Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo • samedi 29 septembre 2018 à 00h47min
Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

L’audition du colonel Mamadou Bamba s’est poursuivie ce vendredi 28 septembre 2018. Poursuivi pour des faits d’attentat à la sûreté de l’Etat et de meurtres de treize personnes, l’homme avait commencé à donner sa part de vérité le mercredi dernier. Aujourd’hui encore, le lecteur des communiqués du coup d’Etat est resté droit dans ses bottes. Il dit ne pas reconnaître les meurtres, car il ne pouvait pas les prévoir.

Avant la suspension du mercredi 26 septembre 2018, la parole était donnée à la partie civile. A la reprise aujourd’hui, Me Ali Neya a voulu savoir si le général Diendéré a demandé au colonel Bamba d’intervenir auprès de l’ambassadeur des Etats-Unis en sa faveur. L’accusé répondra que c’est de sa propre initiative qu’il est intervenu. Des échanges, il est ressorti que le colonel plaidait sa propre cause et celle du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). « Est-ce normal qu’un militaire burkinabè puisse entrer en contact avec des puissances étrangères pour discuter d’une situation nationale ? », a demandé l’avocat. L’inculpé rétorquera qu’il n’a pas croisé l’ambassadeur dans la rue, encore moins dans son bureau. Ce sont juste des échanges par SMS.

Peu importe, Me Séraphin Somé de la partie civile a tenu à saluer l’attitude du colonel Bamba. Pour lui, l’accusé a reconnu sa part de responsabilité. C’est donc à son honneur. Il a aussi salué le fait que l’accusé n’ait pas remis en cause les résultats de l’expertise sur les échanges téléphoniques.
Mais Me Oumarou a bien voulu savoir qui du colonel Bamba et du capitaine Dao dit la vérité. Selon le capitaine, c’est le colonel qui s’est proposé de lire les déclarations à la télévision. Selon le colonel, c’est le capitaine qui l’a appelé pour venir faire ce travail. A cette question, l’accusé a martelé que c’est ce genre de situation qui amenait les ancêtres à recourir à des potions pour détecter les personnes qui mentaient.

Mais pourquoi le colonel Bamba a accepté de lire les communiqués finalement ? A cette question, il dit avoir pesé le pour et le contre. Au finish, c’est le pour qui l’a emporté. Il ne savait pas à quelle sauce il serait mangé s’il refusait l’offre. Donc « mourir pour mourir, vaut mieux mourir le plus tard possible », a-t-il martelé.
Pour le parquet, le fait que le colonel dise qu’il ne pouvait pas prévoir les conséquences ne tient pas la route. Pour le parquet, le fait que l’accusé ait éprouvé de la peur signifie qu’« il a commencé à prévoir les conséquences. »

Me Sombié, son avocat, n’est pas du même avis. Il estime que son client a été assez clair. En plus, il est un spécialiste de la médecine de guerre. Il est donc utile pour la population civile et pour l’armée, surtout en cette période. Il demande donc qu’à défaut de l’acquittement, son client puisse obtenir un sursis. Sur ce, l’accusé a passé le témoin au sergent Issa Yago.

Dimitri Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 septembre à 03:54, par keletigui USA En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

    Liberez Bamba ! J’ aime ce gars. lol
    Meme pas peur. Il a raison. souvent il faut faire ce que tu dois faire pour rester en vie. Ca ne sert a rien de mourir pour les burkinabe. Sankara ne l a pas compris et aujourdhui des gens demande le retur de blaise. Qui est mort pour rien ? Samkara. Tout ce beau monde des accuses sera en liberte avant 2025

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 06:10, par Mogo En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

    Ces 2 officiers de pacotille sont tous pareils. Ils ont contribué à faire disparaître des étudiants à un moment donné. Bamba a toujours été un traitre depuis sa naissance. Dao lui est le prototype du gonflé imbu de sa personne. Tous des faux types. Bamba dit que c’est mieux de mourir tard, et ceux qui sont morts prématurément du fait de leurs actes ?? Ils n’avaient pas droit à la vie ? Bamba est responsable de la mort de Dabo Boukary et ça va le rattraper. Dao lui en sait beaucoup sur la mort de Norbert Zongo, juge Nebié, etc. Tout se paie ici bas. Dommage que la peine de mort soit abolie, sinon ces deux là méritaient la potence

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 08:44, par mogo ma mogo wele En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

    Vous voyez l’état d’esprit de nos officiers ?
    malgré que le pays se saigne pour les former dans les grandes écoles militaires Vous voyez ? CHACUN VEUT SAUVER SA TETE ET SA FAMILLE ET SE REMPLIR LES POCHES AU PASSAGE !
    On comprend maintenant les déboires de nos FDS face aux terroristes !
    LE COMMANDEMENT EST NUULLLL !! ZERO POINTé

    L’ARMEE C’EST UN ENGAGEMENT POUR LA PATRIE ! PAS UNE PLANQUE !
    SINON CHANGEZ DE METIER !
    Oui pour Soutenir nos FDS MAIS Il FAUT METTRE CES OFFICIERS DEVANT LEURS RESPONSABILITES ET QUILS FASSE LE JOB POUR LEQUEL IL SE SONT ENGAGES !
    C’est le ROLE DU PRESIDENT CHEF SUPPREMES DES ARMEES DE LES METTRE UN COUP DE PIED AU CUL !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 09:57, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

    Ce Col BAMBA là est de quelle promotion même ? Comme on le dit dans le jargon militaire, Il est de quelle classe ?
    Mourir pour mourir, mais il faut mourir au moins pour quelque chose à laquelle on croit. Sinon c’est donner une " prime à la lâcheté " comme l’avait dit Jean Baptiste PLACA, pour justifier la mise à l’écart du CDP, et ses fervents défenseurs de la modification de l’article 37.
    Un officier qui étale sa lâcheté au grand jour, et des gens lui trouve une qualité ? Pourquoi Omer BATIONO lui a refuser de se salir les mains ? Et il est allé le dire en face à Golf ? Donc il voulait se suicider ? Tchrrrrr !

    Répondre à ce message

    • Le 29 septembre à 12:09, par Nabiga En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

      Mon cher Dedegueba, tu as raison de poser la quetsion et je te réponds que Bamba n’a pas de promotion, il n’est issue d’aucune classe comme moi, qui le connais bien pour avoir été à l’UO avec lui. C’est cela qui justifie aussi son recrutement frauduleux au sein des Forces Armées. Quand vous venez seul dans l’Armée, c’est que vous avez pris un raccourci. A son avocat, je dirais que si ce tribunal donne un sursis à Bamba, c’est que même Diendéré devrait aussi l’avoir. Je crois que comme beaucoup l’ont dit avant moi, ce qui arrive à Bamba c’est le couronnement de plusieurs années de mal fait aux autres. C’est l’exemple de ce sorcier qui a passé le temps à tuer des hommes et des femmes pour avoir soit disant de belles récoltes et qui a fini par être brûlé par le feu que lui-même a allumé en brousse, pour soit défricher son champs. Bamba a toujours évolué comme cela, les échelles courtes au mépris de la vie de ses collègues. Il a oublié qu’il y a un Dieu qui est là haut et qui supervise toutes nos actions. Très souvent, il fait payer aux mal-faiteurs avant de les passer dans les flammes de l’enfer.

      Répondre à ce message

    • Le 29 septembre à 13:01, par Mafoi En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

      Bien qu’il porte des tenues militaires c’est un parachuté dans l’armée et ça saute à l’œil car le vrai militaire ne tiendrait pas ce type de langage qui déshonore notre armée mais rien de surprenant puisque la plupart de nos militaires sont recrutés par copinage qui n’ont aucune vocation.En tout cas si un certain Colonel Beltrame Arnaud mort en héros en se sacrifiant avait cette conception de l’armée,sûrement qu’il serait toujours en vie mais il ne pourra pas se regarder dans une glace

      Répondre à ce message

    • Le 29 septembre à 13:03, par Ka En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

      Dedegueba, le Bamboula a été nommé militaire sans recrutement je pense, pour manipuler, car c’est un être né pour se trahir lui-même et trahir les autres. Le PCRV des Salif Diallo ou les criminels en puissance comme Compaoré-Diendéré et autres, aimaient recruter ces personnes pour leur sale besogne en les incorporant dans des disciplines concordant à leur ruse. Et les personnes comme Bamboula dit Bamba est repérer très tôt dans les Collèges, ou dans les Universités, et même dans des organes comme les CDR de la révolution dont Fatou Diendéré était secrétaire dans son bureau centrale et recrutait des caméléons comme Bamba ou DAO qui ne font pas partie des types de militaire pour protéger le peuple et dont la discipline, la sincérité, et l’intelligence, et autres, sont les qualités d’un bon militaire, et doivent être mis en avant pour le sens de l’honneur, la probité, le professionnalisme et le comportement. Bamba et Dao, comme autre fois le jeune Gilbert Diendéré auprès du ministre de la justice de notre révolution inachevée qui était Blaise Compaporé, sont des manipulateurs et non des militaires pour défendre le peuple.

      Et comme je l’ai dit à un autre internaute de bonne foi avant l’insurrection du 31 Octobre 2014 qui est l’internaute ‘’’Trahison,’’’ Bamba perd son temps, car les juges militaires le connaissent mieux que quiconque : Et s’il y a une vraie justice, il sera sanctionné au tant que les vrais coupables qui sont Gilbert Diendéré, Dao, Djibril Bassolé, madame Fatou Diendéré qui lui a donné une enveloppe de dix millions, et autres.

      Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 13:38, par Babiche En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

    Si le coup avait réussi, Bamba s’en serait sorti comme une star. Un officier supérieur de son rang peut-il ignorer jusqu’à ce point la portée d’un communiqué télévisé d’un coup d’État ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 21:00, par Ouye En réponse à : Procès du coup d’Etat : « Mourir pour mourir, vaux mieux mourir le plus tard possible », dixit le colonel Mamadou Bamba

    Eh oui, vivre un peu plus. Telle est la question, peu importe la vie à vivre. Quelle déshonneur !!!!! Et ça se dit colonel, bénéficiant à longueur de journée de garde à vous indus.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les 160 millions de francs CFA de Gilbert Diendéré, l’autre affaire dans l’affaire !
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés