Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 12 avril 2018 à 06h00min
Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), a animé une conférence de presse, ce mercredi 11 avril 2018, pour faire le point de l’audience qui lui a été accordée par le chef de l’Etat le 27 mars dernier. Une occasion au cours de laquelle le REN-LAC a profité pour remettre officiellement un mémorandum d’interpellation sur la volonté politique dans la lutte contre la corruption.

Selon les conférenciers, cette audience est intervenue à l’occasion de la double commémoration de la 12ème édition des Journées nationales de refus de la corruption (JNRC) et du 20ème anniversaire du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), tenus du 1er au 20 décembre 2017 sous le thème : « Le REN-LAC, 20 ans de vie, 20 ans de lutte contre la corruption et l’impunité aux côtés du peuple : acquis, défis et perspectives ».

« Au cours de cette audience, le REN-LAC a, de vive voix, exprimé au chef de l’Etat, son insatisfaction et ses inquiétudes quant à sa volonté et à son engagement dans la lutte contre la corruption dans notre pays », a déclaré le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Dr Claude Wetta.

Séance tenante, le REN-LAC a interpellé le chef de l’Etat à travers un mémorandum sur deux points majeurs :
 La nécessité d’agir urgemment contre l’impunité et pour le recul de la corruption, condition sine qua non d’un véritable décollage économique et social du pays ;
 La nécessité de mettre en œuvre concrètement les réformes institutionnelles et législatives opérées à la faveur de l’historique insurrection du peuple, notamment la loi N°004-2015/CNT du 3 mars 2015 portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso et la loi organique sur l’Autorité supérieure du contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC).

Doléances du REN-LAC

A en croire Dr Claude Wetta, le REN-LAC a signifié au Président du Faso que tout le peuple burkinabè l’invite en tant que chef de l’Etat à prendre le taureau par les cornes dans la lutte contre la corruption en s’impliquant personnellement et en donnant l’exemple à travers des signaux forts.
Le REN-LAC l’a invité à agir entre autres sur les points suivants :
 Veiller à ce que les structures d’enquêtes, les corps de contrôles et la justice aient les moyens humains et financiers prévus pour accomplir leur mission ;
 Mettre tout en œuvre pour solder le lourd passif des crimes économiques ;
 Prendre des mesures fortes en vue de la rationalisation de la gestion des véhicules de services et de fonction, afin de réduire d’une part les opportunités de corruption et malversations et d’autre part, de réaliser des économies qui serviraient à la promotion d’infrastructures pour offrir des services sociaux de base de qualité aux populations ;
 Veiller à ce que la désignation des directeurs généraux des sociétés d’Etat (SE) et des Etablissements publics de l’Etat (EPE) se fasse par voie de recrutement à travers un appel à candidature, pour insuffler un vent de gouvernance saine et vertueuse en leur sein.

Réaction du Président du Faso

SE du REN-LAC, Dr Claude Wetta (au centre)

« En réponse, le chef de l’Etat tout en confiant être en parfait accord avec le REN-LAC sur ses analyses et sur les points d’interpellation a aussi insisté sur la nécessité que chaque acteur joue son rôle », ont confié les conférenciers.
Sur la question des détournements dans l’administration publique, le Président du Faso a invité le REN-LAC à orienter aussi ses actions vers les syndicats qui refuseraient de participer à la mise en place des conseils de discipline dans les ministères.

En ce qui concerne l’impunité, Roch Kaboré, après avoir rappelé au passage les efforts d’amélioration du traitement des magistrats, a dit ne pas comprendre que les choses restent toujours en l’état du côté de la justice.
Sur la question des biens mal acquis, le REN-LAC a affirmé que le Président du Faso a laissé entendre qu’on ne regarde que ceux d’en haut, tout en ignorant ceux du « milieu », les fonctionnaires qui, malgré leurs modestes moyens, ont des patrimoines immobiliers impressionnants à Ouaga 2000.
Quant à la question de la réforme du parc immobilier de l’Etat, il a indiqué qu’elle nécessite que tout le monde s’y implique, parce que requérant un changement de mentalité.

Désolation et inquiétude du REN-LAC

« Comme vous le constatez, il y a à travers ces propos, comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat face à un fléau aussi grave que la corruption. Bien évidemment pour que la corruption recule dans notre pays, il faut un changement des mentalités à tous les niveaux », a affirmé M. Wetta.

« Au lendemain de son élection, le Président Kaboré, à l’occasion d’une rencontre ayant regroupé des jeunes, des femmes, des victimes de la résistance victorieuse au putsch de septembre 2015, tenue le 12 décembre 2016, a déclaré avec force que "Le temps de la corruption et du vol est terminé !" Les faits montrent cependant que, loin d’être "terminé", le temps de la corruption et du vol court toujours et avec célérité ! Plus de trois ans après l’insurrection populaire et plus de deux ans après la Résistance victorieuse au putsch de septembre 2015, la situation demeure caractérisée par de fortes et légitimes attentes en matière de gouvernance et de lutte contre l’impunité », a dépeint le REN-LAC.

En plus des structures de lutte contre la corruption au Burkina, le REN-LAC souhaite qu’une dynamique saine soit impulsée depuis le sommet de l’Etat. « Ailleurs comme au Rwanda, c’est le chef de l’Etat lui-même qui incarne la ferme volonté de combattre le fléau et d’engranger des résultats forts appréciables », ont-ils illustré.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 avril à 00:16, par kris En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    VRAIMENT DESOLANT, UN VRAI AVEU D IMPUISSANCE
    NOUS COURONS DROIT VERS LE MUR ALORS
    DANS LA PERSPECTIVE DU PNDES, ON EST DONC MAL BARRE SI RIEN N EST FAIT ???

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 01:35, par LeGuinga de Zoula En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    « Des traces de crottes du diable (uranium) ont été découvertes dans le Sahel et de pipi de Lucifer (pétrole )vers Nouna et Essakane », a déclaré mardi Oumarou Idani, ministre des mines et des carrières sur le Plateau de l’émission Dialogue citoyen sur la RTB. Depuis quand les ressources minieres d’ un pays africain ont- ils jamais profite a l’ afrique francophone ? Ne revez meme pas. Les deux battants des portes de l’ ; enfer viennent d’ etre ouvert (dixit Le Guinga de Zoula).

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 06:24, par Ismo En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Wahou !
    Il est évident qu’avec des réponses fuyantes de ce genre, le Président du Faso nous dit de nous débrouiller avec la corruption et que cela ne relève pas de lui.

    Cependant, s’il instruait le Ministre de la justice de porter systématiquement plainte à la gendarmerie en cas de détournement, après les enquetes préléminaires, les juges pourraient émmettre des mandats de dépot. Le procureur peut aussi s’en saisir comme il l’a fait pour le cas de CANIS. Mais les dénonciations des détournements sont faits dans les journaux sans que ce meme procureur ne s’en saississe. C’est à dire que c’est à la tête du client.

    Et ce théatre m’amuse beaucoup... Car il est évident qu’à un moment ou à l,autre, les rues de Ouaga seront étroits pour certains.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 08:01, par HONORABLE En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Comment vouloir lutter contre la corruption dans l’administration publique si des fonctionnaires gagnent des primes qui dépassent leur salaires et cependant d’autres fonctionnaires croupissent dans la misère totale.
    Le Président du Faso a laissé entendre qu’on ne regarde que ceux d’en haut, tout en ignorant ceux du « milieu », les fonctionnaires qui, malgré leurs modestes moyens, ont des patrimoines immobiliers impressionnants à Ouaga 2000) est-ce-qu’il a menti ?
    Au fait plus on gagne beaucoup plus on devient gourmand alors il faut chercher plus donc on devient perméable à toutes sortes de corruption.
    RMCK à dit les efforts d’amélioration du traitement des magistrats, a dit ne pas comprendre que les choses restent toujours en l’état du côté de la justice vrai ou faut ?
    De mon avis le REN-LAC doit revoir sa stratégie sinon il ne pourra rien changé.
    En resumé chaque burkinabé cherche soit son FC ou bien son amélioration de son salaire en bravant les règles interdites.
    Mon bonjour a mon KÔRÔ YAMYELE

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 08:03, par Wadal En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Vous voyez cela, c’est un aveu d’impuissance et de manque de volonté politique de la part du premier responsable du pays. Soyons sûrs, lui-même se reproche quelque chose sinon comment comprendre ces propos irresponsables du président. C’est vraiment inquiétant pour ce pays. J’ai dit aux burkinabè, quelle que soit la durée d’une souche d’arbre au fond de l’eau, elle ne deviendra pas caïman. C’est vraiment un parjure ! Alors burkinabè, les valeurs de l’insurrection ont été stoppées et nous n’avons que nos yeux pour pleurer jusqu’en 2020 à moins qu’un autre miracle se produit. Merde ! C’est le pire des présidents que le Burkina ait connu. Vous savez et comme on le dit : on ne gagne pas deux fois le bonheur. Après la Révolution de 1984 et 30 ans après l’insurrection de 2014 qui n’est pas allée à son terme, nous revoilà dans l’abîme. Et j’ai l’impression de dire que finalement, les burkinabè ne savent pas faire la différence entre l’ivraie et le bon grain.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 08:27, par Zemosse En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    INCROYABLE ! Tout les Burkinabé (sauf les parasites du mpp) parlent à longueur de journée de cette inaction , cette insouciance dramatique de Celui qui prétendait être la solution aux problèmes des Burkinabé : Rock. Il se comporte en pire que Blaise sauf que ce dernier avait avec lui la force brutale. Que faire avec de telles réponses à vous couper le souffle. Prier et espérer. Burkinabé n’est pas découragement.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 09:10, par balguintogsba En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    "Vive GUIRO...! " disais Mr Laurent Bado à l’époque.
    Le Président Du Faso ne va-t-il pas dans se sens avec ses propos ?
    La corruption c’est le moyen pour bon nombre de burkinabé de s’enrichir rapidement et c’est regrettable. Ces personnes le font sans état d’âme et même ils sont encouragés.
    Le constat est que le phénomène de la corruption est plébiscité au sein de la population. Remarquer que les plus corrompus sont les plus appréciés dans notre société. Au point que pour beaucoup de burkinabés la corruption c’est la richesse, pas le travail. On s’en fou du travail ou de l’excellence.
    Tout le monde au Burkina sait comment agir pour baisser de façon drastique la corruption. Il va falloir engager des actions courageuses :
    - Veiller à informatiser la gestion de l’administration : fichier du foncier,
    - Mettre en place une monnaie électronique
    - Vulgariser le payement électronique et les cartes de crédit
    - Plafonner les payements en numéraire. Exemple 50 000 par jours. Si vous devez dépenser plus il faut une transaction bancaire. Sachez que beaucoup de corrompus ont des caisses d’argent à domicile.
    - Combattre toutes les formes de discrimination entre les employer de l’état.
    - Appliquer rigoureusement la loi à tous les corrompus sans exception.
    - Mettre La peine capitale pour tout acte de corruption.
    - Moralisation de la vie politique et des citoyens du pays.
    - Etc.

    Ce que nos autorités doivent aussi savoir, et même qu’ils le savent, c’est que cette corruption galopante entretien l’insécurité, l’incivisme et le terrorisme. Au finish ça sera le désastre pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 09:13, par HUG En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    En tant que Burkinabé, j’ai du respect pour mon président mais néanmoins je suis pas d’ accord avec lui par rapport à sa réaction aux doléances du REN-LAC. Monsieur le président au nom de quoi un syndicat va refuser la mise en place de conseil de discipline dans le ministère pour rétablir la transparence de la gestion de la chose publique. Non ce n’est au REN-LAC de faire un plaidoyer auprès des syndicats. Monsieur le président la main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit. S’il refuse vous avez le droit de les forcer surtout que la cause est noble (prise d’un décret) . Quant aux magistrats je pense qu’au moment de la signature du protocole leur accordant des avantages faramineux, normalement çà devrait être du partenariat gagnant, donc si on réclame des avantages faramineux pour travailler et qu’on vous les accorde vous n’avez plus d’autres excuses. Vous devrez rendre compte si vous ne respecter pas votre parole . C’est simple comme bonjour. Mais comme nous n’avons pas été lors de la signature du protocole nous savons pas ce que les uns et les autres se sont dit.
    Vous avez le monopole de la violence légitime (prise de décret). On ne peut pas être président au Burkina Faso et vouloir un jour être comme l’ancien président Ghanéen RAWLING. On ne peut pas être président au Burkina Faso et arpenter un jour arpenter les rues de OUAGADOUGOU sans garde de corps et comme un citoyen lamda. Ce n’est pas possible. Un philosophe disait que quand l’Etat est fort il nous écrase et quand il est faible nous périssons.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 10:13, par zamanoma En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    "A en croire Dr Claude Wetta, le REN-LAC a signifié au Président du Faso que tout le peuple burkinabè l’invite en tant que chef de l’Etat à prendre le taureau par les cornes dans la lutte contre la corruption en s’impliquant personnellement et en donnant l’exemple à travers des signaux forts"
    Messieurs du REN-LAC, je vous aime et je vous encourage à persévérer dans votre travail salutaire. Cependant, quand vous dites que tout le peuple invite le président à prendre ses responsabilité, là, vous vous trompez. Vous connaissez les moyens que le Président Roch a utilisé pour arriver au pouvoir ? Ce qui est sur, le REN-LAC n’a jamais fait campagne pour le candidat du MPP. Comment vous voulez vous que le Président se tourne contre ceux qui l’ont soutenu dans sa quête du pouvoir et encore une fois, il a besoin de ces derniers pour 2020. Vous demandez de l’impossible au Président ROCH.
    Pour sauver le pays de la corruption, je vous demande de créer votre parti ou militez dans un parti et préparez vous pour 2020. Là, si le peuple conscient veut bouter la corruption hors du Burkina Faso, vous serez à la présidence du Faso en 2020. Osons nous même le changement révolutionnaire, sinon, nous voulons mettre du sable dans le couscous que nous avons pas contribué à préparer. Un citoyen naïf.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 11:14, par Ka En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Dr. C. Wetta, votre combat est noble depuis la création du REN-LAC : Et le peuple comprend vos cries et vos appels à nos décideurs sans résultats concernant la corruption à ciel ouvert qui reste un sport nationale pour nos gouvernants.

    Le problème est très simple : il y a tellement de malversations dans l’entourage du pouvoir, et à tous les niveaux que personne n’agit avec la morale. Quand le bon exemple viendra de haut comme le REN-LAC le demande, peut-être que ça changera. Mais pour cela, il faut sanctionner de manière sévère et juste ceux qui se sont enrichis de manière illicite ou "bordelique".

    Depuis l’ère Compaoré et sa clique le problème est que le Burkina est pourri jusqu’à la moelle et l’impunité est la règle. Les exemples sont pléthore, comme par exemple le cas de Guiro avec ses cantines des billets volé a l’état au vu et au su de tout le monde, avec la bénédiction et la protection de la Justice (qui, comme chacun sait, est aveugle). Et Tant que les "élus" pourront piller les caisses, biens et ressources de l’Etat en toute impunité, cette conception du pouvoir et ses conséquences néfastes perdureront.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 11:49, par Sigry En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    hummmm !!! J’avais dit que je pouvais mais là.... ça me dépasse. M. le Président quel arguments pour vous en 2020 ??? C’est déjà demain !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 13:06, par alim En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    C’est vraiment inquietant face au aveu d’impuissance du president du faso a cette montee fulgurante de la corruption.je vous l’aviez dit a beau chasser le naturel il revient a pas de galon.il sont habitues apres 25 ans aupres de Blaise ca ne pouvait qu’etre comme ca.je suis tente de croire que c’est eux qui portait le flambeau de ce fleau autant de l’ancien regime.que la jeunesse se reveille sans quoi le burkina est au bord du gouffre

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 13:09, par Citizen En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Bien dit, bravo pour vos efforts pour assainir la gestion des affaires et deniers publics au pays. Pour l’impuissance des plus hautes autorités de ce pays notamment le Président du Faso, je pense que c’est la population qui est si naïve et complice. Un tel président et son équipe qui se complaisent dans le laissez-faire, le chatouillement, le laxiste, l’injustice sociale, l’impunité des crimes économiques ou qui, eux-mêmes les commettent, ne méritent pas de nous diriger surtout au lendemain d’une insurrection et devraient donc logiquement connaitre un sort si dramatique voire tragique que leurs prédécesseurs qu’ils ont d’ailleurs contribuer à chasser du pouvoir. Mais telle population, tels dirigeants ! Les dirigeants ne seront qu’à l’image de leurs populations. Quel dommage pour le Burkina Faso de rester toujours à un niveau aussi déplorable et non enviable par aucun pays, un pays qui devrait être une puissance en Afrique de l’ouest, avec la vision de feu Thomas SANKARA mais hélas ! Espérons que le messie, l’autre SANKARA bis nous sera donné par la divine providence ou imposé par le peuple éveillé, consciencieux, responsable et patriote !

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 15:08, par Yiriba En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Merci au REN-LAC pour ce compte rendu. Déjà, ceci constitue une petite victoire de lutte contre la corruption. Continuez donc à produire cette information qui est en soit un acte anti-corruption. Merci aussi au Président de reconnaître l’existence et la persistance de ce fléau et pour la recherche d’une solution.Cependant, si tout se résume à un constat d’impuissance ou de lancement de blâmes sur d’autres intervenants, le pays ne décollera pas demain. Le Burkina ne sera pas le pays suivant derrière le Rwanda. M. le Président, je voterai avec enthousiasme pour vous, si votre équipe mettait en jeux vos portefeuilles respectifs pour s’attaquer à la corruption des institutions d’état. Cela veut dire, des deux choses l’une, soit imposer la force de loi dans on intégrité contre les individus ou les entreprises corrompus, soit votre équipe fait appel à des nouvelles élections immédiates pour obtenir ce mandat fort auprès du peuple, et réaliser cet objectif. Si jamais ce dernier scenario devrait arrivé malgré tout, vous serez réélu hauts-les mains, M. le Président. Il faut aussi que votre cabinet exécutif accepte de rester propre dans son fonctionnement et d’être présent sur le terrain plus que dans les bureaux, conditions essentielles. Même si aucun projet infrastructure n’est réalisé immédiatement et que le peuple a le sentiment que le budget national (recettes internes garanties) n’est pas gaspillé dans la corrompre des salariés, des politiciens et de leurs entourages, le décollage économique s’amorcera d’elle-même. Bye, bye, les partenaires financiers étrangers, car le Burkinabé refusera de contribuer à l’achat des cravates de soie pour les experts, en acceptant de l’argent pour entretenir la corruption.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 15:46, par Insurescroquerie En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Si vous créé un parti dont le credo est "la lutte contre la corruption et pour l’avènement des vrais hommes intègres", je vous parie que vous ne récolterez pas 1% des suffrages. Les discours révolutionnaires ne sont qu’une forme d’escroquerie entretenue par des individus qui se font financer à coup de milliards par des organisations mafieuses.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril à 06:55, par Indigné En réponse à : Lutte contre la corruption au Burkina : Il y a comme un aveu d’impuissance au sommet de l’Etat, selon le REN-LAC

    Regardez bien du côté du ministère du commerce, y’a une structure qui devait aider les entreprises, protégé les consommateurs en matière de qualité, Mais hélas, c’est des deals qui est le sport favori, de même que le laxisme. Un DG nommé par complaisance, sans appel à candidatures,un DG incompétence, laxiste qui passe son temps a voyager. Une DRH, affairiste qui recrute son enfant et l’enfant de son ami. Des agents laissés à leurs sorts, et qui commencent à quitter et même chassé parce que ne faisant pas l’affaire du DG.En tous cas les résultats qu’on attendait de cette structure sont voué à l’échec. Le PM, doit bien regarder et restructurer cette boite sinon ce sera encore une défaillance totale. La structure en question est du côté de la ZAD en face de la station petrofa. Avec ca le développement n’est pas pour demain, il semblerait actuellement que le DG secoue ciel et terre pour le départ de l’agent comptable qui ne ferait pas ses "affaires"

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Boucle du Mouhoun : Le projet PROMIRIAN dote sept communes de matériel pour la mise en place de services sociaux
Coordination nationale des associations d’enfants et de jeunes travailleurs du Burkina : Le bilan des activités de 2018 passé à la loupe
Journées Entreprises 2018 de 2iE : Faire de l’entreprenariat une stratégie d’insertion professionnelle
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) : Des réflexions pour son opérationnalisation
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés