Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Ouistiti d’or 2019 : Avec l’humour, on a rendu hommage aux forces de défense et de sécurité

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo • vendredi 4 janvier 2019 à 20h29min
Ouistiti d’or 2019 : Avec l’humour, on a rendu hommage aux forces de défense et de sécurité

La société « Universelle Production » a organisé, le mercredi 2 décembre 2019 dans la soirée, la 9e édition du festival « Bon nané ». Cette année, ils étaient dix candidats à se mesurer pour le « Ouistiti d’or ». Chaque candidat a essayé de faire rire au maximum le public et de convaincre de facto le jury. Après eux, des humoristes professionnels sont montés sur le podium pour égayer le public ouagalais qui n’a pas marchandé sa présence.

« Jeunesse citoyenne, soutien aux forces de défense et de sécurité et solidarité envers les familles des victimes ». C’est sous ce thème que s’est tenue la 9e édition du festival d’humour « Ouistiti d’or ». C’est une compétition qui met aux prises des humoristes. Ce qui permet de détecter de nouveaux talents humoristiques. Pour cette année, le comité d’organisation a décidé de faire un clin d’œil aux forces de défense et de sécurité. Elles sont aux avant-gardes dans la lutte contre le terrorisme. Pour Salif Sanfo, promoteur de l’événement, c’est une façon de montrer aux terroristes que le Burkina Faso ne va jamais céder. Au contraire, il demeurera débout.

Après lui, les dix candidats se succédé sur le podium. Chacun a fait rire au maximum les spectateurs, tout en espérant avoir convaincu le jury. Parmi eux, il y avait un duo. Ce sont les homotoqués. Pour eux, il y a des filiations que les hommes de tenue doivent éviter de faire. Ils ont pris l’exemple sur leurs voisins. Le mari et la femme sont des policiers.

Le jour de l’accouchement, « ils ont fait appel à un taxi pour amener la maman à l’hôpital. Mais avant d’y arriver, la femme a accouché dans le taxi. Le conducteur entendit à un moment un coup de sifflet. C’est le petit. Il lui demande ses papiers. Ce dernier les lui donne avec un billet de 2 000 F à l’intérieur. Il regarde, soutire le billet et demande au taximan de continuer sa route ».

Après les concurrents, le public a eu droit à des prestations d’humoristes venus du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Burkina. La Jaguar du Burkina dira que la femme souffre. La vaisselle, c’est elle ; l’éducation des enfants, c’est elle ; la cuisine aussi. L’accouchement, c’est encore elle. Cette partie de vérité est validée par la gent féminine. Comme solution, il préconise que les hommes prennent une deuxième femme pour qu’elles puissent se reposer. Cette solution n’a pas reçu l’assentiment de ces dernières.

La soirée fut belle et tout le monde a souhaité que l’année 2019 soit meilleure avec plus de sécurité et de victoire pour les forces de défense et de sécurité. Pour le verdict du concours, les résultats, c’est pour ce vendredi 5 janvier.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Kundé d’or 2019 : Floby, Maï Lingani et Nabalum sont les nominés
Slam : « Non loti jeune », le nouvel album de Dabross
Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM
Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?
1e édition du BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués
Musique : Salif Widiga, la coqueluche des commerçantes
Culture, sports et loisirs : Le cadre sectoriel fait son introspection
Cinéma : La salle de Pissy rebaptisée « Canal Olympia Idrissa Ouédraogo »
Langues maternelles : « On ne peut rien construire de durable en empruntant l’outil langagier à une autre culture », Pr Albert Ouédraogo
Religion et culture : L’archidiocèse de Ouagadougou va se doter d’un musée
FESTICO 2019 à Bobo-Dioulasso : Pari gagné pour les organisateurs
Burkina : L’Union européenne et l’Agence française de développement au secours de l’industrie culturelle
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés