Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On peut grandir, et même vieillir, mais pour sa maman on est toujours un petit enfant.Jean Gastaldi» 

Dialogue Etat-OSC : Est-ce la fin des Organisations de la société civile dites « à coloration politique » ?

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Marcus Kouaman • samedi 29 décembre 2018 à 00h45min
Dialogue Etat-OSC : Est-ce la fin des Organisations de la société civile dites « à coloration politique » ?

Le président du Faso, Roch Kaboré, a présidé la cérémonie de clôture de la 3e session du Cadre de concertation et de dialogue entre l’Etat et les Organisations de la société civile, ce jeudi 27 décembre 2018 à Ouagadougou. A l’issue des deux jours de travaux, les participants ont formulé neuf recommandations et deux motions.

Débutée le 26 décembre dernier, la 3e session du Cadre de concertation et de dialogue entre l’Etat et les Organisations de la société civile s’est refermée dans l’après-midi du jeudi 27 décembre 2018. En présence du chef de l’Etat Roch Kaboré, les participants, en se fondant sur le thème « Partenariat Etat-OSC : quels défis pour une lutte efficace contre l’insécurité et le terrorisme ? », ont formulé neuf recommandations et deux motions.

Pour le Ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation (MATD), Siméon Sawadogo, cette 3e session a rassemblé 300 participants venus des 45 provinces du pays, regroupés au sein du Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC). Après avoir fait lecture de la synthèse des travaux, le directeur général en charge des libertés publiques, Brice Sawadogo, a livré les neuf recommandations formulées par les participants.

Il s’agit de mettre en œuvre les recommandations du Forum national de la sécurité ; assainir le milieu de la justice et garantir une justice pour tous ; supprimer les directions en charge des OSC au sein des partis et formations politiques ; appliquer rigoureusement les lois et règlements régissant l’exercice d’activités commerciales aux fonctionnaires ; renforcer la coopération civilo-militaire ; repenser le format du Cadre de concertation de dialogue entre l’Etat et les OSC ; renforcer les capacités des structures déconcentrées du MATD pour le contrôle et l’accompagnement des OSC ; renforcer la collaboration entre les structures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et les OSC, par le partage et les échanges d’informations ; encourager et accélérer le processus de dématérialisation de la dépense et des recettes.

Aussi, les participants ont formulé une motion de soutien aux Forces de défense et de sécurité pour leur combat contre le terrorisme. Et une seconde motion de remerciement au Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour son appui à la réussite de cadre de dialogue.

Les différents groupes qui composent ce cadre, à savoir les femmes, les jeunes et les personnes vivant avec un handicap, ont, à tour de rôle, interpelé le chef de l’Etat sur des questions spécifiques à chaque groupe. Après avoir religieusement écouté les doléances des participants, le président du Faso Roch Kaboré a salué la tenue de ce cadre et félicité les participants pour la formulation des recommandations.

Pour lui, ce thème vient à point nommé, car s’il n’y a pas de sécurité, il n’y a ni investissement, encore moins de paix sociale. Pour résoudre une bonne fois pour toutes cette affaire d’OSC politisées, il demande à ses interlocuteurs du jour d’établir une charte des OSC afin que la démarcation soit claire et que l’on ne parle plus d’OSC politiques.

D’ailleurs, le président du Faso pense que le problème réside au niveau des OSC, donc il leur appartient de le résoudre. Pour sa part, il compte faire passer le message aux partis politiques quant à la volonté des participants à cette 3e session de ne plus voir des directions en charge des OSC dans lesdits partis politiques.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : « Il faut considérer les évènements de Yirgou comme un piège des terroristes », dixit Moussa Traoré de la majorité présidentielle
Bala Alassane Sakandé à propos du Drame de Yirgou : « Ce qui s’est passé n’honore pas le Burkina. Pas du tout »
Vœux de nouvel an : Le président de l’ADF-RDA communie avec « ses troupes »
Situation sécuritaire : L’état d’urgence prorogé de six mois
Sondage en ligne sur le bilan de l’an 3 du pouvoir MPP : A vos claviers !
Etat-major général des armées : Moïse Minoungou, le nouveau chef
Patrimoine de l’Etat : Des comptables des matières à l’école du guide sur la gestion des bâtiments de l’Etat
Assemblée nationale : La prorogation de l’état d’urgence au menu d’une session extraordinaire
Assemblée nationale : Discours du président Alassane Bala Sakandé à l’ouverture de la session spéciale
Vie politique nationale : L’ex-parti au pouvoir, le CDP, se dote d’un Haut-conseil
Situation nationale : « Il faut engager un dialogue franc, ouvert et responsable, à tous les niveaux » (Lassané Savadogo, secrétaire exécutif du MPP)
Burkina Faso 2019 : Y aura-t-il du neuf ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés