Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Rentrée scolaire 2018-2019 : Les fournitures scolaires attendent leurs acquéreurs

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Aïssata Laure G. Sidibé • mardi 11 septembre 2018 à 17h30min
Rentrée scolaire 2018-2019 : Les fournitures scolaires attendent leurs acquéreurs

Les vacances tirent à leur fin. L’heure est donc aux derniers préparatifs pour la rentrée scolaire. Lefaso.net a sillonné quelques artères de la ville de Ouagadougou. Ambiance.

Comme chaque année, les préparatifs de la rentrée scolaire est un véritable casse-tête chinois pour beaucoup de parents. Les difficultés financières sont les raisons évoquées par certains. « Pour un citoyen lambda comme moi, ce n’est pas du tout facile. C’est vrai, les prix des fournitures sont abordables, mais c’est compliqué pour moi. Il faut diminuer, patron ! ».

Ce sont les propos d’un mécanicien de profession que nous avons croisé par hasard dans une librairie, derrière le Lycée Philippe-Zinda-Kaboré, alors qu’il était en pleine négociation avec le maître des lieux.

Afin de remplir leur devoir envers leurs progénitures, certains parents contractent même un crédit bancaire pour assurer les inscriptions et la préparation des cartables. Ce mardi 11 septembre 2018, au quartier Gounghin, c’est une longue file de parents qui se dressait devant le bureau d’une banque de la place, pour remplir des formalités de prêt bancaire, à quelques jours seulement de la rentrée des classes.

Pour une rentrée zen et organisée, d’autres parents d’élèves ont été prévoyants. Ils ont, en effet, commencé les préparatifs dès la fin de l’année scolaire précédente. « Je suis un ouvrier. Dès que je gagne un peu d’argent, j’économise. Je n’attends pas la dernière minute pour commencer à courir de gauche à droite. Je viens de dépenser près de 60 000 F CFA pour l’achat uniquement des cahiers de mes enfants », a fièrement confié Zinsou Léonce Gansou, père de cinq enfants scolarisés.
Quant à Seydou Konkobo, employé dans une société minière, il a une bonne excuse pour n’avoir pas acheté très tôt le matériel scolaire de ses rejetons. « Quand on achète tôt, les enfants, surtout les plus petits, ont tendance à vouloir les utiliser tout de suite et maintenant. Ça va se chiffonner et à la rentrée, il faut acheter d’autres encore », justifie-t-il.

Dans l’ensemble, les libraires et les vendeurs installés aux abords des marchés se tournent les pouces, à la veille de cette rentrée scolaire 2018-2019. Ils sont unanimes : il n’y a pas d’engouement dans les lieux de vente. « Contrairement aux années précédentes, le marché est un peu mou », a déclaré Roland Sawadogo, gérant d’une librairie-papeterie. Il soutient que les parents d’élèves manquent d’argent, surtout après la fête de Tabaski. « Comme il n’y a pas d’argent, les crédits veulent nous tuer. Si tu refuses de donner, ce sont des petites paroles, en particulier avec nos connaissances », a-t-il confié.

Du côté de la librairie Zida, située Rue des écoles, l’affluence des clients n’est pas non plus au rendez-vous. « Le marché, ça va molo-molo », a fini par dire le premier responsable, Issaka Zida. Il explique cette situation par le fait que les parents sont plus préoccupés à inscrire leurs enfants.
« On comprend cet état de fait. On espère seulement qu’ils vont faire un tour dans nos librairies très prochainement », a formulé M. Zida. Aziz Ouédraogo, de son côté, s’alarme : « Je suis au marché depuis 8h du matin, mais jusqu’à l’heure actuelle, je n’ai pas grand-chose dans ma caisse, pour ne pas dire qu’elle est vide. À cette allure, on risque même de fermer boutique ». Puis d’ajouter : « Il faut que les gens arrêtent de vendre les mêmes articles. Ça tue le marché ».

Pour Aïda Ouédraogo, cette rentrée est particulière. Elle va faire ses premiers pas au lycée. « J’ai foi que l’année scolaire va bien se dérouler. J’ai beaucoup travaillé pour cela durant les vacances », a dit la gamine de 11 ans, qui avait à ses côtés sa mère venue faire les derniers achats.
Et si dans certains lycées privés, les responsables ont entrepris des travaux de rénovation, question de rendre beau et attrayant le cadre de travail des élèves, les établissements publics que nous avons sillonnés dans la matinée restent fermés, attendant la rentrée administrative du personnel prévue pour le 15 septembre.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
8 mars 2019 : Le motif de pagne tissé de Nathalia Nikiéma désigné pagne officiel au Burkina
Assises nationales de l’Eglise-famille de Dieu du Burkina : Les Communautés chrétiennes de base au cœur des échanges
Commune de Ouagadougou : Bientôt l’énergie solaire à grande échelle
Violences faites aux femmes : 72 heures de regards croisés sur un phénomène qui « tue en silence »
Ouagadougou : L’échangeur du Nord officiellement ouvert à la circulation
Session ordinaire du CONAPGenre : Pour mieux appréhender le concept de budgétisation sensible au genre
Education bilingue au Burkina : Les acteurs s’accordent sur la nécessité d’adopter une formule unique
Hausse du prix du carburant au Burkina : Le MPP solidaire du gouvernement
Accord sur la facilitation des échanges : Le secteur privé en atelier de renforcement des capacités
Santé humaine et animale : Un programme de recherche validé
Lutte contre l’incivisme dans les établissements scolaires : Les délégués des élèves reçoivent une formation
Protection de l’enfant : L’ONG Educo plaide pour la mise en œuvre de « la Cellule de veille communautaire »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés