Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Opération de retrait des enfants en situation de rue : Des maîtres coraniques aux côtés du ministre de la Femme

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Milaine Tiendrebeogo • vendredi 10 août 2018 à 22h55min
Opération de retrait des enfants en situation de rue : Des maîtres coraniques aux côtés du ministre de la Femme

Le président du Faso, Roch Kaboré, a reçu en audience, ce 10 août, la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal ; et l’Association des maîtres coraniques. A sa sortie d’audience , madame Ilboudo a confié que ce cadre d’échanges a permis de rendre compte au président du Faso, de l’avancée de l’opération de retrait des enfants en situation de rue. Il a également été question, au cours de la rencontre, pour l’Association des maîtres coraniques, d’exposer les problèmes rencontrés sur le terrain mais aussi de faire part à Roch Kaboré, des attentes de l’association.

Cette rencontre, selon la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, a entre autres porté sur le compte rendu de l’opération de retrait des enfants en situation de rue. « Il était bon (…) que nous venions rendre compte au président du Faso de tous les contours de l’opération de retrait des enfants en situation de rue. Nous sommes venus lui dire que nous allons commencer cette opération sous peu », a indiqué Laurence Ilboudo. A l’occasion, l’Association des maîtres coraniques a exprimé au président du Faso, son engagement à faire de cette opération une réussite. Ils ont par ailleurs, au cours de la rencontre, selon Laurence Ilboudo, soumis leurs problèmes, mais aussi les attentes vis-à-vis du gouvernement, suite au retrait des enfants en situation de rue.

Et pour l’Association des maîtres coraniques, cette rencontre vient une fois de plus les rassurer, s’agissant de cette opération. « Cette audience nous a permis de discuter avec le président du Faso qui nous a rassurés quant au bon déroulement de l’opération. Nous donnerons le meilleur de nous-mêmes pour que cette opération aboutisse », a confié Idrissa Kadiogo, président de l’Association des maîtres coraniques, à sa sortie d’audience. Promettant de guider ses élèves coraniques, il a affirmé coopérer avec le ministère en charge de la dite opération, pour en faire une réussite.

S’agissant du retrait de la rue des enfants de moins de 16 ans, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal note que des séances de sensibilisation seront menées à l’endroit des familles qui sont concernées. « Leurs parents seront sensibilisés à la gravité d’envoyer des enfants de moins de 16 ans dans la rue. Nous les encadrerons pour que ces enfants ne soient pas dans les petits commerces de rue », a-t-elle laissé entendre.

A l’en croire, les commerces de rue ne doivent plus être à la portée des enfants de moins de 16 ans car ces derniers, selon ses explications, sont susceptibles de devenir ceux vivant dans la rue. Ce commerce des mineurs serait donc favorable à la montée du nombre des enfants vivant dans la rue. Il sera donc mis sur pied une sensibilisation à l’endroit des parents avant l’application de cette loi. Ainsi, le gouvernement apportera un soutien à ces enfants vivant dans la rue ou exerçant un commerce de rue, afin de leur permettre d’avoir une vie citoyenne saine au sein de la société.

Milaine Tiendrebeogo
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 août à 22:59, par tiibo En réponse à : Opération de retrait des enfants en situation de rue : Des maîtres coraniques aux côtés du ministre de la Femme

    Quoi de plus normal que vous caressez ces gens dans le sens des poils puisque chacun de vous a son grand marabout qui lui sert de guide parmi eux sinon pourquoi l’Etat s’imisserai dans des affaires religieuses. Il y’a autant de confessions religieuses au Burkina mais personne ne pillule dans nos rues si ce n’est ces gens là, la connaissance est administrée par des enseignements contenus dans les écritures et dans des écoles contruites à cet effet pas dans le rue et il appartient a l’Etat d’instruire cela aux interessés, nous sommes un Etat laïc point. Aprês enquête approfondie occupez vous seulement des vrais nevessités pas des necessités volontaires.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 08:55, par Jeune Premier En réponse à : Opération de retrait des enfants en situation de rue : Des maîtres coraniques aux côtés du ministre de la Femme

    C’est quand l’operation aura commence que les maitres coraniques sauront qu’ils se sont faits prendre a la gorge. Ce regime ne fait que tendre des pieges a ses adversaires. On l’a vu avec l’opposition sur la niuvelle constitution et le vote des burkinabe de l’etranger. Tant pis pour ceux qui croient encore aux promesses de ce regime.

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 13:09, par broo En réponse à : Opération de retrait des enfants en situation de rue : Des maîtres coraniques aux côtés du ministre de la Femme

    operation a bien penser dans l’approche de mise en œuvre et sa durabilité. il faut éviter des interventions de fassades. il faut une analyse profonde et non prendre à la légèrete des faits sociaux qui ont leur fondement dans les communautés depuis la nuit des temps/ ON NE PEUT PAS PECHER UN CAIMAN AVEC UNE LIGNE

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 17:06, par Thom En réponse à : Opération de retrait des enfants en situation de rue : Des maîtres coraniques aux côtés du ministre de la Femme

    Bonjour, retirer les enfants de la rue est une très bonne chose mais pourquoi ceux d’au moins 16 ans ? Il faut tout retirer. Un maitre coranique qui sait qu’il ne peut pas prendre en charge de 10 ou moins ou plus d’élèves, qu’il se limite à ceux dont il a la capacité.
    Ces talibés ou enfants de la rue sont tellement habitué à la mendicité qu’ils ne veulent plus travailler. Certains, on les voit avec des portables que quelqu’un qui travaille ne peut même pas avoir....
    J’ai eu pitié des talibés en les laissant manger des mangues dans mon service comme ils veulent en tant qu’enfants, après avoir mangé ces mangues, j’ai leurs ai juste demandé de ramasser les noix et autres qu’ils ont eux même jetté, ils ont refusé, pire, un d’entre eux m’insulté.
    Encore, ils sont dans les rues pour mendier et refusent le travail car, ils en trouvent déjà trop dure. Comment pensons nous que ces enfants pour ont faire quelque chose de bon dans la société si ce n’est pas de l’escroquerie ?
    A ton enfance, tu n’as pas Paris à travailler, comment tu pourras travailler quand tu seras adultes ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Boucle du Mouhoun : Le projet PROMIRIAN dote sept communes de matériel pour la mise en place de services sociaux
Coordination nationale des associations d’enfants et de jeunes travailleurs du Burkina : Le bilan des activités de 2018 passé à la loupe
Journées Entreprises 2018 de 2iE : Faire de l’entreprenariat une stratégie d’insertion professionnelle
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) : Des réflexions pour son opérationnalisation
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés