Déclaration du PIB sur la situation nationale

vendredi 12 janvier 2018 à 10h30min

A l’occasion de la nouvelle année 2018, je voudrais d’abord, au nom du Parti indépendant du Burkina (PIB), avoir une pensée particulière pour ceux qui ont perdu un être cher courant l’année 2017 et souhaiter prompt rétablissement à tous ceux ou celles qui souffrent encore dans leurs corps. Que Dieu les console !

Déclaration du PIB sur la situation nationale

Aujourd’hui, le monde entier fait face à des défis de tous ordres. Concurremment, les nations avancent à géométrie variable, vers l’innovation pour les unes, la créativité pour les autres, l’excellence et la perfection pour certaines autres. Pendant ce temps, chez nous, on passe plus de temps à polémiquer qu’à penser un autre Burkina ; un Burkina qui avance suivant une vision nouvelle. Dans une telle situation, chaque Burkinabè, de quelque bord politique qu’il soit, a une part de responsabilité. Chacun devrait donc faire des concessions ; lâcher du lest pour un Burkina Faso plus dynamique sur les chantiers du développement. Il est aujourd’hui impérieux de solder le passé et faire le pas décisif vers une nouvelle ère, un nouveau contrat social fondé sur la confiance mutuelle et débarrassé de toute idée de vengeance.

Le Parti indépendant du Burkina reste convaincu que l’ouverture de cette nouvelle page vierge au Burkina Faso est la condition sine qua non pour rejoindre le concert des nations en pleine mutations.

La justice classique qui a beaucoup perdu du crédit aux yeux de nos concitoyens ne pourra pas trancher en toute impartialité et vider le contentieux national, ni aujourd’hui, ni dans dix ou vingt ans. Pourtant, nous ne pouvons pas continuer à patauger dans un statut quo qui prend en otage le développement. D’où la nécessité d’un consensus national dont la feuille de route pourrait sortir d’un forum national à l’initiative des autorités politiques au pouvoir.

Pour réussir un tel projet, il est important que chaque Burkinabè ait un sens élevé de la responsabilité, de la probité et du respect de l’autorité. Nous devons tous comprendre, une fois pour toutes, que l’Etat de droit nous impose le respect de l’autorité, qui, à son tour, devrait faire de l’égalité entre citoyens de tous les bords politiques, la protection et la défense des droits humains son cheval de bataille.

L’Etat de droit exige également de l’autorité la prise en compte de toutes les composantes sociales sans discrimination.

Dans tous les cas, nous n’avons pas trente-six solutions ; il nous faut courageusement changer et engager de vraies réformes fondées sur le consensus. Par conséquent, inventons une autre forme de résolution de nos différends, qui ne sera pas une prime à impunité, mais qui ne devrait pas non plus s’apparenter à de la vengeance.
Le but est d’apaiser les cœurs et de parvenir à une sincère réconciliation pour nous donner la chance d’avancer dans la construction du pays les regards tournés vers l’avenir.

Vivement la réconciliation véritable entre Burkinabè !
Que Dieu continue de bénir le Burkina Faso !

Maxime Kaboré
Président du PIB

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés