Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mercredi 20 février 2019 à 15h00min
Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+

Le ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique, à travers l’Unité de coordination du Programme d’investissement forestier du Burkina Faso (PIF), a organisé un atelier le mercredi 20 février 2019, à Ouagadougou. Cet atelier national a pour objectif la validation des projets d’arrêtés des organes de la REDD+ (Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts).

De 1992 à l’an 2000, le défrichement pour les cultures au pays des Hommes intègres ont fait perdre 360 000 hectares de forêts par an. Si fait que la plupart des forêts classées du Burkina sont soumises à des dégradations multiples, sans compter les occupations illégales. Alors que cette destruction contribue négativement au réchauffement climatique. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la contribution de la déforestation aux émissions mondiales des gaz à effet de serre est estimée à 20%.

Pour remédier à cet état de fait, le Burkina Faso, selon le Coordonnateur national du Programme d’investissement forestier (PIF), Sibiri Kaboré, a entrepris des démarches pour adhérer au processus de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+). La REDD+ étant un mécanisme de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques qui vise à encourager les efforts des différents pays.

« Il faut que nous puissions travailler à maitriser les facteurs de déforestation et de dégradation de nos forêts, mais aussi valoriser nos forêts au profit de nos populations pour la lutte contre la pauvreté », a-t-il indiqué. Et cet atelier vise à impliquer davantage les parties prenantes (administration publique, société civile, secteur privé) à la REDD+ pour qu’un cadre institutionnel soit mis en place pour une bonne mise en œuvre de ce processus dans lequel le pays a accepté adhérer. L’implication des acteurs étant l’un des exigences du processus.

Selon la représentante du Secrétaire général du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Colette Zoetiyenga, le Burkina Faso est le seul pays sahélien admis dans ce processus, après l’approbation de son plan de préparation à la REDD+ en décembre 2013.
Ce qui fait du pays un point d’intérêt pour les instances de la REDD+. « La REDD+ est un mécanisme audacieux qui offre aux pays une voie de développement alternative par le biais de la conservation, de la restauration et de la gestion durable des forêts », a-t-elle souligné.

A l’en croire, la REDD+ est un catalyseur important pour parvenir à une économie verte inclusive. Surtout que la véritable valeur des forêts est révélée lorsque les processus décisionnels nationaux et locaux sont orientés vers des investissements dans le sens capital naturel, soutenant les moyens de subsistance et permettant une croissance économique durable.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Akon fait appel à l’intelligence artificielle pour développer sa vision de l’énergie verte en Afrique
Gestion du patrimoine forestier : Le Burkina Faso veut se doter d’une stratégie nationale
Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement : Les acteurs se concertent pour l’atteinte des résultats
Gestion des situations d’urgence en hygiène, eau et assainissement : L’institut 2ie et l’UNICEF outillent les acteurs du domaine
Conseil national de l’eau : Les membres en session à Bobo-Dioulasso
Journée mondiale de l’eau 2019 : Contribution des comités de l’AITB, spécialises dans le domaine de l’eau
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés