« De la Haute-Volta aux Burkina-Faso », poème de Aboubacar Zerbo

mercredi 6 décembre 2017 à 16h45min

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 « De la Haute-Volta aux Burkina-Faso », poème de Aboubacar Zerbo

Autrefois, notre chère patrie était appelée la Haute-Volta, ses ressortissants étaient les voltaïques
Son hymne national était la « Fière Volta de nos aïeux », beau et sublimissime chant patriotique
Reflet de la fierté des voltaïques, leur sens de l’honneur, et leur espérance en un avenir héroïque.

Un sous-sol stérile, sol aride, climat rigoureux, végétation ingrate, tels étaient les handicaps de ce territoire
Qui, inexploitable selon l’Etat français, sera démantelé et partagé entre le Mali, le Niger et la Côte d’Ivoire,
Rayant ainsi la Volta de la carte du monde, les Voltaïques devenant des apatrides et des déchus de l’histoire.

Pourtant, le colonisateur était impressionné par la qualité intrinsèque des Voltaïques : leur sérieux au travail
Leur bravoure à la guerre et leur rigueur spartiate. Des qualités propres aux Hommes originaires de ce bercail.
Ce capital humain inestimable sera engagé dans les plantations de café, cacao, et surtout pour la pose des rails.

Durant les deux guerres, des tirailleurs sénégalais, la Haute-Volta a en livrés à la France le contingent le plus gros
Et le premier officier noir de l’histoire de l’armée française, était le téméraire Lieutenant Voltaïque, Issa BORO
Dont la bravoure léonine, la témérité, et le sens de la loyauté rappelaient ceux du Mogho Naba Boukary WOBGO.

Après la deuxième guerre mondiale, grâce aux fortes revendications des monarques et autres autorités coutumières
Et par reconnaissance à sa belle, brillante, et décisive participation à la victoire et à la libération du pays de Molière
La France reconstitua la Haute-Volta dans ses frontières de 1932, en 1947 ; ce fut le début d’une nouvelle ère.

Authentique et véritable Etat-Nation, zone tampon entre la forêt et le désert, belle perle de la civilisation nègre,
Vaste creuset d’une soixantaine d’ethnies qui se côtoyaient sans que jamais leur relation ne tourne au vinaigre,
La Haute-Volta est devenue depuis le 04 Août 1984, Burkina-Faso, littéralement, « le Pays des Hommes Intègres ».

En cinquante-sept ans d’indépendance, notre pays a connu six coups d’Etat militaires, deux insurrections populaires,
Deux guerres frontalières, plusieurs longues périodes de grèves et mouvements sociaux, des frondes de nos militaires
Mais jamais il n’a sombré dans la violence, la barbarie, la xénophobie, la guerre civile, et le repli communautaire.

Aujourd’hui, le Burkina Faso végète, ses finances peinent, son économie est morose et son état décolle la rétine
Les fonctionnaires grognent, les centrales syndicales fulminent, les élèves grèvent car vides sont leurs cantines
Mais, il se susurre que le champion de lutte Paul Kaba THIEBA a une bonne stratégie qu’il prépare en sourdine.

Les terroristes, ces fanatiques et extrémistes religieux consternent, outragent et suscitent un profond malaise
Ils défient et narguent l’armée du Général LAMIZANA, martyrisent nos frontières et ébranlent nos falaises.
Triste réalité qui taraude le président Roch, turlupine Simon et chagrine surement l’ex Chef d’Etat le Capitaine Blaise.

Vive la « Cité Antique » de la cavalière Yennega, de l’intrigante Poko et de l’intrépide Guimbi OUATTARA
Vive le « Berceau mythique » de Ouédraogo, Diaba LOMPO, Tiefo AMORO, Yendabri et du Naba YADEGA
Vive la « Haute-Volta » de Daniel Ouezzin COULIBALY, Maurice YAMEOGO, Jo-Weder, et Issouf CONOMBO
Vive la « Citadelle Imprenable » du Commandant-Médecin Jean-Baptiste OUEDRAOGO et du Colonel Saye ZERBO
Vive la « Volta » du Général BABA SY, Nazi BONI, Maître Titinga PACERE et du Professeur Joseph KI-ZERBO.

Vive le « Burkina Faso » du Mogho Naba BAONGO, du Capitaine SANKARA, Mba Missel d’Arba et Salif DIALLO
Vive la « Terre natale » de Blaise COMPAORE, Henry ZONGO, LENGANI, Valère SOME et de Laurent BADO
Vive la Patrie du Cardinal Paul ZOUNGRANA, El HADJ Aboubacar SANA et du Pasteur Mamadou KARAMBIRI
Vive la Terre de Smockey, Aristide BANCE, Mba Bouanga, Abdoulaye SOULAMA, des Bobodioufs Souké et Siriki.

Nous, jeunes burkinabé patriotes, descendants des braves voltaïques d’antan, soyons dignes du sacrifice de nos aïeux
Travaillons à bâtir le Burkina Faso, notre héritage à tous, le seul et unique pays que nous a donné le ROI des Cieux.
QUE NOTRE BON DIEU garde la belle et géniale jeunesse du Burkina Faso, et surtout, qu’IL la BENISSE,
Que sur les sommets de la réussite, sur le ciel de la prospérité et sur les cimes du bonheur, IL la HISSE,
Que tous les vœux les plus chers des jeunes filles et des jeunes garçons du Burkina, Il les ACCOMPLISSE.

Enfin, la suspicion, la psychose, les bruits de guerre et une bande de terroristes paralysent notre septentrion.
DIEU MERCI, une force militaire baptisée G5 Sahel a été initiée et montée par le Président Emmanuel MACRON,
Mais nous, jeunes burkinabés fiers, à jamais nous proclamerons : « la PATRIE ou la MORT, NOUS VAINCRONS.

Vive le Pays des Hommes Intègres.
QUE DIEU BENISSE notre Burkina Faso

Aboubacar ZERBO
Spécialiste en Management de l’Achat International
Et en Ingénierie Logistique.
wendin.aboubacar.zerbo@gmail.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés