Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • mercredi 1er août 2018 à 23h13min
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 1er août 2018, en séance ordinaire, de 10 H 00 mn à 13 H 45 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS
I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE CINQ (05) RAPPORTS.
I.1.1. Pour le compte de la Présidence du Faso :

– un rapport relatif à l’élection du Président et du Vice-Président du Conseil supérieur de la communication (CSC).
Ces élections se sont tenues le 20 juillet 2018. Les membres du CSC ont élu :
– Monsieur Soahanla Mathias TANKOANO, Avocat, Président ;
– Monsieur Abdoulazize BAMOGO, Communicateur, Vice-président.
I.1.2. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :
– un rapport relatif à la location de bâtiments au profit de l’Administration. Il s’agit de :

• neuf (09) bâtiments à usage de logement au profit des volontaires japonais ;
• deux (02) bâtiments à usage de logement au profit du Gouverneur de la région du Centre-Sud et du Haut-Commissaire de la province du Zoundwéogo ;
• neuf (09) bâtiments à usage de bureaux au profit du ministère l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, du ministère de la Communication et des relations avec le parlement, du ministère de l’Economie, des finances et du développement, du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation, du ministère de l’Eau et de l’assainissement et du Médiateur du Faso.

Le Conseil a marqué son accord pour la location desdits bâtiments.
I.1.3. Pour le compte du ministère de la Santé :

– un décret portant changement d’appellation de l’hôpital national Blaise Compaoré. Les différents textes existants font référence à un hôpital dénommé tantôt Hôpital national Blaise Compaoré tantôt Centre hospitalier universitaire de Tengandogo.
L’adoption de ce décret permet de fixer définitivement la dénomination de cet hôpital par l’appellation suivante : Centre hospitalier universitaire (CHU) de Tengandogo.
– un décret portant érection de l’Hôpital de district de Bogodogo en Centre hospitalier universitaire de Bogodogo (CHU-B).

L’adoption de ce décret permet à cet hôpital de mieux assumer ses fonctions d’encadrement des étudiants et de se doter des organes indispensables à une meilleure coordination de l’activité hospitalo-universitaire.
I.1.4. Pour le compte du ministère des Infrastructures :

– un décret portant adoption de la politique sectorielle « Infrastructures de transport, de Communication et d’Habitat (PS-ITCH) ». Cette politique a pour objectif global de développer les équipements et infrastructures de transport, de communication et d’habitat durables et résilients en vue d’améliorer leur accessibilité à toutes les couches socio-professionnelles.

Elle a pour vision selon laquelle : « A l’horizon 2027, les Burkinabè ont accès à des infrastructures de transport, de communication et d’habitat durables et résilientes et qui favorisent la transformation structurelle de l’économie nationale ».
L’adoption de ce décret permet à notre pays de disposer d’un document d’orientation en matière d’infrastructures de transport, de communication et d’habitat.

II. COMMUNICATIONS ORALES
II.1. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a fait au Conseil trois (03) communications :

– la première concerne le bilan du sommet conjoint des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) tenu les 30 et 31 juillet 2018 à Lomé, République togolaise. Au cours de ce Sommet consacré à la paix, la sécurité, la radicalisation et l’extrémisme violent, des décisions majeures ont été prises par les chefs d’Etat dont l’institutionnalisation du sommet qui se tiendra chaque deux ans, de façon alternative, dans l’une ou l’autre des régions, et l’engagement de renforcer la coopération afin de lutter efficacement contre toutes les formes d’insécurité.

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a mis à profit son séjour pour échanger avec nos compatriotes vivant au Togo.
– La deuxième communication est relative au bilan de la 20ème session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), tenue le 30 juillet 2018 à Lomé, République togolaise.

Au cours de cette session, le rapport sur l’état de l’UEMOA, la note sur l’état de convergence dans les Etats membres ainsi que l’avancée des grands chantiers comme l’Initiative régionale pour l’énergie durable (IRED) ont été examinés.
– la troisième communication porte sur le bilan du 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) tenu du 23 au 27 juillet 2018 à Yamoussoukro en république de Côte d’Ivoire.
Le Conseil remercie le gouvernement et le peuple ivoirien pour l’accueil chaleureux réservé à la délégation burkinabè.
Le 8ème TAC se tiendra au Burkina Faso en 2019.

III. NOMINATIONS
III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SECURITE

– Monsieur Kito Yaya SOULAMA, Mle 101 337 A, Commissaire de police, est nommé Directeur provincial de la Police nationale du Bam ;
– Monsieur Bonaventure DEMBELE, Mle 46 703 F, Commissaire de Police, catégorie 1, grade 2, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de la Police nationale du Namentenga ;
– Monsieur Yempabou Ibrahim LOMPO, Mle 239 824 R, Commissaire de Police, catégorie 1, grade 2, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de la Police nationale de la Tapoa.

B. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION

– Monsieur Grégoire KABRE, Mle 97 968 K, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Deuxième conseiller à Tokyo ;
– Madame Claudine Boampoundi SAWADOGO/DADJOUARI, Mle 104 406 A, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Directrice des passeports officiels ;

– Monsieur Ibrahim KONE, Mle 28 149 N, Ministre plénipotentiaire, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur Asie-Moyen-Orient et Pacifique ;
– Madame Aoua TOURE/SAKO, Mle 25 585 W, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Secrétaire générale de l’Institut national des Hautes études internationales (INHEI) ;
– Monsieur Alain KOMPAORE, Mle 59 732 L, Ministre plénipotentiaire, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Consul général à New York ;

– Monsieur Tihngô Sidiki TRAORE, Mle 104 417 J, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur des organisations spécifiques ;
– Monsieur Denis KABORE, Mle 105 218 E, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Deuxième conseiller près l’Ambassade du Burkina Faso à Pékin (République Populaire de Chine) ;
– Madame Aminata OUATTARA/CISSE, Mle 118 860 Z, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommée Directrice des affaires stratégiques ;

– Madame Djeneba Yasmine TRAORE, Mle 24 147 C, Ministre plénipotentiaire, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée Inspecteur technique des services ;
– Monsieur Flavien Imah William NEZIEN, Mle 104 405 P, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Secrétaire permanent de la Commission nationale pour les réfugiés (CONAREF) ;
– Madame Hindétou Bouari NAMOANO, Mle 33 680 M, Interprète-traductrice, 1ère classe, 14ème échelon, est nommée Attachée interprète-traductrice à Washington DC ;

– Monsieur Saïdou OUEDRAOGO, Mle 118 853 R, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur Afrique ;
– Monsieur Ouinibani KONATE, Mle 105 159 R, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur général des affaires politiques et stratégiques ;
– Monsieur Oumarou KOLOGO, Mle 208 201 S, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Premier conseiller à l’ambassade du Burkina Faso à Moscou ;

– Madame Myriam Aman SOULAMA, Mle 105 148 D, Conseiller des affaires étrangères, est nommée Directrice des organisations internationales ;
– Monsieur Hamadé BAMBARA, Mle 208 200 J, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Premier conseiller près l’Ambassade, Mission permanente du Burkina Faso à Abuja au Nigéria ;

– Madame Binta BAYEDIKISSA/KARGOUGOU, Mle 208 203 L, conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommée Premier Conseiller à la Mission permanente du Burkina Faso a News York ;
– Monsieur Mamadou ILBOUDO, Mle 59 730 X, Conseiller des Affaires Etrangères, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Ministre conseiller à l’Ambassade du Burkina Faso à Abidjan ;

– Monsieur Adama KINDO, Mle 208 204 A, Conseiller des affaires Etrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Premier conseiller d’Ambassade à Pretoria ;
– Monsieur Souleymane TRAORE, Mle 32 107 A, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Attaché de presse à l’Ambassade du Burkina Faso à Paris.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

– Madame Jacqueline Anne Marie Christiane LOMPO, Mle 47 672 J, Inspecteur du Trésor, 1ere classe, 11ème échelon, est nommée Inspecteur général des finances.
D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’INTEGRATION AFRICAINE ET DES BURKINABE DE L’EXTERIEUR

– Monsieur Der Laurent DABIRE, Mle 92 319 D, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Conseiller technique ;
– Monsieur Karim Ouépia IDOGO, Mle 105 154 H, Conseiller des affaires étrangères, 1ère Classe, 6ème échelon, est nommé Directeur des organisations régionales et des communautés ;

– Madame Noëlie Marie Thérèse OUEDRAOGO/SOBGO, Mle 28 412 X, Administrateur civil, 1ère classe, 11ème échelon, est nommée Conseiller technique ;
– Monsieur Souglimpo Jean Hugues OUOBA, Mle 97 981 D, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur des organisations sous régionales et transrégionales ;

– Madame Bernadette Marie Conrad NIKIEMA/TAPSOBA, Mle 92 318 C, Conseiller des affaires étrangères, 1ère classe, 7ème échelon, est nommée Directrice du Bureau national de la CEDEAO.
E. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FEMME, DE LA SOLIDARITE NATIONALE ET DE LA FAMILLE

– Madame Assétou SAWADOGO/KABORE, Mle 220 416 K, Conseiller d’éducation féminine, 1ère classe, 4ème échelon, est nommée Secrétaire permanent du Conseil national pour la promotion du genre ;
– Monsieur Soumaïla ZOROM, Mle 82 024 S, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur général des études et des statistiques sectorielles ;

– Monsieur Isaac Alassane OUATTARA, Mle 220 406 Z, Conseiller d’éducation féminine, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur général de la protection et de la promotion de la femme.
F. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

– Monsieur Marou Lazare OUEDRAOGO, Mle 29 801 N, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 10ème échelon, est nommé Conseiller technique en remplacement de Monsieur Lassina SAWADOGO ;
– Monsieur Bernard NIKIEMA, Mle 180 001 A, Gestionnaire financier, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur des finances et de la comptabilité du Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE).

III.2. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
A. MINISTERE DE LA SANTE

Le Conseil a adopté dix-huit (18) décrets.
Le premier décret porte nomination de Madame Zawora Rita ZIZIEN, Mle 224 354 W, Médecin de santé publique, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de la Santé au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Banfora pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le deuxième décret nomme Madame Zawora Rita ZIZIEN, Mle 224 354 W, Médecin de santé publique, Présidente du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Banfora pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le troisième décret nomme les personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Dédougou pour un premier mandat de trois (03) ans.

Au titre du ministère de la Santé :

– Monsieur Robert KARAMA, Mle 118 893 J, Médecin de santé publique.
Au titre du Conseil régional de la Boucle du Mouhoun :
– Monsieur Aboubacar SANOU, Mle 58 387 B, Attaché de santé.Le quatrième décret nomme Monsieur Robert KARAMA, Mle 118 893 J, Médecin de santé publique, Président du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Dédougou pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le cinquième décret nomme les personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Dori pour un premier mandat de trois (03) ans.Au titre du Conseil régional du Sahel :
– Monsieur Hamidou DICKO, Mle 990 0448 C, Technicien de recherche.Au titre des Associations :

– Monsieur Tébayéré Albert KOBIE, Mle 11 324 T, Attaché de santé.
Le sixième décret nomme Monsieur Natyon Dieudonné SOMA, Mle 111 281 J, Médecin de santé publique, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministre de la Santé au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Fada N’Gourma pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le septième décret nomme Monsieur Natyon Dieudonné SOMA, Mle 111 281 J, Médecin de santé publique, Président du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Fada N’Gourma pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le huitième décret porte nomination des personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Gaoua pour un premier mandat de trois (03) ans.Au titre du ministère de la Santé :
– Monsieur Albert HIEN, Mle 97 466 Y, Médecin de santé publique.Au titre des Associations des malades :
– Monsieur Ampornan DAH.

Le neuvième décret nomme Monsieur Albert HIEN, Mle 97 466 Y, Médecin de santé publique, Président du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Gaoua pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le dixième décret nomme Monsieur Irénée WANGRAWA, Mle 95 885 W, Médecin de santé publique, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de la Santé au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Kaya pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le onzième décret nomme Monsieur Irénée WANGRAWA, Mle 95 885 W, Médecin de santé publique, Président du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Kaya pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le douzième décret nomme Monsieur Moussa SANA, Mle 241 911 C, Médecin de santé publique, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de la Santé au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Koudougou pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le treizième décret nomme Monsieur Moussa SANA, Mle 241 911 C, Médecin de santé publique, Président du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Koudougou pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le quatorzième décret porte nomination des personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Tenkodogo pour un premier mandat de trois (03) ans.
Au titre du ministère de la Santé :
– Monsieur Souleymane KABORE, Mle 110 819 C, Médecin de santé publique.

Au titre de la Commission médicale d’établissement :

– Monsieur Yacinthe Sidbéwenné KABORE, Mle 206 895 L, Médecin.
Le quinzième décret nomme Monsieur Souleymane KABORE, Mle 110 819 C, Médecin de santé publique, Président du Conseil d’administration du Centre hospitalier régional de Tenkodogo pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le seizième décret porte nomination des personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration de la Société de gestion de l’équipement et de la maintenance biomédicale (SOGEMAB) pour un premier mandat de trois (03) ans.
Au titre du ministère de la Santé :

– Monsieur Charles SAWADOGO, Mle 55 886 A, Pharmacien biologiste ;
– Monsieur Dramane OUEDRAOGO, Mle 85 493 K, Ingénieur en génie civil.Au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat :
– Monsieur Hadi Honoré YONLI, Mle 97 521 K, Conseiller des affaires économiques.Au titre des Organisations des acteurs privés de l’équipement et de la maintenance :
– Monsieur Augustin SANKARA.

Le dix-septième décret porte nomination des personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de la Société de gestion de l’équipement et de la maintenance biomédicale (SOGEMAB) pour un dernier mandat de trois (03) ans.
Au titre des Etablissements publics de santé :
– Monsieur Rabiou CISSE, Mle 36 262 J, Médecin radiologue.Au titre du personnel :
– Monsieur Rimdella Dominique TASSEMBEDO, Mle 214 901 W, Ingénieur Biomédical.

Le dix-huitième décret nomme Monsieur Rabiou CISSE, Mle 36 262 J, Médecin radiologue, Président du Conseil d’administration de la Société de gestion de l’équipement et de la maintenance biomédicale (SOGEMAB) pour un dernier mandat de trois (03) ans.

B. MINISTERE DES INFRASTRUCTURES

Le Conseil a adopté trois (03) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration de l’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina (AGETIB) pour un premier mandat de trois (03) ans.
Au titre du ministère des Infrastructures :

– Monsieur Yentéma Ousmane YONLI, Mle 23 366 V, Ingénieur des travaux publics.
Au titre du ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat :
– Monsieur Bali TRAORE, Mle 70 06 C, Ingénieur de construction civil.
Au titre du personnel :
– Monsieur Idrissa BAMBARA, Mle 00 13, Assistant financier.

Le deuxième décret nomme Monsieur Firmin BAGORO, Mle 119 811 B, Conseiller des affaires économiques, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère des Infrastructures au Conseil d’administration de l’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina (AGETIB) pour un dernier mandat de trois (03) ans.

Le troisième décret nomme Monsieur Firmin BAGORO, Mle 119 811 B, Conseiller des affaires économiques, Président du Conseil d’administration de l’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina (AGETIB) pour un dernier mandat de trois (03) ans.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement,
Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 2 août à 00:34, par MBAFO En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Une grosse erreur que de changer le nom de l’hopital blaise compaoré.On n efface pas l’histoire par un changement de nom

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 09:24, par Maria de Ziniaré En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      Il sont où les gens qui parlent de RMCK l’humaniste, RMCK le jovial avec tout le monde...... Ce Monsieur sous la révolution a été DG de la Banque Internationale du Burkina (BIB) à 27 ans alors que Blaise était n°2 du CNR. Après la disparition de Thomas SANKARA, RMCK avec avec la bienveillance de Blaise COMPAORE montera en puissance pour occuper successivement le poste de Ministre des Transports et de la communication , Ministre chargé de l’Action Gouvernementale, Ministre des Finances, Premier Ministre Président de l’Assemblé Nationale et également Président du Parti CDP de Blaise Compaoré 10 ans. Ce n’est qu’en janvier 2014 qu’il a quité le CDP pour créer son parti MPP sous l’instigation du revanchard Salif DIALLO.
      RMCK a eu un parcourt exceptionnel qu’aucun autre Burkinabè n’a connu et ne connaîtra il est avec Gérard kango les seuls fils du pays à avoir été premier ministre et président de l’assemblée , il est le seul fils du pays à s’être assi sur le même fauteuil de ministre des finances après que son père l’ait occupé sous Maurice Yaméogo.
      Pour utiliser les mots de l’iman de mon quartier il a la baraka ( béni de Allah ) et pour utiliser les mots du politologue il est une créature politique de Blaise COMPAORE à qui il est redevable des nominations qui l’ont bonifié au fil des temps et des grands chantiers chantiers dont il a hérité ( échangeur du nord, barrage de Samandeni, aéroport de Donsin, TAC avec l autoroute Abidjan Ouaga.......) .
      C’est ce homme fabrique de Blaise COMPAORE et qui l’a accompagnée pendant 27 ans dans l’intimité du pouvoir qui aujourd’hui décide d’effacer le nom de Blaise COMPAORE de l’hôpital construit par Taïwan pour le Peuple Burkinabè.
      C’est une première dans notre pays qu’une infrastructure publique qui porte le nom d’un Burkinabè en général et celui d’ancien président plusieurs fois élu dans les urnes et ayant prêté serment plusieurs fois devant le conseil constitutionnel soit effacé.
      Le Burkina est entrain de tomber dans les excès de la méchanceté gratuite inutile qui nous rabaisse. Maurice, Sangoule .....ont leur nom sur des infrastructures dans le pays même le papa de Rock Harley-Davidson Bila KABORE a son nom dans une rue de Ouaga. Que gagne le Burkina et personnellement RMCK dans ce changement de « Hôpital Blaise COMPAORE » en
      « Centre hospitalier universitaire de Tengandogo » ? N’était il pas plus sage et raisonnable de changer le mot « hôpital » par « Centre hospitalier universitaire » pour avoir « Centre Hospitalier Universitaire Blaise COMPAORE » ?. Encore une faute politique qui va diviser les Burkinabè au lieu de les réconcilier et qui manifestement est improductive et ne grandit pas le PF. Aucun bénéfice politique à tirer de cet acte qui n’est qu’un parricide : Clement Pengdwendé Sawadogo le sage et pondéré et Vincent Dabilgou qui ont siégé avec Blaise en conseil des Ministre auraient dû souffler à l’oreille du PF pour éviter cette inélégance républicaine.

      Répondre à ce message

      • Le 2 août à 10:41, par kabore En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

        Maurice Yameogo, malgré son exile n’a pas pris la nationalité du pays d’accueil. Lamizana a été patriote. Dans l’histoire de notre pays aucun ancien président n’a accepté prendre une autre nationalité. Le simple fait d’accepter autre nationalité prouve qu’il ne mérite pas qu’on lui accorde une rue. S’il avait la double nationalité avant d’accéder à la magistrature cela était compréhensible. Prendre une autre nationalité pour échapper soit disant à la justice burkinabè n’est pas honorable un ancien président qui se dit patriote.

        Répondre à ce message

        • Le 2 août à 16:40, par Africa En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

          Il n’est pas exact de dire que le long séjour du Président Maurice Yaméogo en RCI était un exil. Il était invité par le Président Houphouet Boigny qui lui disait que lorsque le grand frère invite son cadet, c’est lui qui fixe le jour de départ. Ainsi donc le Président Yaméogo est resté en RCI jusqu’au décès de son aîné avant de rentrer au pays. Lors du soulèvement populaire du 3 janvier 1966, il lui aurait été proposé par le Président Houphouet Boigny de l’exfiltrer. Le Président-Patriote refusal et Larissa partir seulement son épouse métis son ivoirienne qu’il venait d’épouse en octobre 1965 coincidant avec l’inauguration de la maison du parti RDA devenue l’actuelle maison du peuple rebaptisée par les insurgés du 3 janvier 1966.
          Ses adversaires politiques en profiterent pour reeler lemurs comptes à travers un procès politique le privant de ses droits civiques pour empecher un come-back inéluctable, tant sa popularité fut intacte auprès des populations des campagnes aà travers le pays.

          Répondre à ce message

      • Le 2 août à 14:42, par verite no1 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

        Et pourtant, j ai beaucoup apprecie cette decision sage qui ne fait que grandir le Burkina Faso !
        Alors, je demande a tous les nostalgiques de privileges, de mettre l’interet general en avant !
        Blaise est un fugitif ie activement recherche par la justice et le nom de cette meme personne figure sur nos batiments, un peu de serieux !
        Voila, celui ou celle qui n’est pas d’accord peut demander a Allassane de nommer le CHU de Cocody, hopital Blaise Compaore, point barre !
        Ici, nous on circule ! Et d’ailleurs c’est lui meme qui a inscrit son nom sur l’hopital, cela montre meme que votre Blaise est un homme tres serieux !!!!!!! On doit voter une loi interdisant les Tshirt Blaise Compaore a l’interieur du Burkina !!!!!!!

        Répondre à ce message

    • Le 2 août à 12:41, par Passakziri En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      Je salue cette décision, pas parce qu’il s’agit du nom "Blaise Compaoré ", mais parce que je trouve que pour un pays qui a de l’histoire, il ne devrait pas manquer de dignes fils nous ayant devancé à l’au- delà pour qu’on se mette à bâptiser nos rues et édifices des noms de personnes vinantes. C’est un phenomème qui m’a toujours surpris , mais j’ai fini par comprnedre le narcisisme de nos dirigeants et politiques qui se prennent toujours pour les plus importants sur terre. Bâptiser nos rues et édifices de noms d’individus devrait uniquement se faire à titre posthume puisqu’on ne saurait prevoir ce dont l’homme est capable ou incapable de réaliser avant son dernier souffle. Si nous n’avons pas assez de morts digne de rester dans la Memoire collective à ce Point qu’il nous faille faire porter des noms de vivants á nos rues, c’est que nous ne sommes pas assez entrés dans l’histoire comme Nation. Mon souhait serait qu’on mette fin à cette sauvagerie en eloignant toute ces dénominations de complaisance , les exemple ne manquent pas ( Terrain omnisport Simon Compaoré .... et j’en passe ). Imagininez vous un visiteur qui passe à côté et qui veut savoir l’importance historique du nom de telle ou telle rue, qu’est-ce qu’on lui raconte ? ca ne fait pas belle figure pour le pays.

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 01:17, par Panga En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Un gouvernement vraiment mouta mouta à la l’image de son premier responsable ! On nomme une dame directice générale du contrôle en enjambant les textes qui encadrent la nomination à ce poste parce que tout simplement on veut créé la zizanie au sein de la famille des financiers. Il aurait fallu que les contrôleurs la désapprouve dès sa nomination et sans même qu’elle prend. Dame Rosine (MINEFID) se réalise que cette fois ci elle doit se rétracter sur cette nomination et à ses dépend. Cela dénote à quel point cette MINEFID est foncièrement mauvaise et rancunière. Que MINEFID sache que les calomnies, les souhaits des gens de son département la suivra un jour ( madame la super ministre, la plus intelligente que le Burkina n’est connu). MADAME LA MINISTRE ! LE MINEFID N’EST PAS VOTRE FOYER ( D’AILLEURS SI VOUS EN AVIEZ). Malgré, vous faite nommé la même dame Inspectrice Générale des Finances et en 2 conseils des ministres successifs. Bravo à vous la plus intelligente des burkinabès. Vous surpassez même le président de la république en matière d’intelligence puisque vous aviez toute l’attitude de faire et de défaire qui vous voulez ! SACHEZ QUE VOTRE MECHANCETE VOUS RATTRAPER A L’AVENIR MADAME L’OISEAU RARE D’UN BURKINA A LA CROISE DES CHEMINS AVEC UN POUVOIR INCONSÉQUENT !

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 09:43, par KGB En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      Toute cette réaction à cause du FC s’il vous plait mettez la balle à terre et laissez le BURKINA en paix. Plus rancuniers que vous on meure surement. Ne vous en faites pas tôt ou tard elle partira et vous allez pouvoir reprendre vos mauvaises habitude en nous piaillant nos maigres ressources. Bravo à vous. Dieu vous voit. Le bien mal acquis ne profite jamais.

      Répondre à ce message

      • Le 2 août à 11:44, par Jeune flic En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

        malheureusement toi aussi KGB ton aigreur risque de donner une hypertension artérielle qui tue, ressaisis toi et n’en veux pas à ce monsieur qui n’a dit que la vérité. on nomme une dame le 27 juillet 2018 et elle est nommée à nouveau à un autre poste le 1er août 2018, quel amateurisme ?

        Répondre à ce message

      • Le 2 août à 12:04, par Maria de Ziniaré En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

        L’acquisition d’une nouvelle Nationalité est un fait juridique banal qui s’opère tous les jours dans le monde il est différent de la renonciation à la Nationalité à laquelle vous faite inconsciemment allusion sans le savoir.
        La Nationalité ne s’échange pas comme des devises dans un bureau de change , c’est une qualité juridique qu’on acquiert qui ne vous enlève pas vos autres qualités antérieures (excepté les pays où la double nationalité n’est pas reconnu comme en Allemagne). La nationalité Burkinabè ne s’oppose pas à la nationalité ivoirienne parce que le Burkina et la Côte d’Ivoire reconnaissent la double nationalité. Des millions d’Ivoiriens ( d origine Burkinabè) ont aujourd’hui le passeport ivoirien dans la poche droite et le passeport Burkinabè dans la poche gauche et vous n’êtes pas plus Burkinabè que ces derniers du fait que vous êtes exclusivement Burkinabè sans autre nationalité en plus. En conclusion émotivité mise à part ( vous avez le droit de raisonner avec vos émotions) aucun Burkinabè même RMCK le PF actuel n’est plus Burkinabè que Blaise COMPAORE parce que ce dernier n’a jamais renoncer à sa nationalité Burkinabè et la justice Burkinabè ne l’a pas déchu de cette qualité. Et pour votre gouverne prendre une autre nationalité n’est pas un délit dans notre Burkina Faso.
        On voulait son Nam il nous l’a laissé en démissionnant avant terme et a quité le pays . Il a pris la nationalité de son épouse et alors ! Ayons l’intelligence de lui foutre la paix et de nous occuper de nos problèmes de pauvreté structurelle, de relance de l’économie en panne, d’insécurité grandissante ...etc . Blaise par ci Blaise par là ne peut pas être notre slogan de développement, Blaise c’est le passé du Burkina laissons ce sujet de distraction aux historiens et regardons l’avenir.
        Dommage que vous n’ayez répondu à la question qui vaille la peine à savoir Que gagne le Burkina et personnellement RMCK dans ce changement de nom ?

        Répondre à ce message

    • Le 2 août à 11:41, par Natura En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      Sans vouloir défendre une position quelconque, je pense qu’il est aussi possible de faire des remarques aussi dures et pointues dans un esprit de courtoisie et de respect pour l’autre. soyons intègre en toute chose. sans rancune svp.

      Répondre à ce message

    • Le 2 août à 16:55, par Le Sankariste En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      Hummm, au ministère des animaux, il y en a pire. Koutou a amené un homme pour diriger les animaux à la DGESS du MRAH ;

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 07:58, par Sarko En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Dame Rosine on ne te comprend pas . Ta farouche volonté de promouvoir le genre va te perdre définitivement.Regarde la cacophonie que tu fais au MINEFID .Tu t’ es rendue compte de ta grossière erreur en nommant une dame qui ne répond pas aux critères de DG du contrôle financier et pour ne perdre la face , tu fais rapidement marche arrière et tu la propulse inspectrice générale .S’ il te plais, écoute tes conseillers et les différends DG qui t’ entourent . Ton management va faire crouler le ministère .Les financiers, trésoriers, douaniers,et fiscalistes sont remontés contre toi . Depuis que ce ministère existe on n’ a jamais vu cela . Roch , il faut agir .

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 08:42, par yeswecan En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    – Madame Aminata OUATTARA/CISSE, Mle 118 860 Z, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 5ème échelon, est nommée Directrice des affaires stratégiques

    – Monsieur Ouinibani KONATE, Mle 105 159 R, Conseiller des Affaires étrangères, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur général des affaires politiques et stratégiques
    affaires stratégiques
    affaires politiques et stratégiques
    what is the difference between ces deux STRATEGIES ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 08:48, par De Balzac En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Foutez nous la paix, vous les gens du MINEFID. Ce n’est pas qu’on n’a jamais vu quelque chose que cette chose n’existe pas. Le changement est toujours le principe de l’évolution. Et puis, qui ne se trompe jamais, sauf ceux qui ont la critique facile ! Alors, attendez votre tour. Tout le monde est remonté contre elle au MINEFID, mais quel Burkinabé honnête n’est pas remonté contre vous les gens du MINEFID ? Est-ce pour autant vous êtes prêts à changer ?

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 10:28, par Sarko En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      De Balzac, l’ erreur est humaine ; mais de là à induire tout le conseil des ministres en erreur ; cela est une faute grave .Pour être nommer DG du contrôle financier il y a des critères strictes à remplir et la bonne dame (Lompo ) ne les remplissait pas . si les choses se faisaient correctement , ce pays n’ allait avoir aucun problème .
      Tu n’ aimes pas les agents du MINEFID ; c’ est ton droit mais delà à dire que les burkinabè qui ne sont pas remontés contre eux sont malhonnêtes ; est inconcevable .
      Dieu te garde et te donne la force d’ aimer les agents du MINEFID ; car n ’est pas douanier , financier ,trésorier ou fiscaliste qui le veut .
      Fraternellement à toi DE Balzac, le burkinabé honnête remonté contre les gens du MINEFID .

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 09:20, par leprofane En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    A la lumière de cette cacophonie au sein du Minefid, plusieurs questions méritent d’être posées :
    1)le gouvernement tout entier, que nous respectons à travers les bonnes actions déjà menées et encours, est –il responsable ?
    A priori oui puisque ce sont des actes posés en conseil des ministres et qui emportent en principe une responsabilité collégiale.
    2) Mais au fonds n’est-il pas induit en erreur ?
    Je pense que oui parce qu’un dossier surtout de nomination à un conseil des ministres surtout d’un acteur ayant au moins rang de DG doit en principe faire l’objet d’une instruction avisée et éclairée par les initiateurs de telle sorte qu’en dehors des incompatibilités flagrantes et apparentes le CM entérine. L’instruction avisée et éclairée suppose que les initiateurs ont pris le soin avec les techniciens du domaine de baliser au fonds le dossier avant de l’introduire en conseil des ministres. En somme dans le cas présent, le conseil des ministres a été trompé….
    3) Aussi, suis-je en droit de demander au conseil des ministres en pareille circonstance en dehors du fait de renommer l’acteur à la tête d’une autre structure qui s’apparente à un repenti, est –ce qu’il y a d’autres mesures prévues au moins pour une question d’image.
    La question est posée parce que à mon humble avis, nul ne peut se permettre d’induire un conseil des ministres dans une erreur pareille qu’un minimum d’instruction (simple lecture du décret en question) aurait permis d’éviter.
    Juste un citoyen profane qui cherche à comprendre. Merci chers membres de conseil des ministres de faire en sorte que les énormes efforts et sacrifices consentis dans la gestion de notre chère partie prennent le dessus sur les considérations individuelles et personnelles.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 09:24, par Hamissou En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    L’hôpital construit par Taïwan n’est pas un don, nous lui avons emprunté de l’argent pour le faire et que nous sommes en train de lui rembourser et si j’en crois les indiscrétions, tout l’argent emprunté à cet effet n’y a pas été investi sans qu’on ne puisse nous dire où est partie le restant. Merci à Taïwan pour ce pret.

    Nos dirigeants de l’époque auraient dû éviter le nom de baptême qu’il lui ont donné. Ça faisait un peu dictature que de lui donner le nom du régnant alors que c’est un mérite qu’on lui aurait reconnu à la fin de son mandat. Cet hôpital provenant d’un prêt non encore soldé à ce jour et non d’un don, il appartenait donc logiquement aux gouvernants de l’époque de lui donner un autre nom évocateur comme celui dont il vient de recette baptême.De son vivant, Sankara n’avait fait baptiser aucune rue, aucun village, aucun rond point ou autre immeuble en son nom.

    Ah pendant que j’y suis messieurs les financiers, par les insanités et autres propos orduriers que vous lancez contre votre ministre, vous vous comportez en macho. Qu’avez vous contre la promotion de vos mères, vos épouses et vos soeurs ? Theresa M au Royaume-Uni, Angela Merkel en Allemangne ça ne vous conviendrait pas hein ! Pourquoi voulez vous n’avoir les femmes que sous vos ordre. Vous n’êtes pas à domicile hein, c’est le service public et à compétence égale......

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 11:48, par Zitai En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      Heeee !!!! Monsieur je sais tout et qui, pour une première fois ne sait absolument rien du tout, pas même une simple lecture linéaire de ce qu’il a sous ses yeux. Reformule la dernière partie de ton post et adresse le correctement au CM qui nomme, change ou renommé à sa guise.
      Kô insanités ? Vraiment ? Non merci, franchement. Si vous en voulez, pour mieux "étoffer" votre vulgarité qui en a bien besoin, on vous les laisse ; cadeau. Nous financiers, trésorier, douaniers et statisticiens sommes zen, raffinés et républicains. Pas de personnalisation dans la conduite des affaires d’état. Non.
      Qui est fou pour se pourvoir éternellement en dédits et discrédits ? On a été bien formés, nous ; à l’ENAREF, à l’END....On a une carrière nous.
      Ami.. ca.. le.. ment....

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 09:34, par Toxda-sida En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Excellence Monsieur le Premier, pouviez-vous me démontrer en quoi, la formation de 10 fonctionnaires par exemple à l’ENAM est plus coûteux que celle de 05 fonctionnaires.
    En toute sincérité, à moins que quelqu’un me dit le contraire, le nombre de poste fixé par concours professionnel en 2018 n’obéit à aucune règle et aucune explication ne peut soutenir cela.
    En guise de suggestion, Excellence, Monsieur le Premier Ministre, cette injustice peut être corrigée par un complément de la liste des admis par au moins 05 de la liste d’attente.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 10:30, par armel En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    A maria de ziniare.Vous vous trompez .Blaise est loin d avoir fabriqué RMCK.Loin de la.Savez vous dans qu elles circonstances Blaise a approché RMCK ?Pour vous donner des indices,rappelez vous de 1998 a la mort de Norbert, Arsène était président du cdp ,et RMCK en disgrâce,pourquoi a t on ramené RMCK ?Pourquoi RMCK a été le seul a faire deux mandats comme président de l assemblée sous Blaise ? Parlez de ce que vous connaissez,même si je comprend que la fuite de vos clients vous a fait perdre la tête, et votre pouvoir d achat.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 11:21, par Zitai En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Nominations dans les fonctions individuelles :

    C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

    – Madame Jacqueline Anne Marie Christiane LOMPO, Mle 47 672 J, Inspecteur du Trésor, 1ere classe, 11ème échelon, est nommée Inspecteur général des finances.

    Quoi ? Mais je dis, cette (pauvre ?) femme est sûrement la plus malheureux des promus de toute l’histoire des CM. Rendez vous compte : en sa séance du 24 juillet, elle était directrice générale du contrôle financier, le 01 août, juste une semaine elle est inspecteur général des finances ; de quoi faire perdre leur latin aux parents, amis et connaissances qui ne sauront plus si il faut féliciter tout de suite ou encore attendre une autre semaine pour voir ? En effet elle semble bien partie pour une autre nomination express. Au prochain CM ce serait quoi ? Ma sœur, t’as du mérite, c’est sûr. Retourne tranquille au Trésor, faire valoir tes compétences. Quitte ce jeu morbide "d’échanges de civilités" entre porteuse d’eau potable et coordination avant qu’elle ne te prenne ce qui te reste : la probité et l’honneur familial.
    Libere toi du "cynisme institutionnel" du CM qui n’infantilise plus que ceux qui l’animent.
    INCROYABLE.

    Amicalement.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 11:27, par Parmesan En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Bravo au Gouvernement pour le nom de cet hôpital. Il y avait effectivement besoin de marquer un tournant stratégique. Grâce à ce symbole c’est maintenant chose faite. Le Burkina n’acceptera plus jamais d’ériger la forfaiture en modèle pour les générations futures. L’ex Président n’avait qu’à respecter la constitution, mettre fin au système corrompu qu’il a savamment et patiemment mis en place pour espérer mériter la reconnaissance du peuple qu’il a oppressé pendant si longtemps. La fuite et la naturalisation de ce dernier n’ont certes pas non plus contribué à plaider la cause du maintien de son nom.

    C’est un point d’histoire qui doit rester, justement pour l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 12:08, par Bigbalè En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Hôpital Blaise Compaoré : C’était la première fois dans l’histoire de la haute-Volta et du Burkina que l’on voyait un Président en exercice faire baptiser une infrastructure nationale, construite avec de l’argent public (prêt non encore remboursé) avec son Nom et Prénom. En son temps, plusieurs personnes riaient sous cape et se moquaient des Burkinabè. Les griots de Blaise devaient attendre qu’il quitte le pouvoir pour proposer qu’on baptise une infrastructure ou un monument avec son nom. Mais voilà, aveuglés par le pouvoir d’alors et voulant à tout prix plaire au dictateur Blaise Compaoré, les mêmes griots n’ont pas fait attention à cette bourde qui se retourne contre l’individu Blaise qui, une fois de plus voit son nom trainé dans la boue de l’histoire. On dira simplement que c’est bienfait. Blaise n’avait qu’à regarder si un des Présidents avant lui a osé faire un tel baptême avant lui. Bêtise quand tu nous tient.
    Deuxième chose : le même Blaise Compaoré, après l’insurrection et dans le comble de l’indignité est allé dans sa belle- famille pour prendre une autre nationalité en oubliant qu’il a été Président d’un pays. On aurait compris que une fois marié avec Chantal, il avait pris aussitôt la nationalité ivoirienne. Même ça, pour un officier supérieur d’une armée nationale, quelle conclusion fallait-il tirée ?? Et la traitrise a été effective puisque Blaise ne peut aujourd’hui convaincre personne que le clan Houphouet et la françafrique ne se sont pas servi de lui pour liquider la révolution sankariste.
    Ceux qui s’offusquent qu’on ait rebaptisé cet Hôpital en enlevant le nom de Blaise Compaoré devrait regarder les choses en face car même le pauvre peut conserver et défendre sa dignité humaine. Notre Blaise Compaoré pas su garder un minimum de dignité et l’histoire sera toujours sans pitié pour les individus de son genre !!! Ainsi va la vie !

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 13:44, par Passakziri En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      C’est pas tout à fait exact : Figuerz vous que des simples maires ont prêté leur noms et les noms de leur gébniteurs à des édifices pour des raisons qu’on ignore. Le terrain omnisport Simon Compaoré existe bel et bien et il y’en a encore plus. En fait si on était sérieux chez nous, on aurait confié le travail à des historiens qui auraient fouillé dans l’histoire pour faire des Proposition à l’échelle nationale et africaine pour aider à garder les traces de l’histoire du pays ;
      Si nous n’avions pas assez de héros nationaux, au moins sur le plan Continental, on aurait pu combler ce qui manque. Mais de là à donner des noms de vivant, c’est plus que ridicule et depasse l’écelle de l’homme " Blaise Compaoré "

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 13:56, par Africa En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Cette décision du CM vient soulager sans doute l’ancien Président Blaise Compaoré qui n’avait pas besoin de cette forme d’auto-glorification pendant qu’il présidait aux destinées du pays. Selon certaines insdiscrétions de l’entourage de l’ancien président, l’initiative avait été declenchée par un courtisan zélé et influent. Et par suivisme tous les courtisans ont validé alors que le président lui-même était réservé. Vrai ou faux ?
    Il semblerait qu’au départ, il s’agissait bien d’un projet de CHU doté d’un plateau technique très relevé où offieront nos meilleurs spécialistes dans les domaines visés afin de prodiguer des soins pour les uns, contribuer à réduire les évacuations sanitaires à l’extérieur pour les auprès, notammen ceux qui jouissent de ce privilège et enfin, encadrer la spécialisation des étudiants comme internes des hopitaux.
    L’ancien président a bati assez d’infrastructures qui traverseront les âges comme le palais de la République à Kossyam, le monument aux martyrs, etc. Et comme l’Histoire de tout monument se rattache au nom de son batisseur, l’ancien président n’avait pas besoin de cette coqueterie de ses courtisans pour entrer de son vivant dans la mémoire collective de ses compatriotes. Il eût été plus judicieux de laisser l’Histoire faire son jugement et le placer à la place qu’il mérite. Pour finir, je pense que le CM a pris la meilleure décision qui sied.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 14:48, par Le sage En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Malgré ces erreurs grossières et flagrantes du Ministre de l’Economie et des Finances, certains internautes veulent quand même la soutenir tout simplement par ce qu’elle veut bloquer le Fond commun. Vous aussi, donc vous décidez de la soutenir aveuglement même si elle fait des bêtises vous fermez les yeux. Reconnaissez un peu que le Ministre des Finances fait excès de zèle. Dans aucun pays on a vu un Ministre des Finances aussi cynique, méchant, et rancunier. Dans tous les cas, elle ne va pas rester éternellement Ministre des Finances. Et puis, tout se paie sur cette terre. La malédiction des gens ne peut pas ne pas la suivre. Elle n’a qu’à se ressaisir pendant qu’il est temps. C’est un conseil d’ami.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 15:23, par Hamissou En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Ah Zitai ! Même quand on est bien éduquée bien formé on arrive malheureusement à dire des insanités du genre. "MADAME LA MINISTRE ! Le MINEFID N’EST PAS VOTRE FOYER (SI VOUS EN AVIEZ)"..... A supposer même que cette partie du poste soit réelle, on est loin de la bonne éducation en servant de la Vie privée de quelqu’un tant au titre des luttes politiques que syndicales et ça nos hommes politiques et responsables syndicaux l’on bien compris. Si vous partagez ce poste de Panda de 01 h 17, vous êtes vraiment irréprochable. C’est une adresse que je ne ferai jamais à une femme même si elle est mon enemie a fortiori mon supérieur hiérarchique. Et je ne sais pas tout.

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 19:41, par Zitai En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

      Avec la courtoise prégnante qui nous caractérise à présent, vous et moi, serait-il permis que je vous pose une question ? Si ? Merci. Alors dites voir mon brave, à quel niveau pourrait on déceler de la discourtoise ? Entre votre post et le mieux ? Car vous noterez que je réagissais à votre post tout juste. Et les propos sortis d’un autre post que vous exhibez ne sont pas les miens. Et c’est pas courtois. Si si, revoyez le fil des posts pour vous en convaincre. Vous verrez alors que ce n’est ni à moi ni le reflet de mon style d’ailleurs.
      C’est l’opinion d’un autre internaute et la courtoisie, justement, vous commande de lui répondre directement. Monsieur. L’amalgame à dessein de votre par sera-t-il un indicateur de courtoisie ?

      "Courtoisement" vôtre, Monsieur.

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 16:19, par ZSJY En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 01 Août 2018

    Merci au président ROCK de remettre les pendules à l’heure.
    On ne rentre pas dans l’histoire en érigeant des monuments et des édifices en son nom.l’histoire fini toujours par te rattraper.
    Ceux qui rentre dans l’histoire en reculant finissent par effacer leur nom de l’histoire. Ce n’est pas de son vivant ou sous son règne que l’on écrit l’histoire, c’est après que l’histoire s’écrit et rectifie les choses. " Je veux que l’Afrique retienne de moi l’image d’une personne qui a mené une vie utile à tous" disant le prophète SANKARA. Il le disait et il le faisait mais jamais il n’a voulu s’octroyer un monuments de son vivant voilà pourquoi en 4 années de règne il a braqué les lampions de l’histoire sur lui. D’autres feront plus de 27 années sans pouvoir écrire leur nom dans l’histoire de ce pays.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés