Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE • samedi 13 janvier 2018 à 01h11min

Ci-dessous un communiqué du Chef de file de l’opposition politique(CFOP) sur la crise que traverse le monde de l’éducation au Burkina Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

Du 09 au 11 janvier 2018, à l’appel de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), les travailleurs de l’éducation et de la recherche étaient en grève pour la satisfaction de leur plateforme revendicative.

Cette grève a connu un large succès, toute chose qui témoigne de la profondeur du mécontentement dans le rang des enseignants et des chercheurs. Elle fait suite à une série de grèves et de sit-in, par lesquels la CNSE a tenté d’attirer l’attention de nos dirigeants sur la situation de ses membres.

Déjà, lors du discours du nouvel an du CFOP, et à diverses autres occasions, l’Opposition politique a manifesté son soutien indéfectible aux syndicats de travailleurs en lutte pour de meilleures conditions de vie et de travail.

Par le présent communiqué, l’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche. Pour l’Opposition, leur lutte est légitime et fondée. Elle les assure de sa solidarité pleine et entière.

L’Opposition politique regrette l’allure que prend actuellement ce bras de fer entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement. Notre système éducatif, déjà en panne, traverse là l’une des crises les plus aigues de son histoire. Si cette situation perdure, les principaux perdants seront nos enfants, eux dont l’avenir doit être la priorité de nos priorités.

L’Opposition invite par conséquent le pouvoir en place (même si certains de ses animateurs affirment avec dédain avoir envoyé leurs enfants étudier hors du Burkina) à tout mettre en œuvre pour trouver une solution à cette crise.

Elle dénonce les propos tenus par certains membres du gouvernement, dans des tentatives vaines d’opposer les vaillants enseignants au reste du peuple burkinabè.
Plus que jamais, l’opposition invite le gouvernement à trouver une issue rapide à la crise, car il y va de l’avenir de nos enfants.

L’Opposition tiendra le gouvernement du MPP et alliés pour responsable d’une éventuelle mauvaise issue de cette crise, notamment si celle-ci devait entrainer un blanchiment de l’année académique.

Ouagadougou, le 12 janvier 2018

Le Chef de file de l’Opposition politique,
Zéphirin DIABRE

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 janvier à 11:52, par Criso
    En réponse à : Burkina Faso : L’opposition regrette l’allure que prend le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement

    C’est la démocratie. Laissez-les ils vont faire et raconter un jour à leurs petits fils comment ils ont tenu tête contre le gouvernement de Rock. Beaucoup s’en souviennent du temps de sankara.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 11:56, par cheickh
    En réponse à : Burkina Faso : L’opposition regrette l’allure que prend le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement

    Vraiment hein, cette opposition boutefeu ne semble vraiment rien avoir à dire. Sinon comment exiger mordicus de quelqu’un ce qu’il n"a pas. Et pourquoi attendre maintenant pour monter tant au créneau, alors qu’il s’agit de vieilles doléances latentes. Sachez qu’ailleurs, d’autres comme vous ont trimé durant des mois sans salaire ! C’est plutôt ce que le MPP et son gouvernement devront commencer par faire.La suite, on la supportera tous ici, y compris l’argument de nos enfants que tout le monde tente d’utiliser comme exutoires ici.

    Répondre à ce message

    • Le 12 janvier à 16:22, par Avocat Moutamoutang
      En réponse à : Burkina Faso : L’opposition regrette l’allure que prend le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement

      Tu es un mauvais avocat defenseur. Trop de contradictions dans tes propos. 1. Comment exigeer quelque chose de quelqu’ un qu’ il n’a pas ? reponse : En allant en greve. c’est que les enseignants sont en train de faire, la. Si tu veux dire pourquoi ? C’est pour dire qu’ ils n’ ont qu’a trouver l’ argent ou ils ont trouve pour les autres , la.
      2. Pourquoi attende maintenant...pour de vieilles doleances ? Reponse : la reponse est dans la question. Parce que ce sont de vieilles doleances et on a trop attendu.
      3. Ailleurs, d’ autres ont trime des mois sans salaire. Reponse : Nous ne sommes pas ailleurs. Ailleurs aussi, ils ne sont pas serbvis des perdiems.
      Il te faut ete un peu plus malin pour defendre quelqu’ un sinon tu l’exposes meme.

      Répondre à ce message

    • Le 13 janvier à 19:01, par Jean Gabriel Yaméogo
      En réponse à : Burkina Faso : L’opposition regrette l’allure que prend le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement

      Vous avez faux sur toute la ligne. Si les forces sociales ne s’étaient battues, le CDP serait toujours au pouvoir. Vous semblez avoir la mémoire sélective pour défendre votre gâteau. Le MPP, opposant de la 25è heure n’a fait que cueillir le fruit mûr après les grèves, les marches et meetings des syndicats, de la société civile, de la vraie opposition et du peuple.

      De toute façon, les hommes et femmes avertis savaient que ce MPP arrivé au pouvoir par des tours de "passe-passe" de Zida, leur bienfaiteur, n’avaient rien de bon à proposer au peuple. Ils ont usé de subterfuges ethnicistes et d’achats massifs de consciences pur parvenir à leurs fins. Pour ces messieurs, le pouvoir c’est la jouissance : point barre !

      Alors, arrêter de bassiner les gens et faites le boulot pour lequel vous avez signé un bail de 5 ans avec le peuple au lieu de dire : "on ne peut faire en deux ans ce qui n’a pu l’être en 57 ans" ou bien ce sont de vielles doléances que nous avons trouvées en arrivant au pouvoir. Et alors ? Le pouvoir c’est la continuité de l’Etat ! Et puis, ce que vous ne dites pas c’est qu’en 57 ans d’indépendance du Faso, les barrons du MPP ont participé à la gestion du pouvoir, au plus haut sommet de l’Etat, pendant 30 ans. Donc, les dirigeants actuels sont comptables de la gestion mafieuse et de la gabegie du CDP. Ils sont rattrapés par leur passé de "djanjobas" et des phrases célèbres comme : "les jaloux vont maigrir car nous avons les plus belles voitures, les plus belles villas et les plus belles femmes du Burkina" ou encore "on vous dit de boire le lait, pas de compter les veaux" sans compter les phrases macabres comme : "on te fait et y a rien". Les auteurs de ces célébrissimes phrases encore vivants et aujourd’hui au pouvoir s’y reconnaîtront.

      Quand le ministre de la sécurité, répondant à un journaliste sur la plainte du CFOP à son encontre, balaie avec mépris cette plainte ; invitant le CFOP à s’occuper de ses problèmes et le laisser manger son "gnon tanquilos" cela c’est faire preuve d’incivisme juridique notoire. Il veut signifier que lui, Simon Compaoré, tout puissant ministre d’Etat, président du MPP p.i est au dessus de la loi. Ce sont ces comportements de "hors-la-loi" des premiers responsables que les citoyens lambda imitent et préfèrent se rendre justice puisqu’il y a des citoyens intouchables juridiquement. Voilà comment les populations interprètent la réponse ridicule de ce monsieur imbu de sa personne et qui croit être sorti des cuisses de Jupiter.

      La réponse responsable aurait été simplement celle-ci : " j’attends sereinement d’être convoqué pour donner ma version des faits. Etant justiciable comme tout burkinabé je ferai face sans faux-fuyant à la justice de mon pays". Cela aurait été un signal fort et gage d’une indépendance de la justice. Mais faire le gros dos à tout l’appareil judiciaire et aux plaignants c’est dire à qui veut l’entendre : " je n’ai rien à cirer de la justice de mon pays encore moins des plaignants qui peuvent aller au Diable s’ils veulent".

      Le Faso avec le MPP va de Charybde en Scylla ! Que Dieu sauve le pays des hommes intègres !

      Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:08, par soumzita
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Monieur Diabré, je souhaite que vous arrivez un jour à la tête de ce pays et on verra en deux ans si pourra apporter un développement total au pays. La poule entraine les intestins d’une autre poule en attendant que son tour arrive. ça n’arrive qu’aux autres...

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:09, par RAOGO
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Bonjour Messieurs du
    cfop.
    Quesque vous proposer ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:13, par Badpress
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Clair, net, précis et concis. Syndicat+opposition, la peur va changer de camp. SEULE LA LUTTE PAIE

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:20, par Filsdupays
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Il faut que la raison prévale au lieu d’un bras de fer qui n’honore personne. L’intérêt de nos enfants est au dessus de toute considération.
    J’en appelle à la clairvoyance des syndicats et du gouvernement pour une solution réfléchie.

    A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:26, par kzl
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Chacun sera rattrapé par ses propres turpitudes. C’est dangereux pour quelqu’un qui convoite le pouvoir d’Etat de s’adonner à ce jeu. On peut comprendre et soutenir la lutte des syndicats de l’éducation avec des propos plus équilibrés.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:42, par LAS
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    J’ai bien peur pour Zéphirin DIABRE dont les prises de position l’éloigne chaque jour de certains militants et sympatisants. S’il est vrai que les préoccupations posées par les syndicats sont justes et fondées, force est de reconnaitre que personne ne gagne dans la situation actuelle quelque soit l’issue. Cette crise est bien délicate et demande une union sacrée pour sauver l’essentiel. Quand on aspire à gérer le pouvoir d’État, il faut éviter de se jeter dans toutes les sauces....

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 12:44, par la patrie ou la mort nous vaincrons
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    c est devenu maintenant politique maintenant donc rock ne vous laissez pas faire même si on tous s écrouler

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 13:01, par ILBOUDO ABDOUL LATIF
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    j’apréçi le soutien que le chef de fil de l’opposition apporte aux enseignants.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 13:36, par Petit Macron
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Je partage entièrement ton propos KZL.
    ZEPH mon président doit mener un opposition objective.
    Sinon, il s’égare et risque par de telles interventions mal pesées, de donner une seconde victoire à Roch en 2020 par défaut d’adversaire crédible !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 13:42, par Thom’s
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    J’ai bien écouté Zéphirin DIABRE, même lors de son discours le 31 décembre 2017. Après analyses, je constate qu’un intellectuel, quelqu’un qui convoite le pouvoir d’Etat n’agit pas de la sorte. C’est les mêmes turpitudes qui ont conduit la démission des 13 Députés du Groupe parlementaire UPC.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 13:54, par vla
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Zeph n’est pas un homme d’état. Un homme d’état dit " je soutiens les enseignants dans leurs luttes pour l’amélioration des conditions de travail mais je les invite à agir avec retenue. J’invite également le gouvernent à plus d’effort dans la recherche rapide de solutions acceptables "

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 13:58, par PIONG YANG
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Pourquoi je perds l’appétit de lire les documents signé "Zéphirin Diabré" ? Je ne sais pas... Mais je me dit que c’est la déception avec ce monsieur. Une grande déception. Voilà quelqu’un qui a joué un grand rôle dans la chute de Blaise, et juste après, il nous montre toute sont inconstance et son incohérence politique en appelant pendant les élections 2014, le soutien du CDP. Il perd les élections et après, pendant l’affaite dite "d’empêchement de vol d’Achille TAPSOBA et autres", il est monté au créneau pour les défendre. Ensuite, c’est la pagaille total venant de lui. Je ne peut même pas finir de cité les minables erreurs personnelles et politique du monsieur. Comme encore cette tentative de récupération politique de la lutte des enseignants. Dommage et dommage.
    Moi en tant qu’individu, je soutient les enseignants. Mais cette sortie des politiques est Toto.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:04, par moro
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    "Cette grève a connu un large succès..." me semble de trop, il ne revient pas à ZEPH de faire de faire de telle appréciation. peut on parler de succès si nos enfants ne vont pas à l’école ?
    A l’étape actuelle d’une crise aussi grave, ZEPH devrait chercher à rencontrer le pésident pour mieux comprendre le problème, aulieu de faire de la politique politicienne. Je commence à avoir des doutes sur les aptitudes d’homme d’Etat de Monsieur DIABRE. ZEPH, les intérêts supérieurs de la Nation d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:18, par constant
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Zepherin Diabré ne vient pas manger ton piments dans bouches des enseignants.
    les sages ont dit que chacun mange le haricot qui est devant lui
    y’a des enseignants opposant et aussi des enseignants du parti au pouvoir qui ensemble marchent pour la cause-enseignants
    ce n’est pas plolitique stp
    organise ta marche si tu le veux.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:19, par WEND SONG SIIDA
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Zeiph ,avec le CDP sur une même table c’est normal qu’il réagisse comme ça.Même si Roch partage de l’or a tout les burkinabè,le CDP n’applaudira jamais.On n’est pas bête dèh !Si Zeiph ne fait pas très attention le CEFOP nuira l’UPC.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:26, par Kalipo
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Qu’il soit vivement trouver une solution definitive a cette situation.
    Les enfants de plus en plus anxieux. ...

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:41, par LIERME
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Oh les actvistes du MPP Criso,cheickh,RAOGO et autre machins.Foutez-nous la paix.C’est pas vous qui avez dit ici que ROCK EST LA SOLUTION aux problèmes des burkinabè y compris les problèmes de salaires des fonctionnaires ? Je me rappelle bien que la CGTB a rencontré tous les candidats à la présidentielle en 2015 pour leur présenter les doléances des travailleurs.Rock a vu ça et il a dit qu’il peut.OK ? A l’époque, l avait été même dit que si le MPP arrive au pouvoir les problèmes du BF seront résolus en 6 mois. Résolvez les.En attendant vous avez une note minable de 4,76/10.On vous donnez 2 ans et vous n’avez pas pu démarrer votre moteur diesel.C’est quel moteur diesel ça ? diesel made in Burkina ?
    Trouvez une solution urgente aux revendications des enseignantes ou prenez vos jambes à vos cous.Take a french leave !

    Répondre à ce message

    • Le 12 janvier à 21:42, par Nina Poukame
      En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

      M’ LIERME, vous etes de mauvaise foi.
      Si c’est la chute du pouvoir MPP que vous voulez, allez-y.
      Pour vous donc, ce sont les syndicats qui doivent dicter leur loi à tout le monde dans ce pays ?
      Les syndicats ont remis leurs doléances à tous les candidats à la présidentielle, et après ? Avec qui et dans quel cadre avez-vous élaboré les fameuses doléances ? Est-ce que les doléances des syndicats sont celles de tout le peuple burkinabè ? Est-ce que le président élu est la uniquement pour la résolution des problèmes des travailleurs syndiqués ? Esy-ce que les besoins des travailleurs syndiqués doivent primer sur ceux de tout le reste de la population de ce pays ?
      Dites-vous que chaque candidat à l’élection présidentielle a présenté son programme et a mené sa campagne en s’appuyant sur ledit programme. Libres aux syndicats de voter pour le candidat dont le programme répond le mieux à leurs aspirations. Le président élu applique son programme qui porte sur les besoins fondamentaux de l’ensemble du peuple et non pas seulement ceux des syndicats.
      Si les syndicats veulent l’application intégrale de leurs doléances, il faudra alors qu’ils en fassent un programme de gouvernement et présentent leur candidat aux prochaines élections. Basolma Bazie qui sait tout sur la bonne gouvernance et connait mieux que quiconque les aspirations profondes des travailleurs et sait par ailleurs où et comment trouver les ressources nécessaires pour y faire face, peut bien faire l’affaire.
      Procédez ainsi au lieu de nous rabâcher constamment les oreilles avec des déclarations vaseuses et foncièrement irresponsables telles que « les syndicats ont remis à chaque candidat les doléances des travailleurs et patati patata », comme si dans ce pays, il n’y a que les doléances des travailleurs syndiqués qui comptent. Ça c’est plus que de l’égoïsme. Tout pour vous, même s’il faut que le pays connaisse les pires difficultés financières.

      Répondre à ce message

    • Le 13 janvier à 20:54, par Moro
      En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

      Mon cher ami, il faut savoir que la CGTB n’est pas le Burkina Faso.
      Peut être que les différentes révendications sont justes mais il faut aller molo molo. Il faut toujours savoir que les autres (puls de 90% de la population) ont aussi des révendications. Il y’a des organisations qui sont plus puissantes que les organisations syndicales dans ce pays. Un peu de retenu.

      Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:43, par Substance Grise
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    J’espere que le Président lira ma contribution
    Président RMCK ,rencontre les enseignants et propose leur quelque chose avec une solution progressive.
    Pendant ce temps il faut voir où trouver les 50 milliards( on peut en trouver dans la fraude douanière,fiscale,les détournements des finances publiques).
    En fevrier vous mettez au travail ceux qui doivent faire des propostions pour une nouvelle fonction publique ,en traitement salarial.
    Aprés tout prenez le baton pour tout burkinabè qui ne veut pas travailler mais cherche á s’enrichir seulement á commencer par les gouvernants.
    Travaillez d’abord á amener de la discipline á tous les niveaux pour votre prèmier mandat de cinq ans. Surtout secouez la justice . L’augmentation du salaire des magistrats n’est pas suffisant pour qu’ ils disent le droit. Ils sont nombreux á prendre de l’argent et s’asseoir sur les dossiers burkinabè en collaboration avec des avocats corrompus.
    Ouvrez vous á la diaspora burkinabè qui pourrait vous être très utile en idées.
    Vous parlez toujours de changement de mentalité ;chose indispensable pour developper le pays.
    Pour y atteindre il faut mettre en place des principes de bonne gouvernance tout en sachant qui prendre comme conseiller.
    En effet beaucoup de gens peinnent á vous atteindre pour vous faire des propositions constructives sans arrière pensée mais bloqués toujours par vos conseillers affairistes.
    Vous meritez mieux que ća ;mais encore faut il vous reveiller

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:47, par Dommage
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Pourquoi une opposition politique entre dans affaire de syndicat. Et si tu deviens un jour Président. Sache que tu n’es pas un arrangeur, tu as montré ton vrai visage parce que tu n’as pas eu la victoire. Ca veut dire que ta recherche du pouvoir n’était et n’est pas pour aider les Burkinabé, c’est tout. Opposition ne doit pas dire de n’est pas apaiser une situation. C’est grave pour notre pays. Des nouveaux visages n’ont qu’à avoir le courage de créer ensemble un partis et tout ce vieux stock de politiciens sera balayé du revers de la main de la population qui est chaque fois utilisée que pendant les campagnes. Toujours les mêmes, on en a mare. Comment les fils d’un même pays, à cause de l’argent de la politique ne se veulent pas du bien. Chacun veut nuire l’autre au lieu d’aider pour avoir sa part. ça fait honte. Si la chère patrie pouvait parler.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:49, par polaris
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Soutien à ZEPHERIN. Merci là bas C’est propre. C’est ça un vrai leader de l’opposition. Un enseignant n’est pas moins méritant que les autres agents qui triplent voire quadruplent le salaire de l’enseignant. Championa ko lo.Nii itésé ibé bô !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 14:59, par Yad’Bila
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    La situation est critique sinon que trop critique. pour commencer, je rends un grand hommage à mes enseignants qui m’ont encadré et qui continuent de le faire d’une manière ou d’une autre. Analysant la situation, les éléments suivants se dégagent :
    1) Il y’a eu un faut départ de la part de notre gouvernement en commençant par le traitement des salaires des magistrats. D’aucuns diront que c’est le 3 ème pouvoir. Mais force est de constater que les autres fonctionnaires ne perçoivent pas la donne ainsi et prennent ces derniers comme tout autre fonctionnaire qui a écrit « j’ai l’honneur au Ministre de la Fonction publique ». en effet pas de traitement discriminatoire en leur faveur pour eux. Le gouvernement a négligé ceci et le constat est claire ; et amer aujourd’hui.
    2) Les enseignants et les autres corps de la fonction publique ont parfaitement raison d’emboiter les même pas que ceux qui ont déjà acquis quelque chose. S’ils ne le font pas c’est ça qui devrait paraitre comme anormal.
    comme solution pour résoudre le problème :
    1) Le gouvernement doit avoir le courage de dire la pure vérité aux fonctionnaires dans leur ensemble et en proposant ceci :
    - un traitement global des salaires en se basant sur les salaires des enseignants et le corps médical. c’est eux qui sont nombreux et tous les calculs doivent se baser sur eux d’abord. Le salaire de l’enseignant et de l’infirmier doivent être les régulateurs des autres salaires.
    - Le fonctionnaire passe sont temps à sillonner le pays pour servir. Il n’est pas stable donc ne peut construire un non loti pour espérer avoir une parcelle par la suite. Pour avoir une parcelle, il est tenu de se la procurer moyennant de l’argent qu’il a pris à la banque et pour payer pendant des années. Octroyer une parcelle à chaque fonctionnaire non attributaire de parcelle et le climat sera détendu. NB : Plus de 90% des PETITS fonctionnaires propriétaires de parcelles les ont payé en prenant des prêts.

    2) L’opposition politique et les syndicats doivent jouer la ball à terre. SVP. Tout le monde doit savoir qu’augmenter de 50 0000 cfa le salaire de l’enseignant et de l’infirmier et ne peut se comparer à l’augmentation du salaire du Magistrat de 1 000 000 cfa. En terme de coût budgétaire c’est pas à comparer. Tout ceux qui ont vraiment fait l’école le savent. C’est pas du jeux. Si le gouvernement décide de tout mettre à zéro et repartir sur de nouvelle base, je pense que cette nouvelle est la bienvenue et nous devront l’accepter si on veut vraiment le bien du pays. Chacun doit mettre beaucoup d’eau dans son vin.
    Je pense que j’ai bien contribué aux débats et si c’est le contraire veiller m’excuser. C’est pas pour mettre de l’huile sur le feu.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 15:03, par Tinkole
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    La politique politicienne est très dangereuse. comment comprendre qu’elle qui prétend diriger le Faso un jour agisse de cette façon ? Burkinabè soyons vigillants, Zeph n’a rien à nous proposer pour une sortie de crise. Ce qui veut dire soit il est limité, soit il veut autre chose pour ce pays, ou soit il n’a que soif de notre pouvoir seulement. Qu’il nous dise où sont lui ses enfants ? IL est bien facile de critiquer l’autre alors qu’on est pas propre soi-meme. Nous avons besoin de politique peu importe leur appartenance, responsable et capable de trouver une solution face à un probleme posé dans le pays et non des pyromanes masqués dansant au rythme du tambour de la haine.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 15:24, par Ka
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Total soutien à l’opposition pour son action louable envers le monde éducatif qui lutte pour leur droit naturel. Souvent je suis en désaccord avec une opposition qui ne sait pas de quoi elle s’oppose, et mette dans son esprit des actions violentes et non justifiées. Aujourd’hui ce soutien aux enseignants est très constructif pour l’avenir du monde éducatif dont un premier ministre joue le Rambo pour ne rien entendre de leurs revendications. Je soutiens cette action des enseignants sans violence et dans la légalité totale.

    Répondre à ce message

    • Le 13 janvier à 09:53, par Nina Poukame
      En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

      Mon cher Ka, le soutien de l’opposition se limite aux syndicats dans leur prise en otage du programme scolaire des enfants du peuple, espérant en tirer quelques avantages sur le plan politique. Le sort du reste du monde éducatif n’est pas un souci pour cette opposition.
      Un véritable soutien au monde éducatif devrait consister a tenter une médiation afin de trouver une issue heureuse a la crise. Or la seule issue souhaitée par cette opposition est sans conteste la chute immédiate du régime en place. Ce qui n’est pas la préoccupation principale du monde éducatif qui ne se limite pas aux syndicats des travailleurs de l’éducation.

      Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 15:31, par Gangobloh
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Bien dit : quand la poule traîne les intestins d’une poule morte, son tour arrivera . Et quand la haine se mêle à la politique, c’est foute c’est gâté.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 15:45, par Criso
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    M. LIERME, quand on cherche une femme, on lui promet ciel et terre, et si elle entre, tu la gère selon tes moyens. C’est pas ce que tu as fait ? C’est pareil en politique, même ceux qui vous excitent ne pourront pas grossir au-delà de leur peau. C’est parce que çà les est pas arrivé.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 15:48, par Nina Poukame
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    « Par le présent communiqué, l’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche. Pour l’Opposition, leur lutte est légitime et fondée. Elle les assure de sa solidarité pleine et entière. »
    Il ne reste plus au CFOP que d’organiser une marche meeting pour soutenir les actions de l’UNSE. ZEPH, c’est où et quand ?
    « L’Opposition tiendra le gouvernement du MPP et alliés pour responsable d’une éventuelle mauvaise issue de cette crise, notamment si celle-ci devait entrainer un blanchiment de l’année académique. »

    Le CFOP a visiblement un parti pris. Nulle part, le CFOP n’appelle les deux parties a privilégier le dialogue afin de trouver une issue heureuse a la crise. Pour lui, l’UNSE doit rester sur ses positions et ne rien concéder même si cela doit aboutir à une année blanche.. Dans la situation présente, les responsabilités sont partagées quant au risque d’une année blanche. Pendant que les négociations sont en cours, l’UNSE durcit sa position. Pour ZEPH et son CFOP, les négociations en cours cesser immédiatement afin que, les yeux fermés sur les éventuelles conséquences sur les capacités budgétaires de l’état, le gouvernement réponde, ici et maintenant, a toutes les revendications des enseignants afin d’éviter l’année blanche dont les seuls perdants seraient les enfants scolarisés. Les conséquences sur la situation des finances publiques et sur les capacités de l’état à répondre aux besoins pressants des populations seront également imputable au gouvernement et à lui seul.
    Si ce n’est pas de l’inconscience, ça y ressemble !!!
    Si votre intention de travailler à pourrir davantage la situation avec l’appui des syndicats afin d’obtenir la chute du gouvernement et de prendre le pouvoir maintenant, allez-y et bonne chance !!!
    La marche meeting CFOP-SYNDICATS c’est pour quand ?

    Répondre à ce message

    • Le 12 janvier à 22:07, par Ka
      En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

      Quand on veut être un internaute de bonne foi comme fut Kôrô Yamyélé, on ne change pas des pseudos pour truander les autres. Qu’il soit Madjer, Nia Poukane, Nina Pagamé, pour saboter les critiques fondées sur la vérité de Ka, tu restes un partisan pour détourner les internautes de bonne foi et saboter la bonne marche de l’alternance politique et instaurer la continuité. Si je te révèle tous ceux-ci, c’est que je suis désolé pour toi à cause de ta critique qui sorte de la réalité si on l’analyse profondément en intellectuel averti.

      Quand on veut être un intellectuel honnête et respectueux, on s’abstient d’écrire sur des sujets où on est incompétent et même totalement ignare. ‘’’En disant a l’opposition à la fin de ta critique ‘’’’’Si votre intention de travailler à pourrir davantage la situation avec l’appui des syndicats afin d’obtenir la chute du gouvernement et de prendre le pouvoir maintenant, allez-y et bonne chance !!!
      La marche meeting CFOP-SYNDICATS c’est pour quand ?’’’’’

      Tu t’es démasqués : Et pour Ka Il y a des gens irresponsables comme toi Nina poukane alias…., qui souhaitent ou préparent une nouvelle insurrection au Burkina et profiter de la situation qui conduira le pays à la banalisation du mal, à la déresponsabilisation, à la criminalité politique, à l’impunité et la déliquescence des mœurs.

      Malheureusement pour toi et d’autres qui, avec vos multiples pseudos, il est temps que vous compreniez que les enjeux sont devenus tels que ceux qui ont lourdement investi pour l’alternance politique et l’"émergence" du pays ne se laisseront pas faire. Chez toi Nina Poukane avec des multiples pseudos pour tromper le monde, le constat est clair, tu avait certainement pris la fâcheuse habitude de violer le droit et les valeurs fondamentales de la société Burkinabé durant les 27 ans. Et avec ce jeux de multiples pseudos qui tuent les débats enrichissants de Lefaso.net, tu nous montre que L’extrémisme exprime la pensée de celui qui n’admet pas qu’on lui oppose une autre manière de penser.

      En lisant ta critique qui camoufle une stratégie macabre, la question est de savoir s’il n y a pas une manipulation politique pour semer le désordre et l´anarchie dans notre pays et qui va ouvrir la porte à tous les abus en poussant chaque individu à obéir à son propre sens de la justice et non pas à obéir à une justice commune. Ce sont des personnes comme vous avec des multiples pseudos qui ont instauré dans l’ancien régime le système de désordre qui est la loi de la jungle pour régner sans partage : Car vous saviez que le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice. S’il te plait, soit raisonnable en restant avec un seul pseudo et être un internaute de bonne foi même si tu es un partisan, pour que nous construisons ensembles un Burkina sain et émergent pour nos enfants.

      Répondre à ce message

      • Le 13 janvier à 17:09, par kiriki
        En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

        Grand KA, nous suivons nina pa pouk nèré dit "nina poukamé" de très loin.
        Si Zéphirin n’avait pas fait de déclaration il aurait été taxé d’être un manipulateur.
        je ne l’ai pas tjrs approuvé même si je pense que un ZEPH au pouvoir aurait plus permis des gnagas à la loyal, puis qu’il

        est demi burkinabé étant donné qu’il a été dit pendant la campagne qu’il est bissa. en d’autres termes bissa = demi burkinabé
        Mais bref ce n’est pas à cause de ce genre de bêtises qu’il a perdu mais l’argent lui a fait défaut. Et c’est tout à son honneur d’apporter au moins un soutien à la lutte syndicale des enseignants.

        Répondre à ce message

        • Le 13 janvier à 20:33, par Ka
          En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

          Kiriki : L’internaute au multiple pseudos qui joue au chat et à la sourie m’est bien connu après l’insurrection. Comme j’ai dit, on n’a pas besoin d’être un psychologue pour comparer ses critiques partisanes truffées des ruses depuis qu’il est arrivé sur le web et étant à l’extérieur du pays. Il oublie qu’on n’est plus dans une république bananière comme celui de son mentor Blaise Compaoré qui n’était pas un état de droit dont les syndicats ou l’opposition étaient enchaînés sous peine d’avoir le RSP qui tue qui il veut là où il veut sur leur dos.

          Eh oui Kiriki, la vérité de Ka lui blesse énormément, et l’empêche dans ses actions d’stratégie a l’autruche pour contourner les autres. Ce qu’il oublie, c’est que j’ai décidé de n’est pas être la honte de ma génération, dont d’autres pensent seulement à leur gosier en s’accrochant comme des mouches aux mensonges pour le pouvoir et oubliant la jeunesse, parmi cette jeunesse leurs enfants. Ces personnes peuvent être insulter par un petit malin comme l’internaute au multiple pseudos, mais pas moi, car je voudrais apporter un peu de fraîcheur à la mémoire collective des jeunes qui tentent de piloter une alternance politique volé par des prédateurs inconscients, des jeunes qui ont décidé que rien ne sera plus comme avant.

          Kiriki on le suit comme tu le dis, et une personne qui se croit pétris d’intelligence comme il prétend, ne pensera pas que l’opposition veut d’stabilisé un pouvoir élu démocratiquement. Au contraire il propose avec ses idées macabres à cette opposition de faire chuter le pouvoir, car nous connaissons les caméléons de l’ancien régime sur la toile.

          Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 15:52, par Dizaï
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Mon cher Président, ouvrez une boite publique à idées. Faites çà provisoirement en deux mois et voir qu’est-ce que ça peut apporter en dehors de vos conseillers.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 16:41, par nabakiba
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Hé opposition burkinabé il aider à trouver des solutions à cette crise là............ sinon ça va
    tous nous couter dans ce pays là. Si le MPP perd son pouvoir dans cette crise là ............alors c’est fini au président issu des urnes ne pourra à jamais gérer ce pays là. SVP Zéph !!!!!!!!!! il faudrait faire beaucoup attention en prenant parti entre syndicat et gouvernement car à votre tour vous viendrez trouver la même génération de syndicat en face et tu sauras la difficulté pour décider dans pareil circonstance.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 17:15, par Enna ka Burkinabè
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Ensemble nous devons insister sur le dialogue entre les principaux acteurs de l’enseignement et L’État ici représenté au plus au niveau par le gouvernement.Nous avons l’impression qu’il a un véritable bras de fer actuellement et cela n’arrange pas les choses,surtout quand des non spécialistes de la finance s’érigent en défenseurs qui veulent qu’on parle d’eux .Quand on voit à la veille des grèves le soir venu après les classes les enseignants et les enseignantes vider les villages pour les villes avec la joie parce qu’ils sont en lutte pour un mieux être , on le cœur qui fend si on est un parent d’élèves.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 17:24, par David
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Mon seul souhait c’est qu’ils trouve un terrain d’entente pour que les examens aient lieu cette année 2018.Et si l’an prochain l’État n’est pas en règle, qu’ils ne débute même pas l’année scolaire. Sinon c’est une perte crucial qui n’arrange personne.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 17:38, par Democrite
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Le problème dans la gestion actuelle de notre pays, disons dans sa gouvernance est que les anciens caciques du CDP devenus MPP n’ont jamais eu l’humilité de reconnaitre qu’ils ont fait partie et font partie du problème depuis 3 décennies.

    Comment voulez-vous que ceux qui ont conduit ce pays petit à petit à la catastrophe soient la solution ? N’en déplaisent à leurs petits lèche-culs (Cheik, Nabiga, Pyong Yang conneries machins, etc...) qui s’excitent sur les sites et les réseaux sociaux chaque fois que DIABRE ZEPHERIN s’exprime. Notre société n’est pas devenue ce qu’elle est aujourd’hui par accident. Ceux qui pensaient pour Blaise sur plus d’une génération on inspiré nos comportements actuels, l’argent facile sans sueur, l’indignité, le vol, la corruption....

    Si tout le monde crie que les fonctionnaires ne travaillent plus, dites moi combien de ceux qui nous dirigent méritent amplement leurs richesses, leurs lustres, leurs châteaux, leurs terres confisquées aux paysans et immatriculées pour leurs enfants ? Et ces enfants étudient par les moyens de l’Etat dans des écoles des pays dits impérialistes qu’eux-mêmes ont simulé de combattre ici poings levés sous la révolution, contents d’être à coté de Sankara, en conspirant pour son assassinat et le partage du beurre sans le peuple sous la protection de Blaise, Djindjéré et son RSP. Ils ont mis le pays dans la merde et le Président Américain de qualifier de pays de merde.

    Jeunesse de ce pays la fausse gauche a tué ce pays. Certains ont vieilli mais continuent d’entretenir le mensonge, puisqu’ils mangent toujours dans ça. Où est la sociale démocratie, le socialisme ? Les enseignants et les différentes corporations posent des problèmes réels, des incapables, incompétents racontent n’importe quoi et c’est eux qui nous dirigent.Ils pensent pouvoir s’en tirer à bon compte par un MPP pire que CDP, dominé par l’incompétence, l’imposture. C’est ça la solution pour le peuple Burkinabé. Bien fait aussi pour ce peuple. Prochainement il va réfléchir par deux fois avant de choisir. Et si les fonctionnaires parce que chacun veut être nommé ou ne veut pas perdre son poste, descendent encore instrumentalisés leurs parents pour voter pour celui qui est au pouvoir tant pis pour nous tous après 2020.

    On a dit que SANKARA était Peulh, que ZEPHERIN est Bissa, que PARE est Samo, que Machin est Bobo, que Cochin est Gourmaché, Gourounsi, Senoufo, Dagara... Seuls les meilleurs devaient être PRÉSIDENT du Faso. Il n’y a pas de meilleure ethnie, il n’ y a que de meilleurs hommes. ZEPH, tu n’as plus rien à démontrer gardes le cap, en 2020 en coalition avec d’autres partis politiques, avec un brin de lucidité cette fois-ci s’ils finissent par l’avoir les burkinabé sauront faire leur choix..

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 17:40, par Verité
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Déclaration de manque de PATRIOTISME. On est prêt à tout pour le pouvoir. Dommage !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 17:45, par Pluff !
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Le Chef de File de l’Opposition Politique(CFOP), est une alliance contre- nature de partis politiques d’idéologies diverses et divergentes. Des libéraux mélangés à des socialistes avec des réflexes capitalistes et communistes se repoussant. Des alliances hypocrites ! En effet, l’UPC avait laissé entendre que lorsque qu’il serait au pouvoir, il fera le procès des dignitaires du parti CDP (ex parti au pouvoir), parti aujourd’hui membre du CFOP et complice de l’UPC de Zéphirin Diabré, pour rechercher l’impunité contre des dignitaires du CDP en conflit avec la loi. Le parti le Faso autrement, qui demandait sous la transition, un audit du CFOP, cherchait noise avec M.Diabré. Ce parti est également membre du CFOP. Ce sont là quelques détails, qui démontrent à quel point, le CFOP est une bombe à retardement, qui peut exploser à tout moment, à cause des intérêts divergents de ses membres, dont l’hypocrisie ne saurait résister aux temps des élections où alliés deviennent adversaires. Le CFOP profite du moindre événement, pour s’acharner sur le parti au pouvoir par pure adversité pour le président Kaboré et autres ténors du régime. Le CFOP fait des critiques stériles sans pouvoir présenter des solutions alternatives crédibles. Tous les partis qui prétendaient rendre gratuite l’éducation et la santé lors des campagnes électorales, ont été incapables de déterminer des sources de financement sur le budget national dans l’esprit d’une adéquation entre les recettes et les dépenses. Pendant que de nombreux partis dont ceux du CFOP restent dans la démagogie et l’utopie sur ces questions sociales sensibles, le régime Kaboré pourra au moins présenter un bilan historique d’avoir été le précurseur de la gratuité pour les soins médicaux des enfants de 0 à 5 ans. C’est un bon début, malgré quelques insuffisances perfectibles. Des voies dégradées et accidentogènes sont bitumées à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et sur des axes routiers à travers le pays. Des tracteurs, charrues et intrants agricoles sont mis à la disposition des paysans, de même que des micros crédits à des jeunes et femmes pour des activités rémunératrices de revenus. Le CFOP et autres opposants partisans de la politique de l’Autruche, peuvent continuer leur mauvaise foi. Lentement mais surement, le Président Kaboré est en train d’assurer sa réélection en 2020, au regard de ces réalisations visibles en 2 ans, malgré un climat général d’hostilité.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 18:36, par yaa Siida
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Ne mêlez pas les affaires politiques à notre noble lutte. Les pro-MPP quittez la discution. Encore merci pour le soutien à l’opposition.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 21:33, par Elisa
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Je veux juste dire aux différentes personnes qui font les commentaires que celui qui ne peut pas les soutenir qu’ils se taisent, si tu peux pas arranger quelque-chose alors n’en gâté pas non plus.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 21:41, par Jonassan
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    ZEPH est devenu comme TRUMP
    et comme TRUMP qui a fait échouer la résistance irannienne,
    ZEPH va faire échouer le mouvement des enseignants burkinabé.
    Il y’a des soutiens qui empoisonnent.
    P.S. : je parie que si on disait à l’opposition burkinabé de nous présenter un programme de salut national pour le burkina faso, vous les verrez disparaitre de nos vues.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 06:32, par Lynn Hien
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    J’observe ce bras de fer, mais ma preoccupation principale est le niveau en baisse continuelle de nos enfants. Les enseignants ne sont jamais illustrés sur la question comme ils le font actuellement pour réclamer une amelioration de leurs conditions de travail. Et le niveau de nos enfants dans tout ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 07:11, par Vraiment
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    ZEPH. Qui a dit que la lutte des enseignants n’était pas juste, fondée ? Mais, il y a beaucoup de choses dans ce pays qui sont fondées mais que les gouvernants ne peuvent pas régler d’un trait !!!!!!!!!!!! (routes, mauvaises pluviométries, terrorisme...). Où voulez-vous qu’on trouve l’argent de si urgent ? Même toi, tu ne peux apporter des réponses à ces revendications d’enseignants.
    Ce que nous devons économiser au BF surtout, ce sont des mois sans salaires. Et, à ce rythme, on fonce droit dedans. Que chacun sache que nous sommes toujours au Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 07:16, par la concience
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    "Cette grève a connu un large succès, toute chose qui témoigne de la profondeur du mécontentement dans le rang des enseignants et des chercheurs" Je pense que Zéph n’a aucun enfant scolarisé au Burkina. Si non comment comprendre sa joie suite à cette grève. Le succès d’une grève ne jamais bien pour un peuple. Tous nous savons que grever ne développe pas un pays.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 10:27, par Nina Poukame
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    « ….. un internaute de bonne foi comme fut Kôrô Yamyélé, ….les critiques fondées sur la vérité de Ka, »
    Chers internautes, ne perdez plus votre temps a écrire ou à lire les commentaires d’autres que ceux des amis Koro Yamyele et Ka, les seuls internautes éclairés et détenteurs de la vérité absolu et par ailleurs les seuls à être de bonne foi dans leurs participations aux discussions sur le net.
    Mon cher ami Ka, vous savez bien que les demi lettrés cherchent toujours a jouer aux plus éclairés et les malhonnête ont l’habitude de jurer toujours et partout sur leur bonne foi ! La sagesse commande que l’on laisse les autres vous juger et non au lieu de s’autoproclamer personne « de bonne foi et/ou détentrice de la vérité ».

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 11:22, par Ka
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Sur cette analyse riche en débat, quelques malins avec des cervelles de primate qui polluent ce débats avec des désinformations outrancières qui dénatures la vrai lutte de l’opposition et les syndicats sachent une chose : ‘’’’Sans une opposition forte qui est un avocat du peuple face à un régime comme celui de Kaboré-Kaba, ce régime restera un régime dictatoriale a opprimer son peuple. Sans les syndicats, les travailleurs n’ont aucun instrument pour lutter et défendre ses intérêts face aux exploiteurs. Ces deux organes ‘’’opposition et syndicats’’’ main dans la main pour défendre les intérêts d’une classe qui lutte pour ses droits naturels, est une lutte légale et légitime.

    Tous ceux qui me lisent sache que Je ne réponds plus à un internaute en particulier depuis un certain temps pollue le web avec ses multiples pseudos, et qui cherche à manipuler les internautes de bonne foi, pourtant reste un partisan a pomper tout le monde pour un retour en arrière et profiter la continuité qui est l’ancien régime de son mentor. Il ne faut pas être un psychologue pour voir ses manœuvres commençant par Madjer un farouche partisan de l’ancien régime avec des critiques qui remplissaient le forum, il y a un mois, et aujourd’hui Nia Pagamé alias Nina… qui veut se prendre pour un défenseur du régime Kaboré , et par derrière tarauder les internautes qui tomberont dans son filet, et qui feront des prières sacrées du coran pour lui, afin qu’il réussisse sa sale besogne de saboter l’alternance politique voulu par la jeunesse.

    Non, l’opposition ne veut pas la chute du régime Kaboré, elle s’oppose naturellement aux imparfaits du régime et veut les rectifier pour une bonne gouvernance. Et je trouve ici que l’opposition fait son travail, en soutenant les syndicats, sinon ce n’est plus une opposition. Je voudrai dire à cet internaute de mauvaise foi avec ses multiples pseudos que le peuple n’est plus un mouton, il est patient, mais impatient quand on veut le tarauder comme un Madjer il y a une semaine qui polluait le forum pour manipuler mon ami Kôrô yamyélé, et tout d’un coup qui devienne un Nina…. Pour désinformer les informations de l’opposition. Les analyses de Lefaso.net ne sont des jeux, mais des analyses qui cherchent des solutions pour faire avancer l’alternance politique et l’émergence du pays.

    Répondre à ce message

    • Le 13 janvier à 15:49, par Nina Poukame
      En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

      « Non, l’opposition ne veut pas la chute du régime Kaboré, elle s’oppose naturellement aux imparfaits du régime et veut les rectifier pour une bonne gouvernance. »
      Mon cher ami Ka, si tu es vraiment sincère, crois-tu que c’est en adoptant cette attitude partisane, comme cela ressort de sa déclaration, que l’opposition pourra rectifier les errements du régime en place ? Bien au contraire !
      Dans la situation actuelle de la crise du système éducatif, il n’était pas opportun de sortir une déclaration pour encourager une partie et condamner l’autre. Tu sais bien qu’une sortie de crise n’est pas possible si un des protagonistes campe sur sa position et refuse de faire des concessions tout en sachant pertinemment que tout ce qu’il revendique ne peut pas être satisfait ici et maintenant. L’on aurait félicité l’opposition si dans sa déclaration, il avait appelé chacun des deux protagonistes à privilégier le dialogue en vue d’une sortie de cette crise qui n’a fait que trop duré.
      Mon ami Ka, dites-vous que ceux qui émettent des avis contraires aux vôtres sont loin d’être des tarés et/ou des gens de mauvaise foi comme vous l’insinuez dans certaines de vos réactions.
      Comme vous aimez la transparence, est-ce que vous pouvez laisser aux internautes votre contact téléphonique afin que ceux qui désirraient poursuivre la discussion avec vous puissent le faire ?

      Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 13:43, par LEVERSER
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Soutien total aux enseignants ! tenez dur comme fer, seule la lutte libère. Il y a n’a qui se servent, ceux là ce sont les brouteurs de la republique ; on donne aux autres et a votre tour ils disent que y a pas les sous.Celui qui dort, c’est pour lui qui s’en va. Après viendra notre tour, nous les chômeurs.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 15:15, par Ka
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Nina Poukane : Madjer est disparu et laisse la place a Nina Pagamé dit Nina Poukane : Quand tu auras quitté ta coquille vide de multiples pseudos pour truander les internautes de bonne foi, et rester sur un pseudo ou de ton propre Nom, tu auras des autos critiques fondées de Ka. Pour toi tous les prétextes sont bons pour ne pas faire soi-même les efforts nécessaires de rester honnête, même pour ta propre personne ! Tu utilises tes multiples pseudos pour refuser de te remettre en cause face aux critiques fondées : Ce qu’on appelle un individu manipulateur qui se cache derrière un criminel en puissance.

    Monsieur Nina poukane alias Madjer-Nina Pagamé des pseudos qui tu utiles pour répondre à mes critiques fondées, ’’’’quand l’incapacité frappe à la porte de celui qui se dit plus malin que les autres, il jette l’anathème sur tout le monde.’’’’ Et comme j’ai toujours dit à des morveux comme toi le multiple pseudo pour cacher tes crimes, ‘’’’’’dans tous les cas, le vernis de tes mensonges finira par tomber un jour, c’est là qu’on découvrira une coquille vide qui se prend pour un escargot vivant.’’’’ Tu peux traiter Ka comme tu veux, mais je suis le même illettré dont tu le dit, et cela depuis plus de dix ans sur le Web sans être dévier de mon idéal d’être du côté de ceux qui se rangent aux côtés de la vérité et les opprimés. Je ne me cache jamais derrière plusieurs pseudos pour dire ce que je pense mets cela dans ta cervelle de poulet.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 16:56, par Mon oeil
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Pas de commentaire !Ce monsieur dit zeph est sadique ! un boucher qui veut trainer notre cher pays à abattoir pour l’unique satisfaction de ses intérêts égoïstes !il est pire que les putschistes !nous avons intérêt à le tenir à l’œil, à le surveiller constamment de près !

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 17:45, par faber
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Nous nous sommes convaincus du bien fondé de notre lutte, nous irons jusqu’au bout comme tous ceux qui ont lutté et obtenus gain de cause !!
    Que le gouvernement sache que notre détermination est sans faille.
    Maintenant l’opinion de ceux qui sont contre cette grève n’engagent qu’eux !

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 18:30, par Ka
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Bien avant Zépherin Diabré au pays des hommes intègres, l’opposition avec qui que ça soit à sa tête depuis la nuit des temps, a toujours soutenu la lutte des classes et leurs syndicats pour leurs intérêts naturels. Aucune opposition n’a pu dans notre pays depuis son indépendance déstabilisé un pouvoir légitiment élu, sans un soulèvement populaire a 100% voulu par le peuple. Malgré des mauvaises têtes qui comme celles de l’ancien régime qui entourent le chef de l’opposition qui est Zepherin Dabré, cette opposition est consciente qu’elle ne peut en aucun cas déstabiliser un régime élu démocratiquement. Je soutien cette action de l’opposition semblable à toutes les oppositions depuis l’indépendance de notre pays point barre.

    Monsieur Diabré Zèpherin sait parfaitement que le pouvoir s’arrache dans les urnes, d’ailleurs en homme politique averti, il a eu le courage a être le premier a aller félicité Roch Kaboré élu démocratiquement a plus de 50% par le peuple à cause de son programme présidentiel dont je suis parmi les votants : Pourtant ce dernier était l’adversaire du gagnant. Soutenir une opposition n’est pas soutenir un individu, mais les actions de cette opposition qui vont pour le peuple comme soutenir les enseignants et les syndicats qui font partis du peuple opprimé par une minorité de décideurs qui ne jouent pas la sagesse que de l’arrogance.

    Ma colère est que nos hommes politiques surtout nos ministres, ne font pas aucune preuve de sagesse pour suivre le peuple qui les a élus. Ils sortent avec des gants de boxeurs et par la force quand il y a a dialoguer sérieusement comme ce problème des enseignants.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 19:35, par Juste
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    L’opposition allait sortir grande de cette épreuve si elle cherchait à approcher les positions au lieu d’attiser le feu. Que Monsieur DIABRE sache que ses prises de positions ne font que révéler son vrai visage aux yeux des Burkinabê et il le payera cher un jour. Personne n’a intérêt en ce moment à un durcissement de la situation. Je ne suis ni pour le pouvoir ni pour les grèves mais pour nos pauvres enfants pris en otage ; dans une lutte il faut faire des concessions en ne négligeant pas les réalités du moment. A bien voir, toute cette classe politique n’a rien à cirer avec l’école locale de nos enfants ; le président de l’assemblée a certainement dit ce que chacun de ces messieurs fait pour ses enfants mais comme c’est lui qui l’a dit on s’accroche à cela pour une récupération politique. C’est donc sur un terrain politique que la lutte se mène en ce moment et Dieu seul sait si nos braves enseignants ne seront pas déçus.

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 19:36, par M nif
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    La vérité est que le pouvoir MPP a décidé de faire de la politique au lieu de travailler hors il se trouve que les Burkinabè de 2018 sont clairvoyants et ne veulent que du concret.
    Pire en 2 ans de pouvoir, les signaux sont ceux d’un pouvoir finissant, il ya la fronde sociale, il crée de l’extrémisme dans l’opposition modérée en cherchant leur destruction à tout prix tout en sachant qu’une opposition féroce dans l’ombre s’active, en interne on est unanime ça ne va pas, mais personne n’ose agir même pas le chef suprême...

    Que Dieu protège le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 19:40, par Curieux
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    M. Ka, comment avez su que c’est Madjer qui utilise le pseudonyme Nina Poukame ? Eclairer moi SVP. Merci Monsieur Ka pour votre vigilance.

    Répondre à ce message

    • Le 14 janvier à 16:14, par Ka
      En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

      Curieux qui que tu sois, sache que les morveux progénitures des cancres de l’ancien régime qui n’ont plus des privilèges, et souffrent a l’extérieure du pays, se vengent à leur façons sur le web en piégeant nous autres qui ont combattu avec nos critiques fondées contre le tripatouillage de l’article 37 pour une alternance voulu par une jeunesse saine du pays des hommes intègres. Depuis 2015 Ka comme Achille de Tapsoba, SOME, Anta, verité No 1 Trahison, et tant d’autres internautes de bonne foi sont dans les viseurs de ces morveux qui veulent saboter a tout prix l’alternance politique voulu par le peuple Burkinabé, et instauré la continuité qui n’a plus raison d’être.

      Comme un avocat venu des planètes des ovnis, pour réussir a leur sale besogne, il fallait d’abords avoir dans leur filet l’internaute le plus populaire qui est le Kôrô Yamyélé nationale.
      Pour cela ils ont commencé à l’amadouer en lui donnant virtuellement des galons et des critiques de gratifications hors normes jusqu’à ce dernier tombe comme une mouche dans leur filer. Ils ont eu ce Kôrô Yamyélé comme un pigeon, jusqu’à ce dernier oublie son idéale neutre de contribuer avec des critiques fondées suivi de son vécu qui vont au peuple et les opprimés. Il a même dédié une prière sacrée du Coran à un de ces manipulateurs le plus réputé nommé Madjer. Quelle honte et quelle bassesse !

      Comme j’ai dit dans une de mes critiques fondées, on n’a pas besoin d’être psychologue pour identifier un criminel en puissance du net comme Madjer aujourd’hui, demain Sapience, après demain Nina Poukane, et une seconde après Nina Pagamé. Car il guette les internautes de bonne foi, les pièges, et se met à les mentir soit qu’il est partisan du nouveau régime ou de l’opposition, ou amadouer son pigeon Kôrô Yamyélé même si ce dernier écrit deux phrases sur une analyse. Et il y va ainsi de sa tromperie.

      Pour reconnaître un manipulateur comme Nina Poukane alias Sapience-Madjer, Nina pagamé….., Je te demande de lire ma critique fondée sur la sortie du premier ministre Kaba intitulé ‘’’’’Crise du système éducatif : Il faut s’assurer que les avantages soient cohérents :’’’’’ Tu verras que ce manipulateur Nina Poukane croyait me piégé en répondant à ma critique fondée : Je lui ai répondu en internaute de bonne foi avec ma connaissance sur la lutte des classes au Burkina : Comme réponse il va immédiatement a une critique de mon ami Kôrô qui s’associe a ma critique fondée, en amadouant ce dernier et dire, ‘’’’que tout le monde doit écouter son Kôrô Yamyélé,’’’’ comme il le fait souvent pour nous mettre les bâtons dans les roues. Pourquoi j’ai connu que Madjer est Nina Poukane ? Depuis qui l’Imam à demander à mon ami Kôrô d’être raisonnable, on n’a plus vu aucune critique de Madjer qui inondait le forum, a la place c’est Nina poukane alias Nina pagamé. Merci de me lire.

      Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 09:28, par manning
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Rock a ouvert la boîte à pandore et doit assumer les conséquence. Il ne fallait pas procédé par tâtonnement pour recoudre l’affaire des uns au mépris des autres avec cette fameuse formule " les fonctionnaire ne sont pas les mêmes ".
    fonctionnant sous le même budget de L’État, tout les fonctionnaire devraient être régis par le même code de remémoration.
    maintenant si y’a des corps spécial, une seule indemnité spécifique a ce corps devrais leur être allouer. et cette indemnité ne doit pas aussi dépasse le salaire de base.
    Autrement ça sera de l’injustice et de la discrimination, donc une violation de la constitution.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 11:34, par Un citoyen Burkinabè
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    De ce que je constate du bras de fer entre les syndicats de l’éducation et le pouvoir, je suis conforté dans ma position selon laquelle la quasi totalité des Burkinabè sont dans la logique du ’’pourvu que moi je gagne. peu importe la manière et les conséquences pour les autres ’’ cela est constaté dans plusieurs situations : la vente des terrains hors lotissements au détriment des descendants, les détournements des deniers publics, la contrefaçon constatée dans de nombreux dans les secteurs de production, les faux et usages de faux, les cambriolages, les abus de confiances, l’utilisation des du matériel de l’Etat à des fins personnelles, la listes est bien longue. Tout ça parce que chacun voudrait amasser le maximum de biens même si les impacts pour autres burkinabè seront désatreuses.
    j’ai également remarqué que les gens ne tardent pas à utiliser les moyens peu orthodoxes pour arriver à leurs fins (au pouvoir ou à un poste donné). L’incendie des domiciles et biens publics, encouragements à la délinquance, l’instrumentalisation des jeunes, etc. Et les conseils que l’on veut suggérer et autrement est analyse selon l’angle que voudrait attaquer l’autre. Le
    N’oublions pas une chose importante : "Notre sécurité et notre bonheur dépendent de la sécurité et du bonheur des autres" a dit Harun Ghandy. Le malheur du Burkina Faso ne vient pas d’ailleurs ni de personnes que de nous-mêmes Burkinabè. Continuons à entretenir ce bras de fer. Nous aurons semé les graines de l’intolérance et de l’insouciance. je ne sais pas si certains ont un autre pays où ils pourront y vivre après avoir détruit celui-là. Nous récolteront tous, directement ou indirectement les conséquences, car tout ce que nous avons émis ou fait est toujours récupéré par le cosmos et nous retransmis sous formes de résultats, qu’ils nous plaisent ou pas.
    Donc, aux syndicats de ne pas exagérer dans leur situation de ’’ne pas bouger’’, car il a été promis de revoir la grille salariale dans son entièreté ; aux gouvernants de ne pas tenir non plus leur position sans geste et des propos qui fâchent.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 14:37, par NAWALAGUIMBA
    En réponse à : Crise du système éducatif au Burkina : « L’Opposition apporte son soutien aux syndicats de l’éducation et de la recherche » (Zéphirin Diabré)

    Je m’en voudrais de ne pas joindre ma voix au débats sur la grève des enseignants. En effet je ne comprends pas qu’au tour des enseignants de réclamer une amélioration de leurs conditions de travail et la revalorisation de la fonction enseignante entre autres, fasse sortir le loup des fourrés. je me pose les questions à savoir :
    1- depuis quand le PM a communiqué à la population le montant d’un accord conclus avec des syndicats ?
    2- pourquoi le PM ne nous communique pas combien a coûté à l’Etat l’accord avec les magistrats, la santé, les contrôleurs et inspecteurs de travail ?
    3- ceux qui nous gouvernent, leurs enfants se trouvent-ils dans l’enseignement ?
    Toutes ces questions me conduisent à dire que nos dirigeants ont du mépris pour le monde éducatif et ne croient pas à notre système éducatif et leurs enfants sont en dehors de ce système.
    sortir pour dire que nous allons vers une année blanche, je dirais au PM que ceux qui sont en lutte l’ont perçus avant lui et il ne leur apprend rien de nouveau.
    J’invite le PM et son équipe à se pencher sérieusement sur cette crise car elle touche toute les classes sociales sauf la leur. En effet lui et son équipe gouvernementale ne savent pas comment les autres souffrent pour payer la scolarité de leurs enfants parce qu’ils ont les moyens qui en vérité sont les notres.
    A bon entendeur, salut........

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés