Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • mardi 26 février 2019 à 20h00min
Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Cette maxime pourrait sans doute caractériser Kadré Sawadogo, jeune entrepreneur dynamique qui s’est lancé dans l’entreprenariat alors qu’il était encore étudiant en génie civil en Turquie. Fabrication de couveuses semi-automatiques et automatiques, formation en fabrication de couveuses, conseils en aviculture, etc., le promoteur de Mira élevage et de Mira Incubator fait son bonhomme de chemin, lui qui a été distingué personnalité de l’année 2018 dans la catégorie innovation par Intelligence burkinabè pour le développement (IBD).

Tout a commencé en 2016. Alors qu’il était encore étudiant en génie civil en Turquie, Kadré Sawadogo a l’idée de mettre en place, au Burkina Faso, un projet avicole. Ayant besoin de couveuses pour mener à bien son activité, il se renseigne sur les prix en Turquie et se rend compte qu’il lui faut débourser au moins 300 000 F CFA pour une couveuse de 200 œufs.

Une somme qu’il trouve exorbitante. Il continue donc ses recherches et tombe sur un article de presse dans lequel il est question de fabriquer soi-même sa couveuse. Il cherche à en savoir davantage et alors qu’il est en séjour au Burkina Faso, il essaye de fabriquer lui-même une couveuse avec un vieux réfrigérateur et les pièces nécessaires achetées en Turquie. Et bingo ! Ça fonctionne. Il obtient un taux d’éclosion de 70%.

Fort de ce succès, il retourne au pays d’Erdogan, approfondit ses recherches et améliore ainsi son produit. Il fait d’ailleurs venir sa première couveuse automatique de la Turquie où il l’a fabriquée. De retour définitivement au pays, il cumule un stage dans une société minière de la place avec la fabrication de couveuses à domicile.

Après son stage, il monte son entreprise et se lance entièrement dans la formation et dans la fabrication de couveuses semi-automatiques et automatiques dont les pièces sont importées de la Turquie. Ainsi naissent Mira élevage et Mira Incubator, deux entreprises distinctes dont l’une est spécialisée dans les conseils et prestations en aviculture, et l’autre, consacrée entièrement à la fabrication de couveuses.
Aujourd’hui, Kadré Sawadogo, en plus de la fabrication de couveuses, s’est aussi lancé dans la formation en fabrication de couveuses.

A ce jour, ce sont plus de 1 000 personnes qui ont bénéficié de ses formations. Et ils ne viennent pas que du Burkina Faso. Des Ivoiriens, des Maliens, des Togolais sont aussi venus à son école. Une initiative qui n’a pas été du goût de tous, se souvient-il.

« Au début, quand j’ai commencé à former des gens en fabrication de couveuses, il y avait des amis qui me disaient qu’au lieu de former des gens, je devrais garder le secret et être le seul à en fabriquer pour revendre. Ce qui va me rendre riche. Mais moi ce n’était pas ma vision. Mon objectif, c’est que même les plus démunis, ceux qui sont en campagne, sachent fabriquer et puissent se procurer une couveuse », confie-t-il.

Produits innovants et accessibles

Ce qui fait le succès des couveuses du jeune entrepreneur de 29 ans, marié et père de deux enfants, c’est non seulement leur faible consommation en énergie, mais également leur coût accessible. Pour une couveuse manuelle de 200 œufs, il faut débourser en moyenne 30 000 F CFA. Ses produits sont également adaptés au climat du pays, ce qui fait que le taux de rendement est élevé. Et pour les clients qui le souhaitent, les couveuses automatiques peuvent être conçues de sorte à fonctionner avec des plaques solaires ou l’électricité.

Ce sont toutes ces innovations qui ont valu à Kadré Sawadogo d’être désigné par Intelligence burkinabè pour le développement (IBD), personnalité influente de l’année dans la catégorie innovation. Outre les couveuses et les conseils en aviculture, Kadré Sawadogo propose également, dans sa boutique, du matériel d’aviculture.

« De 100 000 F CFA, je suis aujourd’hui à plus de 20 millions de F CFA d’investissement »

A peine deux ans et demi après avoir fabriqué sa première couveuse, Kadré Sawadogo se dit assez satisfait du chemin parcouru par sa petite entreprise. En effet, nous confie-t-il, alors qu’il a débuté avec seulement 100 000 F CFA, il se retrouve aujourd’hui avec un investissement de plus de 20 millions F CFA et d’autres projets plein la tête qui n’attendent que l’accompagnement de structures financières pour être mis en œuvre.

C’est le cas de son projet de mise en place d’une ferme à quelques encablures de Ouagadougou où il pourra produire des œufs fécondés, car la demande existe et est même forte. Ce qui permettrait par ricochet de faire évoluer son entreprise de fabrication de couveuses.

« Avec la couveuse, on a besoin d’œufs pour éclore. Et si la personne n’a pas de volaille, il faut qu’elle puisse avoir des poussins ailleurs pour commencer. C’est pourquoi j’ai mis en place ce projet pour appuyer le projet de promotion de couveuses », a-t-il soutenu.

Si son parcours a été jalonné de quelques difficultés, M. Sawadogo préfère ne pas s’y attarder. Faire grandir son entreprise, c’est ce qui le préoccupe. Et le souhait le plus ardent du promoteur de Mira incubator, c’est surtout que chaque aviculteur au Burkina Faso puisse disposer d’au moins une couveuse. Une façon de contribuer à sa manière à la promotion de l’entreprenariat des jeunes.

Adresse

OUAGA, Karpala, à 300 m du château d’eau de Karpala et 50 m de l’entrée principale de la paroisse Saint François d’Assise.

Contacts :

Phone : 00226 65 99 09 55
00226 78 51 98 40
00226 70 78 72 87

email : miraincubator@gmail.com
Site web : www.miraincubator.com
Page Facebook : MIRA INCUBATOR

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 février à 16:30, par Goomsida En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Je suis absolument ravi de lire cet article.
    Beaucoup de courage a toi, mon petit frere.
    Il faut toujour voire loin et surtout ne baisse pas les bras.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 21:22, par John Promised En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Félicitations pour cette ingéniosité !! Ta volonté de partager ta technologie au plus grand nombre est une des preuves que tu es un homme de vision qui va sans doute aller loin. le meilleur vous attend devant. Du courage et bon vent.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février à 23:47, par Un Burkinabê En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Pouvez vous donner ses contacts et la localisation de l’entreprise ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 03:03, par BONJOUR En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Félicitations, jeune prodige.
    Internaute Un burkinabé, va sur google et tu trouveras beaucoup d’informations utiles, tu es le prototype di burkinabé qui veut tout cadeau.

    Répondre à ce message

    • Le 27 février à 09:42, par Un Burkinabê En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

      Je ne veux pas cadeau ! Si je pose la question c’est que le document peut être amélioré. Dans un tel publi-reportage qu’est ce qui est le plis important ? C’est la localisation gêographique et les contacts (téléphone, email, skype, whatsapp, facebook, instagram, etc...). Et ces données devraient être visibles et lisibles. On devrait les voir dès le titre, à la une.

      Répondre à ce message

  • Le 27 février à 08:09, par La vérité En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Bravo pour cette ingéniosité. Dieu t’aide à aller plus loin. Beaucoup de nos jeunes frères doivent prendre ton exemple au lieu de rester là à ne rien faire sous prétexte qu’il n’y a pas de boulot et attendre tout de l’état.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 08:26, par Burkinabé En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Mr le modérateur, pourrais-je avoir les contacts de Mr Kadré SVP ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 09:21, par WendGuudi En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    C’est propre. Toutes mes félicitations et beaucoup de courage. Le meilleur est devant.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 09:57, par Ouedraogo aimé désiré En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Bonjour bon courage à vous. A quelle adresse vous êtes joignable.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:03, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    ’’Au début, quand j’ai commencé à former des gens en fabrication de couveuses, il y avait des amis qui me disaient qu’au lieu de former des gens, je devrais garder le secret et être le seul à en fabriquer pour revendre. Ce qui va me rendre riche...’’.

    - Jeune homme félicitation à toi et que Dieu te protège et te propulse. Heureusement que tu es très intelligent et tu n’as pas écouté ces cancres que tu qualifies à tort ’’d’amis’’. Plutôt des mauvais conseillers je dirai. Des gens incapables de tomber sur une calebasse et la briser, des gens farfelus sans idées ni intélligences qui se mêlent de tes affaires pour te donner des mauvais conseils ! C’est parce qu’ils sont des mécréants et des méchants qu’ils ne réussissent pas. Alors jeune homme, ne te laisse pas divertir par des inconscients et des cancres ! Il est même préférable que tu t’éloignes d’eux et exclu-les de tes affaires car ils sont capables de te voler tes bonnes idées.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:09, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    - Walye BONJOUR tu l’as eu deh ! Et c’est vrai que le burkinabè est trop pleurnichard et ne veut pas se décarcasser !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:14, par Non au fc. En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Vraiment très ravi de lire l’article.Et j’ai ce projet depuis que j’étais à l’école.Bien que je travail,mais j’ai toujours ce projet à cœur.On n’hésitera pas à passer solliciter de vos services.les internautes qui demandent le contact de Kadre peuvent regarder sur la photo il y a les contacts qui sont écrits

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:18, par KABORE VINCENT En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Ce jeune entrepreneur est l’exemple même de ce que nous voulons pour notre pays et il mérite tous nos encouragements pour son action constructive. Il écoute sa raison, pas les conseils mesquins des autres. Celui qui pense trouver le bonheur à côté de ses concitoyens misérables se trompe profondément. Ce jeune, par son action, participe concrètement à son niveau, à la construction de son pays, en partageant ses connaissances et chacun doit en faire de même. Chaque burkinabé doit vulgariser son savoir faire et permettre à chacun d’avancer, c’est tous ensemble que nous arriverons à faire avancer le Burkina, ce n’est pas chacun dans son coin.
    Bravo à lui.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:58, par HUG En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Oui, vous faites notre fierté. Courage et longue vie à vous car votre intelligence vous permettra de faire encore des merveilles. Que l’Etat vienne en aide à ce monsieur car il peut faire des merveilles pour le Burkina faso

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 22:32, par The scientist En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    This mindset is precisely what is needed for developpement. You see, we need to reach a critical mass of truly "educated" and informed population in order for true development to happen(here education has nothing to do with collecting useless diplomas). Therefore spreading all form of useful actionable knowledge is necessary, since we are not even close to that critical mass(I cannot even begin to put a quantifiable number of where we are right now). I used the words carefully because people consume a lot of information that may not necessarily translate to constructive actions.
    If you have a tendency to want to keep things for yourself, work to liberate your mind by teaching others like what this young man is doing. You will learn more and proper farther than otherwise.

    Congratulation Kadre for your beautiful job. I will stay in touch.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 10:52, par FIER D’ÊTRE BURKINABE En réponse à : Kadré Sawadogo : Les couveuses, c’est son affaire !

    Adresse

    OUAGA, Karpala, à 300 m du château d’eau de Karpala et 50 m de l’entrée principale de la paroisse Saint François d’Assise.

    Contacts :

    Phone : 00226 65 99 09 55
    00226 78 51 98 40
    00226 70 78 72 87

    email : miraincubator@gmail.com
    Site web : www.miraincubator.com
    Page Facebook : MIRA INCUBATOR

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés