burkinabé n’ont pas la mémoire si courte que cela. Hier avec ton compère Franklin Nyamsi, vous avez vociféré en vain en inondant la presse de vos longs récits indigestes pour justifier la modification de l’article 37 et un rebelottage de Blaise Compaoré ad vitam aeternam. Etienne Traoré qui fut ton prof à l’UO te rappellait sans cesse à l’ordre, mais tu n’en avais cure, sûr que tu étais d’avoir dépassé le maitre et donc tu pouvais le toiser...Finalement le Blaiso a dû vous rappeler à l’ordre, toi et Nyamsi, convaincu que vous faisiez plus de mal que de bien à sa cause. Quelques mois avant l’insurrection qui balaya son régime moribond, vous avez cessé d’écrire pour lui, laissant la tâche au seul moustachu de service, J-P Béjot. (à suivre).

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 10:46, par Yacoub En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Salut,nous ne voulons plus de vieillards comme president cest clair et net.ils n,ont plus rien comme ambition.ces politiciens de la france on en veux plus.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 13:23, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    - Nabayouga, tu fais vraiment fausse route ici et Kôrô Yamyélé

    que je suis ne partage pas du tout ton avis cette fois-ci, alors là, pas du tout !!! Maria de Ziniaré te donne juste des informations afin que tu aies un peu plus d’égards envers KDO. Elle ne dit pas autre chose et ce sont ses performances qu’elle te relate. Il n’y a absolument rien de mal à cela. Elle aurait aussi pu te dire que Kôrô Yamyélé est un grand fermier travailleur et qui mange bien et surtout naturel ! En plus elle ne fait pas allusion à Monsieur Blaise Compaoré ni à sa politique. Et toi, en hypocrite patenté (excuse-moi car c’est sort comme ça, tu plonges en parlant des crimes de Monsieur Blaise Compaoré. As-tu vraiment des preuves accablantes pour dire que Monsieur Blaise Compaoré a tué quelqu’un ? L’as-tu vu de tes propres yeux ou l’as-tu surpris entrain de tuer quelqu’un de ses mains, avec un coutelas, un sabre, une hache, un gourdin Zandé ou un fusil ? Non, mon frère arrête cette manière de réagir même si tu es du MPP !!!

    Conclusion  : Moi-même je ne supporte pas la candidature de KDO surtout que je vous à côté de lui des vieux faucons du CPD comme Boureima Badini, Léonce Koné ou Salia Sanou  !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 13:28, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    1) Cher Trompettiste de la vieille fanfare du CDP, sache que nous respectons KDO. Il a le profil d’un bon manager. Cher Trompettiste en LA Mineur, notre nation a besoin de leader et de leadership et non de manager. Dans tous les cas, Roch Marc Christian n’a pas encore echoué. Pourquoi ? Car comme le disait quelqu’un on ne peut pas courir en se grattant l’anus.
    2) Les forces de destabilisation (terrorristes, putschistes, opportunistes) ont obligé le premier regime le plus democratique de l’histoire du Burkina a être à chevauchon entre SECURITE et DEVELOPPEMENT. Or cher Trompettiste de la vieille Fanfare, Securité et Developpement sont dysnergique. En mooré on dit "laafi la bumbu". On pourrait le dire de notre nation qui a été "maladifier" par les forces de destabilisation.
    3) Si le budget de notre Etat n’avait pas été VAMPIRISE par les Destabilisateurs, Son Excellence Roch March Christian aurait certes relevé beaucoup plus de defis. Mais helas !
    "Dieu reste Burkinabè" (citation post-insurrectionnelle)

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 15:42, par SARKO En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    KDO , vous êtes l’ homme de la situation n’ en déplaise aux ignorants achetés pour déverser leur colère et dire du mal sur votre personne . Vous avez tous les bagages pour diriger ce pays . Blaise a servi ce pays avec ses qualités et ses défauts ,,même s"il a la nationalité ivoirienne il restera toujours burkinabè ; Tout le MPP lui doit. Vouvouzélas arrêtez de l’ insulter .

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 17:45, par NANKOLENDUSE Pierre Claver à Ziniaré En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    Pourquoi ne pas laisser tous ceux qui ont la capacité de proposer quelquefois le faire et laissez le peuple faire le choix ? Ce qui est sur même si un groupe me propose à la magistrature suprême,je vais décliner l’offre par ce que je n’en suis pas capable. Pourquoi être jaloux de ceux qui peuvent ?
    Certains partent jusqu’à s’inquiéter de ce qui peut se passer au CDP comme si c’est la première expérience du parti.
    Que celui qui se sent capable de conduire le pays nous propose son programme nous allons faire le choix.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 23:21, par Tewende En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

      Monsieur Claver, vous avez raison sur un point.
      Effectivement dans une démocratie comme la nôtre chacun est libre de se présenter librement et seul le peuple souverain est maître du jeu.
      La particularité de la situation actuelle qui fait d’ailleurs beaucoup de débats tient sur deux points.
      premierement la forme de la candidature qui a été sollicitée avant d’etre acceptée. Ce qui peut laisser croire de l’intéressé ne se serait pas présenté s’il n’avait pas été sollicité.
      Cette situation est dramatique car l’election du President du Burkina est un événement important qui nécessite plus que l’on se prépare, que l’on propose une offre politique et avant d’etre accepté par son peuple.

      Le second point qui fait débat aussi réside dans la personnalité même de son Excellence KDO.
      C’est une personnalité qui ne s’exprime pas et comme quelqu’un l’a relevé plus haut en dehors des discours officiels et diplomatiques il est tes difficile de connaître les opinions politique de l’interesse alors que celui- ci à été Premier ministre, député, ambassadeur et même président de la commission.
      Cette situation nous incite a penser que sa proposition comme candidat est une manœuvre politicienne de sa part puisque Son excellence ne présente pas ses opinions politiques qui puissent amener le peuple à se fédérer autour de lui et à le solliciter comme candidat.
      Ce sont ces deux points qui amènent beaucoup de personnes à douter de sa capacité a être un leader innovant et non un manager puisse que tout le mérite de son potentiel tient du simple fait que c’est Son excellence Blaise Compaore qui l’a fabriqué presque exclusivement en le nommant à ces différents postes.
      pour terminer moi je pense que nous devons attendre patiemment que son Excellence KDO fasse son offre politique avant de dire si oui ou non il en est capable car jusqu’à présent le grand mérite le concernant revient à son excellence Blaise Compaore qui l’a créé et tout le monde sait comment les nominations se faisaient.
      Merci Camarades !

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 08:54, par Eclaireur En réponse à : Burkina : « Kadré Désiré Ouédraogo, la candidature de la décence républicaine »

    M. Tewendé, pour votre information, le premier poste de Kadré ne lui a pas été offert par Blaise Compaoré mais par le Président Thomas SANKARA à la BCEAO. Il a terminé le premier mandat après le décès du Président Thomas et Blaise l’a reconduit au second mandat.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Réaction du gouvernement à la lettre de Blaise Compaoré : « Un manque total de courtoisie »
"Un jour, ils vous diront que j’étais un homme blanc" Mohamed Ali
Hommage : « La vie du Dr Moussa Roger Tall, une merveilleuse aventure »
Burkina Faso : Quel mode d’adoption de la nouvelle Constitution pour une nouvelle République ?
Tribune : « De l’« athéisme » de la révolution d’Août au printemps de la religiosité, une foi tonitruante mais des œuvres qui se font attendre »
Burkina : Un nouvel espoir pour les langues nationales
Burkina : « Au-delà des jougs »
Lutte contre la fraude au Burkina : Maixent Somé appelle à protéger les industries locales
MINEFID : « Réformer ou mourir de mort lente »
Lettre ouverte de Dr Poussi Sawadogo, ancien SG du Gouvernement, au Ministre des Finances : Un appel à la justice pour tous les agents de l’Etat
Kadré Désiré Ouédraogo : « Où se trouve la candidature de la décence et de l’honneur » ?
Burkina : « Pour un Mémorial de la Nation »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés