Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

Par CINU • vendredi 21 septembre 2018 à 23h45min

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a été saisi, ce jeudi à Genève, du rapport sur l’examen périodique du Burkina Faso qui s’est déroulé le 7 mai 2018. Lors du processus, 204 recommandations ont été formulées au Burkina Faso. Sur ce nombre, 184 recommandations ont été acceptées.

Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »
Selon le Ministre de la justice et des droits de l’homme du Burkina Faso, Bessolé René Bagoro, « après examen, douze recommandations n’ont pas été acceptées par le gouvernement, car elles s’adaptent difficilement, pour le moment, aux réalités socioculturelles et économiques du Burkina Faso ».

Parmi ces recommandations rejetées par Ouagadougou, figure l’épineux dossier des initiatives locales de sécurité, notamment les Koglwéogo, « qualifiées à tort de groupes d’auto-défense » ou de « milices ».

Le Ministre de la justice a rappelé que dans un contexte où le pays fait face à une crise sécuritaire caractérisée par la montée du terrorisme, la vision du gouvernement est d’encadrer ces initiatives pour les rendre plus efficaces et respectueuses des droits de l’homme dans la co-production de la sécurité.

À ce titre, un décret portant définition des modalités de participation de la population à la mise en œuvre de la police de proximité a été adopté pour encadrer ces initiatives locales de sécurité. Des actions de formation et de sensibilisation aux droits de l’homme sont également déployées en direction de ces initiatives locales afin d’améliorer leur coopération avec les forces de sécurité et de défense.

Par ailleurs, des poursuites judiciaires ont été engagées contre les membres de ces groupes suspectés de mauvais traitements, a expliqué le Ministre.

Centre d’Information des Nations Unies (CINU)

Source : ONU INFO

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 15:25, par TANGA En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Très bien.
    Finis les temps où tout était accepté à l’aveuglette.
    Il faut AUSSI que ces blancs sachent que dans notre pays, tous les hommes ont des droits. Que les DROITS DU DJIHADISTE C’EST L’ABSENCE DE DROIT. Eux s’en vont bombarder des innocents dans leur pays et veulent nous interdire de nous défendre contre des bandits.
    Oui ça se sait c’est eux qui les font.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 15:32, par changeons En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Merci de défendre ces Koglwéogo qui font du bon boulot dans la sécurisation des biens et des personnes dans nos contrées reculées. Leurs contributions à la lutte contre le terrorisme et les grand banditisme n’est plus à démontrer et ceux qui font des recommandations pour les supprimer connaissent mal, voire pas notre contexte. Les experts dans leur tour d’ivoire doivent descendre dans les villages et faire ces recommandations. Ils prendront leurs jambes à leur cou face à la colère des populations qui sont un peu soulagées depuis l’arrivée des Koglowéogo. Vivent les Koglowéogo aux ^cotés de nos FDS. Les experts doivent être expertisés !!!

    Répondre à ce message

    • Le 22 septembre à 10:47, par Kladjou En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

      Changeons, je ne vit pas au pays en continue ; et pour m’a propre gouverne pourriez-vous me citer des prouesses de vos fameux Kologweogo dans la lutte contre le terrorismes ? J’ai en souvenir un reportage expliquant que des Kologweogo avaient fermé leur KG et fuit dans une localité dans la région du Yatenga à l’arrivée d’un commando Jihadistes qui était allé assassiner un indicateur de police et son fils et surtout leurs sévisses et humiliations sur de petits voleurs de poulets, de chèvres ou autres biens ! Je ne dit pas que ceci n’est pas important mais est-il suffisant pour justifier dans un Etat responsable qu’on agisse en dehors des Lois et règlements en vigueur ? . Il m’est revenu aussi l’histoire triste de cette fille à Tanghin qui a tenter de voler le vielle moto diakarta de sa voisine et qui a subit une telle humiliation devant ses parents appeler sur les lieux qu’elle a préférer après sa libération aller chercher une corde et se pendre !
      Attention à ne pas jouer avec le feu. C’est comme ça que les milices se créent. Dans un premier temps les géniteurs les présentent comme une organisation utile mais elle fini par s’affranchir de toute loi et règlement. La crise Ivoirienne a été très meurtrière à cause des fameux dozo adoubés au départ par leur bravoure dans la traque des voleurs de grand chemin. Devant la faillite de l’Etat, les dozo ont eu pignon sur rue dans la zone du Nord de Côte d’Ivoire et on connait ce qu’a été leur faits et exactions dans le MPCI de Guillaume Soro devenu plus tard les forces nouvelles. Il y a aussi les fameux Ninja de Sassou Nguesso dans la guerre qui l’a opposé au Président Pascal Lissouba, même si on sais que la France a donné un coup de main au Ninja pour que ceux-ci défassent l’armée nationale. il est claire que sans l’existences de ses Ninja instrumentalisé par Sassou Nguesso, le Congo n’aurait pas été autant détruit avec des milliers de morts et de déplacés.
      Je dis et je le repète, il est inacceptable de confier la sécurité de nos populations à des milices savamment appeler autodéfenses furent-ils des dozo ou des kologweogo, parce que la plupart de gars ne sont pas formés pour ça et ne sont pas payés ; et ils chercheront coûte que coûte à se faire payer sur le dos de leurs victimes, et chacun est une victime potentielle de ses kologweogo ou dozo. En plus il y a le risque de leur instrumentalisation à des fins politiciennes qui peut nous conduire à une catastrophe.

      Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:00, par Yiriba En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    On balaie les problèmes sous le tapis pour faire croire à une pièce propre. M. le ministre, vous êtes doté de tous les pouvoirs pour assurer la sécurité des citoyens à travers des institutions républicaines comme la Police, la Gendarmerie, la Douane, l’Armée comme tous les pays organisés au monde. Si tous ces moyens sont insuffisants, le pays a des problèmes. La majorité de population ne fait pas confiance aux Kolgweogos, et une organisation internationale indépendante (ONU) vous interpelle sur le comportement hasardeux et incontrôlable des Kolgweogos. Vous avez aussi le pouvoir de mettre votre pays en danger, et on voit ici que c’est votre choix.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:01, par Bantchandi En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Je n’ai plus rien à dire là dessus. A l’allure où vont les choses, beaucoup de courage à vous à nous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:30, par kouadio En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Vos reactions denotent de la clochardisation du pays. Une simple reflexion et on nuance ses propos. Mais comme vous etes payes pour insulter, denigrer a l’ aveuglette vous ne pouvez faire autrement

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:32, par La Prévenu En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Vous estimez que c’est la bonne méthode ? Vous verrez ce que ce serpent de mer, nous apportera. Wait and See !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:55, par Nobga En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Très bien ! C’est une très bonne nouvelle car nos koglweogo nous sont très utiles.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 16:58, par Noaga En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    L’exitence De kokolweogo est la preuve de la faillite de l’etat. Après attendons pour juger de leur contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:15, par Damis En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Quand je dis que ce gouvernement réussira ou il réussira, c’est la preuve ici.
    On doit rester vigilant car ces recommandations de ces occidentaux visent souvent à vous rendre faibles, à vous rendre nus, afin d’implanter le chaos là où ils le désirent.
    Comment on peut nous demander le respect des criminels au détriment des laissés-pour-compte ?
    Courage pour ce gouvernement pour ces décisions courageuses ! Vive les vrais amis du Burkina.
    A bas les ennemis du Burkina tapis dans l’ombre, guettant toute faille pour mettre le mal.
    Vive les groupes d’auto-défense soucieux du bien-être du Burkina Faso.

    La patrie ou la mort nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:46, par caca En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    La reconnaissance des Koglwéogo par le gouvernement MPP est une étape importante. Il faudrait désormais organiser des prix spéciaux pour bonne conduite de Koglwéogo ayant respecté les droits humains dans l’exercice de leur fonction. Puisque les Nation Unies s’intéressent l’évolution des Koglwéogo du Burkina afin d’attribuer une note de droit l’homme. Du courage les Koglwéogo mossi, les dozos viendront vous supplier pour intervenir dans leur village.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:53, par Guigui En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Le sujet des KWO tres bien approche par le gouvernement ! Je pense cette strategie est tres raisonnable. Mais sur le terrain, les lois doivent etre appliquees ! Ce qui est interessant, on verra comment le gouvernement veillera a appliquer les lois d’un cote, les KWO les leurs (qui doivent etre dictees par ailleurs a mon avis) de l’autre cote, et l’Etat contenir cette situation. Mais je dis, bien approche=deja bien fait !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:07, par le sage En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Félicitation a vous Monsieur le ministre ! Arrêtons d’être des bénis oui oui ! Nous sommes avec vous.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:09, par Yako En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Hum...Mon pauvre pays qu’as tu fait au seigneur pour mériter tels chefs ! Vous sous-estimez le danger du phénomène kolgoweogo/Dozo dans la cohésion sociale.En effet,dans l’imaginaire Ouest-Burkinabé le phénomène kolgoweogo est synonyme de l’expansion/domination de l’autre communauté majoritaire du pays,pour ces "allogènes"c’est l’extension naturelle d’une certaine culture le pays étant un et un seul avec le droit de s’installer n’import où. Chacun de ces groupes a probablement raison.Mais que le gouvernement méconnaît l’histoire et la sociologie de notre pays est inacceptable.Puis, évitons les confusions genre FDS et kolgoweogo c’est de la complémentarité ! D’ailleurs, je doute de la légalité des kolgoweogo ils ont certes une autorisation comme association, de là à s’imposer comme auxiliaires de police ça veut dire simplement que le navire Burkina n’a pas de capitaine .Dans tous les cas, moi Yako,je ne m’accommoderai jamais d’un état boiteux où la police artisanale (kolgoweogo) ferait la loi.Chers gouvernants, soit ça gouverne ou sa démissionne./

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:11, par Frangin En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Très bien ! On ne pas s’en passer. Koglweoho c’est une grace pour nos parents qui vivent dans les confkns du pays. Ils sont une force qui sera utile contre le terrorisma après bien-sur le grand banditisme. En avant avec ladite initiative.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:28, par HSSM En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Encadrement !Encadrement !
    Encadrement !Encadrement !
    Encadrement !
    Le BF est mur pour savoir ce qu’il veut. Vive le Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:38, par Paul En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Seuls les voleurs n’aiment pas les Kogleweogo. Beaucoup de réussite pour peu d’échecs. Même en famille certains n’en font pas mieux. Tchrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 19:01, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    1) Toutes mes grandes felicitations M. le Ministre BAGORO : "après examen, douze recommandations n’ont pas été acceptées par le gouvernement, car elles s’adaptent difficilement, pour le moment, aux réalités socioculturelles et économiques du Burkina Faso"
    2) Parlant Koglweogo, ne leur avez-vous pas rappelé le decret ministeriel N° 2016-1052 portant insertion des Koglweogo ?
    3) Grand Merci M. le Ministre.
    4) Honte aux "no-tuul-neba", les rapporteurs et autres malhonnetes intellectuels qui ont fait de "battre un chien devant le lion" leur fièreté. Que ce Conseil s’adresse au grand frère de la Planète les USA. Voir avertissements d’un officiel Americain à l’egards du CPI officiellement rapporté sur BBC moins d’un mois cette année 2018.
    5) Les Koglweogo, c’est pas l’affaire de l’ONU. Notre pays souffre de terrorrismes, de tentatives de destabilisation, de grands banditisme. Que voulez-vous que nos populations fassent face à un Etat qui se bat sans moyens, après 27 ans de spoliation ? Voyez l’extremisme et l’incoherence de ces Droits-de-l’Hommisme. Ils sont prêts à defendre les droits des bandits et ferment les yeux sur le sort des victimes. S’ils faisaient l’effort de visiter les victimes de grands banditisme, les consoler, et aider financièrement, j’aurais compris un tel extremisme. Mais helas !
    6) Il faut être intellectuellement malhonnête et statistiquement illettré pour refuser de reconnaître et d’accompagner la dialectique societale qui a donné lieu aux Koglweogo.
    7) Ce qui compte c’est que Wiraogo, Nopoko et bien d’autres arrivent à entreprendre en toute tranquilité leur elevage.

    A bas Dieu : vive Sigmund Freud le nouveau portier du Paradis.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 19:41, par Opinion plurielle En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Bien chers, merci pour repondre à l’objectif de ce "ballon d’essai", de ce sondage d’opinion afin de mieux la manipuler.
    Aux freres Bantchandi, lePrevenu et à Yako !, reservez bien cette lucidité que vous avez toujours eu sur les questions de ce Faso.
    Vous êtes une des meilleures sentinelles, de ces vigies qui tirent la sonnette d’alarme.
    Je vous y encorage et soutiens vos points de vue assez sages.
    Dieu nous dira de quoi demain sera fait car lui seul sait.
    Mais les decisions malveillantes ne passeront pas. Dans tous les cas comme je l’ai dit en preliminaire, ce n’est qu’un ballon d’essai, en somme c’est la strategie de preparer les mentalités en préchant le faux pour savoir le vrai.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 21:47, par Gorko En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Oui ! je suis très content si ce dont je pense-là peut se réaliser. En effet, il n’y a que par les koglweogos que les Occidentaux ne pourront pas nous contrôler. Sinon, par l’armée classique, ils nous tiennent par tous les bouts : équipement, formations,stratégies militaires, tout est occidental. Mais, je vous assure qu’avec les koglweogos, nous pourrons vaincre n’importe quel ennemi sans nous faire espionner. Si nous nous limitons à combattre avec les mêmes moyens qu’ils nous donnent et qu’ils donnent aux terroristes aussi, nous n’allons jamais y sortir. Faisons tout pour que les Occidentaux ne soient pas impliqués dans la formation et l’équipement des koglweogos.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 00:18, par broo En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    IL FAUT ENCADRER FORMER ET SUIVRE LES KOGLWEOGO PARCE QUE CONTRIBUE BEAU A LA SECURITE DES POPULATIONS. IL FAUT LES FORMER ET LES ORGANISER COMME LES AGENTS DE SANTE COMMUNAUTAIRE POUR EVITER LES BAVURES LES EXCES ET LES DEBORDEMENTS ; LES KOGLWOEGO SONT EN FAITE LES AGENTS DE SECURITE COMMUNAUTAIRE A L’IMAGE DU SECTEUR DE LA SANTE si la collaboration avec les FDS est bien definie et marche bien les koglweogo seront les relais dans les communautes et vont remonter les informations, toute situation anormale ( et cela rapidement) de la communaute aux FDS pour que ceux ci aient le temps de reagir

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 00:49, par Digne et intégre En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    C’est parce-qu’ils voient que avec les kogolweogos, ils sont mal barré, zéro spionage. Vive les kogolweogos, à bas les voleurs et leurs complices, ainsi que tout ceux qui les soutiennent.Pluie de bénédictions de la part de nos parents dans les villages, car ils souffraient tellement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 04:45, par Tchiparpanga En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Tous les pays du monde qui doivent faire face aux grands banditisme ont des kolgweogo qui ont d’autres applications,la mission principale de la CIA LA FBI LA KGB etc et j’en passe, il faut juste structuré les kolgweogo vous verrez que le grand banditisme va diminuer et kolgweogo est adapté à notre mode de vie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 06:39, par Mogo En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    De la poudre aux yeux oui !! C’est quel encadrement qui est fait ??? Ce ministre là ne vit pas dans le pays ??? Quelles sont ces foutaises ??? Tout le monde voit ce qui se passe et où on va et ce ministre raconte sa vie. C’est dommage pour ce pays. Regardez ce qui se passe dans d’autres pays ; c’est comme ça que ça a commencé et l’Etat n’a pas pu contrôler la suite. On est aussi sur cette ligne

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 07:14, par War En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Il ya deux options possibles pour l’etat pour les koglweogo soit l’etat les interdit et les combat soit il les accepte les reconnait et les encadre.le gouvernement burkinabe a fait le bon choix en refusant la recommandation et evitant une confrontation interne.Le cas des koglweogo doit etre bien traite afin d’eviter d’ouvrir un front national avec une structure tres presente village par village dans les communes et region avec un president national..Actuellement les koglweogo ne peut pas etre neutralise par la force et il faut tout faire pour eviter exacerber les relations avec les koglweogo qui se sont attaches les services de specialistes en securite et en droit.Les pratique de torture sont a condamnees par tous mais le koglweogo beneficie des libertes et droits des humains a s’organiser pour defendre leurs interets dixit declaration universelle des droits humains.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 08:19, par Manisougri En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    “”Et le fameux gouverneur ? Quand dit-il lui qui compte éradiquer les Kogweogos de sa zone d’administration. Quelle honte !

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 10:29, par Ultima R2 En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    A l’internaute 10 Caca, j’aurais souhaité que vous dites "Du courage les Koglwéogo Burkinabé" que de dire "Du courage les Koglwéogo mossi". Votre intervention ne sème t-elle pas les germes de la division ethnique au Burkina ? On pourra vous poursuivre pour apologie de division ethnique et incitation à la guerre. "Voulez vous opposer le "Burkina" au "Faso" ou le "Mossi" au "Dioula" ?

    Ne donnez vous pas raison à l’internaute 13 Yako qui mentionne ceci : "dans l’imaginaire Ouest-Burkinabé, le phénomène kolgoweogo est synonyme de l’expansion/domination de l’autre communauté majoritaire du pays,"

    Pour rentrer dans votre logique, ceux de l’ouest pourront répliquer par ces termes "Du courage Donso Dioula, car nul ne viendra nous imposer de force sa volonté". De réplique à réplique on aboutira à une scission "Dioula contre Mossi", et dans ce cas de figure, sachez que la "majorité Mossi", favorisée par le découpage coloniale et exhibée par certains zélés, sera confrontée à la dure réalité d’une très grande majorité, au delà de nos frontières. C’est une réalité historique que les fossoyeurs de la nation ne sauront occulter.

    Si nous voulons vivre en harmonie, évitons ce genre de propos, car ceux d’en face ne sont pas des cons, et s’ils se retiennent, c’est parcequ’ils comprennent toutes les manigances politiciennes pour nous diviser et préserver leur acquis. Si vous allez dans leur sens en attisant les flammes, sachez que c’est le Burkina Faso qui en souffrira. Sauf, si cette option fait parti de votre stratégie de gouvernance.

    Si nos prédécesseurs n’ont pas choisi "Burkina Tenga", ou "Faso Dougou" comme nom du pays, c’est qu’ils ont compris la nécessité de faire cohabiter sur un même territoire, des entités différentes.

    "Apprenons à vivre ensemble en intelligence, si non nous mourront tous comme des idiots", disait Martin Luther King.

    Webmaster, svp no censure pour ne pas encourager ces genres de réflexions qui ne favorisent pas la cohésion sociale. Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Le 22 septembre à 13:16, par abc En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

      Les Kolgweogos ne peuvent etre que des mossis . C’est un fait . Les Dozos ne peuvent etre que des non- mossis.
      ca aussi un fait . Les kolgweogos et les Dozos ne vont jamais vivre ensemble dans le meme terroir ca aussi ,c’est un fait .
      Donc ,parler de kolgweogo aujourd’hui au Burkina Faso , c’est parler du grand choc entre kolgweogo et Dozo , qui va s’etendre inevitablement entre mossis et Dioula. Le Burkina Faso sera soit "Burkina tenga" soit " Yankadi-Bolibana "

      Répondre à ce message

    • Le 22 septembre à 14:22, par caca En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

      Internaute Ultime R2 ! C’est avec étonnement et consternation que je réagis face à votre post. Caca n’a en aucun moment fait l’apologie ethnique. Un respect s’impose à tous qui interviennent dans les forums. Si vous relisez mon texte, l’apologie est où ? Il ne faut pas confondre l’ironie et une apologie. Si votre niveau de maturité ne vous permet pas de participer à des débats citoyens, je vous conseil de garder votre calme. Caca a simplement fait une mention à des critiques sur les Koglwéogo dans le conflit qui les opposent aux dozos dans l’ouest du pays. Je suis quand même étonné de votre intimidation et le sens que vous faites à mon propos. Vous devez rester dans le contexte du texte et essayez de comprendre les autres. Tous ce que vous avez développer comme une idéologie, je ne me reconnais pas, peut-être une erreur d’appréciation. Évitez de vouloir donner des cours de morale à d’autre, et n’utilisez de gros mot que vous serez incapable d’expliquer devant une juridiction compétente. Apologie ethnique ? Sans rancune !

      Répondre à ce message

      • Le 23 septembre à 07:36, par Ultima R2 En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

        Cher Caca, pour vous répondre, je vais réadapter votre intervention n°11, que je dénonce, afin de vous permettre de voir les choses d’un autre angle :

        ""La reconnaissance des Koglwéogo par le gouvernement MPP est une erreur importante. Il faudrait désormais organiser des sanctions pour mauvaise conduite de Koglwéogo ayant violé les droits humains dans l’exercice de leur fonction. Puisque les Nation Unies s’intéressent à l’évolution des Koglwéogo du Burkina afin d’attribuer une condamnation pour violation de droit de l’homme. Du courage les Dozos Dioula, les Koglwéogo viendront vous supplier pour intervenir dans leur village.""

        Pour conclure mon post, un penseur disait ceci : Le secret du succès s’il existe, c’est de pouvoir développer la capacité de voir les choses de son point de vue, autant que de celui des autres.

        Le problème est trop sérieux pour en faire une "Ironie" comme vous le dites. N’oubliez pas qu’il y a des Burkinabé qui ont été injustement torturés et même tués, sans que ce même pouvoir MPP ne lève le doigt pour condamner. Si pour vous cette manière de gouverner convient à vos aspirations, pour les parents des victimes c’est une dérives totalitaire qui nous mènera inévitablement vers des situations conflictuelles. Si on ne prend garde, le Burkina Faso plongera dans une grosse merde, ou dans un gros caca. On sait toujours comment et quand ça commence, mais jamais quand ça finira.

        Un sage du côté de la lagune ébrié disait que "La paix, ce n’est pas un mot, mais c’est un comportement". Mr Caca, avant même de parler de lutte contre les terroristes, pensez vous que le comportement des koglwéogo favorisera la paix au Burkina ?

        Répondre à ce message

        • Le 24 septembre à 00:49, par caca En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

          Internaute Ultima R2, J’admire votre fantasme sur la sécurité des burkinabé, et le sens élevé de la vie humaine. Je ne sais pas s’il sera nécessaire de vous répéter que je ne suis ni pour les koglwéogo et pour les dozos. J’ai en horreur le sectarisme communautaire, mais je remarque comme vous que le communautarisme est doctrine que les sociétés aiment. J’ai ironisé l’article sur les koglwéogo pour marquer mon opposition, mais je reconnais le mérite de ce groupe autodéfense dans l’espace burkinabé aujourd’hui. Si vous remarquez bien des posts sur les koglwéogo, nombreux sont ceux qui opposent les koglwéogo au peuple mossi et les dozos réservés à l’ouest où les mossi sont décris comme les allogènes qui cherchent à imposer leur culture. Comment comprendre dans un pays qu’un peuple soit indexé comme allogène par rapport à d’autres qui s’estime légitime ? N’est-ce pas du régionalisme ? Je comprends votre souci par rapport aux excès des koglwéogo qui ont endeuillés des familles par la complicité du pouvoir en place. Mais l’attitude de koglwéogo est à comprendre dans la faiblesse de l’État à organiser le vivre ensemble par des lois républicaines modernes. Le gouvernement accorde un laissé faire libre aux villageois qui continuent à considérer leur coutumes comme indispensables. En France, le gouvernement a réorganisé les gardiens privé en agent de sécurité pour règlementé leur déontologie avec une législation. Les agents de sécurité privée en France reçoivent une formation sous condition d’un case judiciaire vierge dans exercice de fonction. Au Burkina, le gouvernement peut également règlementé les koglwéogo par une législation dans la mesure où ce groupe devient indispensable.

          Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 11:48, par War En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Le gouverneur fait du bluff parce que l’etat ne peut dissoudre que ce qu’il a cree par decret comme le rsp ou meme un gouvernement.Le bureau koglweogo et leur conseillers savent que le gouverneur est trop petit pour empecher les burkinabe de se regrouper pour defendre leurs interets partout sur le territoire burkinabe.legalement ce n’est pas possible .Il faut mettre balle a terre pour ne pas provoquer de graves confrontations qui va mettre en difficulte notre armee qui souhaite l’appui des koglweogo dans la guerre contre les terroristes.les vrais raisons a karankasso vigue est la lutte pour le controle des sites auriferes d’exploitation traditionnelle ou les dozos ranconnent les honnetes exploitants.la verite va venir.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 20:20, par Nassara En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Bonjour à tous.
    Je suis français et je viens souvent au Burkina Faso.
    Je suis inquiet pour les burkinabés . La médiocrité des grands fournisseurs pour l’électricité, l’eau, le téléphone, internet. Des coupures de services Internet sans aucune compensation, coupures d’eau comme si il n’y avait qu’une vanne d’arrêt pour toute la capitale, électricité qui monte à 250v donc surconsommation et dégradation des appareils électriques à la charge des abonnés. Sans parler de la surconsommation en eau du barrage qui fournit l’électricité. Et l’absence de purge d’air de l’eau après travaux qui fait tourner les compteurs des abonnés.
    La mosquée équipée de haut parleur pour obliger la population à écouter la prière dès 4h30 du matin et en Arabe. Il y a environ 60% de non musulmans où je suis. Pourquoi quand on parle de lutte antiterroriste on laisse faire de tels procédés ? La tolérance et le respect n’est pas pour tout le monde

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 22:57, par Jaho En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Attention ! Si Dans Chaque Tribut On Forme Cette Unité De Défense Villageoise C’est La Guèrre Foncière Qui Va Bientôt Commencer . Voyez Leur Manière De se Comporter !

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 12:37, par moi même En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    Moi je suis désolé
    mais je ne pense pas qu’avec ce que font les koglweogo aujourd’hui, le vivre en harmonie soit assurée au Faso dans l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 08:56, par Résolution En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Le Burkina Faso défend ses initiatives locales de sécurité ou « Koglwéogo »

    La vision à court terme et le manque de perspective ont toujours été le problème de l’africain. cela se démontre encore aujourd’hui sur le dossier de ses forces de défense autoproclamées. Il faut poser l’équation avec une tête froide et l’analyser. Ces gardes là seront l’épine sous vos pieds demain.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés