Gratuité des soins au Burkina : Une rencontre en vue d’harmoniser les pratiques

mardi 5 décembre 2017 à 23h10min

Plus d’une année après la mise en œuvre des mesures de gratuité des soins au profit des femmes et des enfants de moins de 5 ans, il est apparu nécessaire d’asseoir cette politique sur des bases juridiques pour les prochaines années. Ce mardi 5 décembre2017, la Direction des établissements de santé a organisé un atelier à Ouagadougou. Objectif, valider les documents et les textes d’application relatifs aux mesures de gratuité des soins.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 Gratuité des soins  au Burkina : Une rencontre en vue d’harmoniser  les pratiques

Effective à l’échelle du pays depuis le 1erjuin 2016, cette mesure sociale, dont bénéficie 25% de la population, a été sous-tendue par l’approche « Doing par learning » (apprendre en faisant). « Cette approche a conduit à des résultats forts intéressants avec des acquis de bonnes pratiques qui ont été enregistrés et des leçons apprises » a noté Corneille Traoré, chargé de mission au cabinet du ministre de la santé. Puis de poursuivre : « L’équipe technique de suivi a réussi à élaborer un certain nombre de documents, que le ministère a estimé nécessaire de soumettre à l’appréciation de ses partenaires, afin que ces documents soient validés et puissent être soumis aux autorités compétentes pour amendement ».

JPEG - 67 ko
Dr Pierre Yaméogo, responsable de la mise en oeuvre de la gratuité des soins

Ainsi, selon le docteur Pierre Yaméogo, directeur des établissements de santé, par ailleurs responsable de la mise en œuvre de la gratuité des soins au niveau national, une dizaine de directives d’application ont été préconisées sur le terrain et des corrections ont été faites au cours de ces vingt mois d’application. Il est notamment question des textes sur l’harmonisation des tarifs dans les formations sanitaires. « C’est vrai que c’est l’Etat qui achète à la place du patient, mais les tarifs doivent être harmonisés dans les formations sanitaires » a expliqué Dr Yaméogo. Des directives ont été également prises en matière de contrôle d’effectivité de la politique de gratuité des soins.

Là, il s’est agi de redéfinir les documents que les acteurs doivent s’approprier sur le terrain en matière de dispositif de contrôle du niveau d’effectivité. Il est aussi question de la stratégie de mise en œuvre. « Un troisième groupe de documents est en rapport avec la stratégie elle-même, parce qu’initialement, nous avons un document de stratégie avant la mise en œuvre et ce document de stratégie doit être mis en œuvre à travers cette rencontre » a indiqué le responsable de la mise en œuvre de la gratuité des soins.

« C’est en complément de ce qui a été déjà fait »

JPEG - 52.7 ko
Corneille Traoré, chargé de mission au ministère de la santé

A entendre le directeur des établissements de santé, ce second exercice vise à donner du tonus à l’harmonisation des pratiques en matière de gratuité de soins. Et d’ajouter qu’il n’a pas été question de mettre la charrue avant les bœufs. « Le travail a été bien fait avant la mise en œuvre. Nous avons eu quatre semaines de réflexions entre tous les acteurs, mais c’était des documents provisoires en fonction de la mise en œuvre. Si vous prenez un arrêté et que sur le terrain, vous vous rendez compte qu’il y a des corrections (…), c’est ça qu’on a remplacé par des directives d’application (….) » a-t-il signifié.

A l’issue de cette rencontre de deux jours, les différents acteurs intervenant dans la politique de gratuité de soins espèrent définir de façon consensuelle, le contenu des textes juridiques et d’application de la politique nationale de gratuité des soins.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 6 décembre à 09:54, par Alpha
    En réponse à : Gratuité des soins au Burkina : Une rencontre en vue d’harmoniser les pratiques

    Bonjour, juste pour attirer l’attention des décideurs, de revoir la politique de gratuité des soins au profit des femmes en ceinte et les enfants de moins de cinq ans car cette gratuité profite plus à certains agents de santé que les malades. En effet, tu arrives la nuit dans un centre de santé avec ton enfant fébrile, après consultation, l’agent de santé te dit qu’il y a rupture de produit au niveau du dépôt mais lui (elle) a son niveau a le produit, bien-sur contre paiement d’une somme de 1000 F CFA, et une petite ponction est faite puis injecté a l’enfant. Ou est ce que ces agents gagne ces produits ? C’est la question légitime que je me pose.
    A la descente de garde, des sous se partagent entre agents de santé et gestionnaire de dépôt MEG.
    Certains agents de santé s’enrichissent sous le dos de parents d’enfants malades dans la misère.
    Vous pouvez faire des enquêtes pour voir ceux qui vont tomber dans les filets.
    Sans rangeur !

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre à 11:42, par Noraogo
    En réponse à : Gratuité des soins au Burkina : Une rencontre en vue d’harmoniser les pratiques

    POUR COMPLÉTER LES PROPOS DE ALPHA, ON VOUS DIT QU’IL N’Y A PLUS DE PRODUITS MAIS LE NUMÉRO QUI DONNE DROIT A CES PRODUITS EST ENREGISTRE DANS LE REGISTRE DE LA FORMATION SANITAIRE AVEC LA MENTION « SERVI ». AINSI LE GOUVERNEMENT NE COMPREND PAS QUE DES MILLIONS D’ENFANTS AIENT BÉNÉFICIE DE LA GRATUITE MAIS QUE LA POPULATION CONTINUE DE SE PLAINDRE. ALLEZ-Y VOIR DANS QUEL PAYS NOUS SOMMES MAINTENANT.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre à 12:39, par Bognini Nazidouma
    En réponse à : Gratuité des soins au Burkina : Une rencontre en vue d’harmoniser les pratiques

    Quelquefois on ne voit pas l’importance de l’existence de textes pour la mise en application de décision politique, cet atelier doit baliser la mesure. inquiétude néanmoins sur la fixation des couts qui ne peuvent être les mêmes partout.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre à 13:31, par T. N.
    En réponse à : Gratuité des soins au Burkina : Une rencontre en vue d’harmoniser les pratiques

    Merci beaucoup et surtout du courage à tous ceux qui œuvrent dans le but de soulager cette frange de la population (femmes et enfants). Cependant, nous qui sommes sur le terrain (femmes et mères), nous demandons à Dr Yaméogo et à son équipe de bien ouvrir l’œil et le bon sur ce qui se passe pour vous assurer que les produits prescrits aux femmes accouchées et qui ont la permission de retourner chez elles leur sont effectivement remis.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre à 14:21, par T. N.
    En réponse à : Gratuité des soins au Burkina : Une rencontre en vue d’harmoniser les pratiques

    Merci beaucoup et surtout du courage à tous ceux qui œuvrent dans le but de soulager cette frange de la population (femmes et enfants). Cependant, nous qui sommes sur le terrain (femmes et mères), nous demandons à Dr Yaméogo et à son équipe de bien ouvrir l’œil et le bon sur ce qui se passe pour vous assurer que les produits prescrits aux femmes accouchées et qui ont la permission de retourner chez elles leur sont effectivement remis.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés