Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut façonner l’argile pendant qu’elle est molle.» Proverbes zoulou

Madagascar : Le « TGV » signe son retour au pouvoir

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Issoufou Ouédraogo • mercredi 9 janvier 2019 à 22h42min
Madagascar : Le « TGV » signe son retour au pouvoir

A Madagascar, la Haute-cour constitutionnelle a confirmé, ce mardi 8 janvier, la victoire à la présidentielle de l’ancien chef la de Transition, Andry Rajoelina. A 44 ans, celui que l’on surnomme « TGV » (l’acronyme de son premier parti Tanoramala Gasy Vonona, les « Jeunes malgaches prêts »). Et « le DJ », en référence à l’époque où il était plus connu pour son talent d’animateur de soirées que pour ses idées politiques, est devenu le nouveau président malgache. Son investiture est prévue pour le samedi 19 janvier dans le stade de Mahamasina, au cœur de la capitale malgache.

Porté à la tête de la Haute autorité de transition par l’armée, Andry Rajoelina accède en 2009, pour la première fois, au pouvoir à 33 ans, après des manifestations d’ampleur dans la capitale, Antananarivo, suivies d’un coup d’Etat militaire.

Entre 2009 et 2013, Rajoelina à la tête du pays, l’économie s’est effondrée, entraînant ainsi une chute de la croissance. En plus de l’économie, l’insécurité a augmenté dans les rues de la capitale comme dans les zones rurales isolées, où sévissent les dahalos (voleurs de zébus). Pour le président de la transition, cette période n’est que le résultat de la conjoncture économique compliquée par la suppression des aides internationales après le coup d’Etat.

Cette élection est « une nouvelle page qui s’ouvre » pour le pays et il est temps de changer l’histoire, a déclaré le nouveau président Andry Rajoelina, à l’issue de la proclamation des résultats. Avant d’ajouter : « C’est le peuple qui m’a appelé à sortir Madagascar de la pauvreté ».

Pour le nouveau mandat de cinq ans à venir, il sera confronté à plusieurs chantiers dans le but de relancer l’économie et de rendre le pays fréquentable. Les chantiers du nouveau président sont immenses. L’économie malgache a été mise à mal par le régime issu du coup de force et les sanctions internationales. Une situation qui a profondément appauvri la population. Ce qui a permis à la pauvreté de toucher les quatre millions de ruraux confrontés à la famine, dont la moitié souffre de malnutrition chronique.

L’agriculture, le tourisme et le textile, qui étaient avant la crise les secteurs les plus dynamiques de l’économie malgache, sont sinistrés. Le textile malgache a souffert de son exclusion du marché américain, avec le coup de force de 2009. Dans ce contexte, la première tâche du nouveau président sera de persuader les pourvoyeurs de fonds internationaux (la Banque mondiale, le FMI et l’Union européenne) de reprendre leurs aides dont dépendra la relance de l’économie de la Grande île.

Dans un pays où la désillusion politique augmente, Andry Rajoelina a mené une campagne dispendieuse, en distribuant de tee-shirts et autres gadgets portés plus sur la forme que sur le fond. Au quartier général d’Andry Rajoelina, l’ambiance a été électrique à l’annonce des résultats, et environ 600 personnes ont été invitées.

Il s’agit de chefs de parti, d’opérateurs économiques, d’artisans et de l’équipe de campagne. La soirée a commencé par un discours du vainqueur qui a été ovationné. Le nouveau président a remercié ses électeurs et ses proches. Andry Rajoelina a profité de cette prise de parole depuis les résultats pour remercier son adversaire Marc Ravalomanana de l’avoir félicité à l’issue de la cérémonie, à la Haute-cour constitutionnelle.

Malgré le lancement en grande pompe, début 2018, de son Initiative pour l’émergence de Madagascar, qui se présente comme une plateforme de concertation rassemblant des experts nationaux et internationaux et affirme vouloir rattraper en cinq ans le retard économique de l’île, son programme est flou. Cette élection, qualifiée « d’exemplaire » par certains observateurs, permettra un engagement fort des acteurs de la scène politique en faveur de l’ouverture et de la réconciliation nationale.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Activités spatiales : Le Burkina à la 56ème session du Sous-comité scientifique et technique du COPUOS
Algérie : Interrogations autour de la nomination de Ramtane Lamamra au poste de conseiller diplomatique
France/RDC : Deux lanceurs d’alerte congolais poursuivent une banque gabonaise en France
Présidentielle ivoirienne : Faut-il compter avec une alliance Soro-Bédié- Gbagbo ?
Côte d’Ivoire : Amnesty International dénonce des arrestations arbitraires
Union africaine : L’égyptien Abdel Fatah al-Sissi succède au rwandais Paul Kagamé
Elections présidentielles au Sénégal : Les discours violents suscitent des craintes
RD CONGO : Démocratie pour Nègres, démocratie de merde
Franc CFA : Le vice-Premier ministre italien accuse la France de « coloniser l’Afrique »
Afrique : Un ancien ministre sénégalais attaque la France
Proclamation de la victoire de Félix Tshiskedi en RDC : L’Union africaine et l’Union européenne font machine arrière
Investiture du président malgache : Ablassé Ouédraogo, président du parti « Le Faso autrement », sera présent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés