Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Qualité de l’enseignement supérieur au Burkina : Le rapport 2018 note des progrès

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Dimitri OUEDRAOGO • mercredi 8 août 2018 à 22h46min
Qualité de l’enseignement supérieur au Burkina : Le rapport 2018 note des progrès

Le rapport 2018 des sorties de suivi-contrôle des Institutions privées d’enseignement supérieur (IPES) est fin prêt. Le moins que l’on peut retenir, c’est que, comparativement aux résultats de l’année dernière, les IPES ont progressé cette année en matière de qualité. Toutefois, le rapport a noté des irrégularités chez certaines IPES et les a sommées de se régulariser. Les évaluations ont concerné l’organisation et la gestion administrative ; les infrastructures et les équipements ; l’organisation et la gestion financière ; l’organisation et la gestion pédagogique et l’environnement de la recherche.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation a produit, pour la deuxième fois consécutive, le rapport sur la qualité de l’enseignement supérieur au Burkina. Comparativement à l’année dernière, l’on note une nette progression des IPES. Ainsi, les hommes du ministre Alkassoum Maiga ont effectué 31 visites pour constater, d’une part, l’effectivité d’ouverture d’IPES nouvellement agréées, et d’autre part, le suivi des recommandations issues du contrôle de 2017.

Les résultats des évaluations montrent qu’au niveau des universités, trois sont de bonne qualité, trois autres d’assez bonne qualité, une de moyenne qualité, une autre de mauvaise qualité. Il faut noter que trois universités ont suspendu leurs activités.
En ce qui concerne les institutions et écoles, neuf sont de très bonne qualité, 25 sont de bonne qualité, 23 d’assez bonne qualité, quinze de moyenne qualité, cinq de mauvaise qualité et de très mauvaise qualité. 31 autres n’ont pas été classées.

Les IPES de mauvaise qualité et de très mauvaise qualité sont à blâmer, selon le rapport. Celles-ci ont présenté des manquements sérieux au regard des dispositions du cahier des charges. Ces irrégularités concernent les inscriptions sans les diplômes requis, l’ouverture de filières sans autorisation, l’absence d’équipements de travaux pratiques nécessaires pour les filières techniques et professionnelles…
Pour cela, le rapport invite ces IPES à se conformer aux dispositions. Pour les « très mauvaise qualité », sommation de fermer devrait leur être faite, suggère le rapport.

Par ailleurs, le volet de la recherche, qui constitue l’une des particularités d’une université, n’est pas suffisamment développé dans la plupart des universités. Il est même quasiment inexistant dans certains temples du savoir. Toutefois, le document souligne que bon nombre d’IPES, soucieuses du bon déroulement des activités pédagogiques, de la sécurité dans l’établissement et du bien-être des apprenants, se sont dotées d’équipements et/ou de salles spécifiques.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

DCPM/MESRSI

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : 676 000 personnes ont besoin d’une aide alimentaire entre juin et août 2019, selon la FAO
Recette de la semaine : Poulet au rabilé
Développement local : Le projet Tuuma pour booster l’employabilité des jeunes et des femmes dans cinq régions
Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts
Parrainage d’enfants : Des acteurs clés réfléchissent à des stratégies communes
Communauté Jama’at islamique Ahmadiyya : La 28e conférence annuelle débutera le 29 mars
Route Koupéla-Bittou-Cinkanse-frontière du Togo : Le développement économique inter-Etats en marche
Message de la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose 2019
Liberté d’expression : L’ODJ dénonce des abus contre ses militants
Lutte contre la méningite au Burkina : Les journalistes appelés à s’impliquer
Forum de la Région du Nord : La relance du développement régional au centre des préoccupations
Justice : Il se fait prendre avec des « missiles » à la MACO
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés