Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • lundi 5 novembre 2018 à 00h11min
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »

Rendez-vous culturel et artistique entre le profane et le sacré, le Festival feu de bois de Niou se tient, pour sa quatrième édition, du 2 au 5 novembre 2018. La cérémonie d’ouverture est intervenue dans la soirée du vendredi 2 novembre. C’était en présence du ministre en charge des Affaires étrangères, Alpha Barry, patron de la présente édition ; de celui de la Culture, Abdoul Karim Sango ; et de l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina Faso, Li Jian.

« Celui qui est égaré est celui qui ne sait pas simplement quelles sont ses origines », a noté, d’entrée de jeu, le promoteur du Festival international des arts, des spectacles sacrés « Festival feu de bois de Niou », Ismaël Zoungrana. A Niou, commune rurale située à une soixantaine de kilomètres au Nord de Ouagadougou, l’on tente depuis quatre ans de conserver et de faire découvrir toute la richesse culturelle de la province du Kourwéogo.

C’est ainsi, pour la quatrième fois, et durant 96 heures, les danses et les musiques sacrées et profanes, jadis exécutées autour du feu de bois, seront adaptées à la scène moderne. En effet, à côté du grand feu de bois d’antan, mais aussi sous les projecteurs, artistes et troupes traditionnelles du Burkina et de la sous-région vont démontrer leur savoir-faire culturel. « Nous sommes venus soutenir une œuvre simple et modeste, mais qui a fait déjà ses lettres de noblesse », a signifié le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry.

Et pour un spectacle qui se veut international, le patron de la présente édition confie, à l’issue de la cérémonie d’ouverture : « Nous avons assisté à de beaux spectacles et c’est la preuve qu’on peut réussir des évènements, pas seulement à Ouaga et à Bobo, mais un peu partout. C’est ce qui fait d’ailleurs la particularité du Burkina. (…) C’est dire qu’on peut faire de ce pays, s’il est en paix, un vivier culturel assez important pour le rayonnement international ».

Satisfait de la cérémonie d’ouverture, le ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango, voit dans la tenue de ce festival, la capacité du Burkina à faire face à l’adversité. « Nous démontrons, à travers ces différentes manifestations à caractère culturel, notre résilience », a-t-il relevé. Puis de poursuivre : « Je crois que c’est cela que nos ennemis ne veulent pas ; mais le Burkina est débout et à travers la culture, nous allons faire face à tous les défis et nous allons les surmonter ».

L’ambassadeur de la République populaire de Chine, Li Jian, quant à lui, a déclaré que le respect accordé au Burkina dans le monde entier est dû à son attachement à sa tradition. Et l’hôte du jour de soutenir que « nous avons beaucoup de choses à faire pour faire coopérer nos deux pays sur le plan culturel et traditionnel ».
En rappel, la 4e édition du Festival feu de bois de Niou est placée sous le thème : « Les choses et les êtres ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : « Je vous salue maris », le nouveau spectacle de Philomène Nanema dite Philo
Kundé d’or 2019 : Floby, Maï Lingani et Nabalum sont les nominés
Slam : « Non loti jeune », le nouvel album de Dabross
Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM
Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?
1e édition du BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués
Musique : Salif Widiga, la coqueluche des commerçantes
Culture, sports et loisirs : Le cadre sectoriel fait son introspection
Cinéma : La salle de Pissy rebaptisée « Canal Olympia Idrissa Ouédraogo »
Langues maternelles : « On ne peut rien construire de durable en empruntant l’outil langagier à une autre culture », Pr Albert Ouédraogo
Religion et culture : L’archidiocèse de Ouagadougou va se doter d’un musée
FESTICO 2019 à Bobo-Dioulasso : Pari gagné pour les organisateurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés