Yé Lassina Coulibaly : Le pari de la renaissance culturelle de Bobo-Dioulasso

lundi 4 septembre 2017 à 23h48min

Contribuer à la redynamisation et à l’essor des musiques traditionnelles à Bobo-Dioulasso, tel est le crédo fondamental, le fil d’Ariane qui traverse comme un fil rouge le parcours artistique de Yé Lassina Coulibaly, artiste, homme de culture aux talents multiples et avant tout un humaniste.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Yé Lassina Coulibaly : Le pari de la renaissance culturelle de Bobo-Dioulasso

Son savoir musical puise ses racines dès la tendre enfance, dans la cosmogonie animiste, puis aux sources des musiques, danses et contes initiatiques de la sous-région, particulièrement de Bobo-Dioulasso, ville connue pour sa vitalité artistique et culturelle.

Yé Lassina Coulibaly s’est imprégné des expériences des principales troupes de danses et musiques traditionnelles qui ont essaimé dans les différents quartiers de la ville au cours des années 1970 jusqu’en 1987, notamment : les ensembles et orchestres Kouledafrou, Molo, Tidiane Coulibaly, Amadou Ballaké, Madou Koné, les frères Keita, Ensemble instrumental de Radio-Bobo avec Idrissa Sanou...

En tant que directeur artistique, Yé Lassina Coulibaly a collaboré avec de nombreux artistes issus d’univers musicaux différents (musique électroacoustique, baroque, jazz, rock, chanson) : Michel Portal, Gérard Hiéronimus, Bertrand Renaudin, André Serre-Milan, Michel Moglio, Manu Dibango, Salif Keita, Francis Bébé...

Bien qu’animé par une grande curiosité et une dynamique d’ouverture, Yé Lassina Coulibaly
reste cependant toujours fortement ancré aux rythmes et sonorités des instruments traditionnels mandingues (balan, djembé, doumdoumba , tama , kora , etc …).

Pédagogue, il sait transmettre avec passion et humilité ses enseignements des danses et expressions corporelles africaines et rythmes des percussions, à des stagiaires et élèves de divers horizons, en France et d’autres pays d’Europe (Espagne, Italie, Suisse, Norvège, Allemagne, Pays-Bas, etc …).

Une facette importante de sa personnalité réside dans sa longue expérience de musicothérapeute.
Depuis 1987, en collaboration étroite avec des psychologues et des psychiatres de l’hôpital George Sand de Bourges et d’autres institutions spécialisées dans le domaine du handicap (Gédhif, Foyer d’adultes autistes) , il permet à des jeunes ou des adultes en difficultés de s’ouvrir au dialogue, de s’intégrer à un groupe, de progresser dans leur autonomie, et surtout il leur apporte du plaisir et de la joie.

Ses compétences sont largement reconnues par les professionnels de la santé mentale, car il associe harmonieusement à sa pratique musicale une réflexion sur la transmission des énergies vitales que procurent les sonorités et les rythmes aux jeunes impliqués dans une démarche de soins.

Auteur-compositeur-interprète prolifique, Yé Lassina Coulibaly a réalisé 9 albums tous empreints de dimension créatrice sous des labels de production variés : Buda Musique, Cinq Planètes , Radio-France. La distribution a été assurée par les sociétés suivantes : Harmonia-Mundi, L’autre Distribution, Rue Sthendal , Universal. Un de ses albums a fait l’objet d’une distinction et un prix : Coup de coeur de l’Académie Charles Cros.

Musicien de scène, Yé Lassina Coulibaly a conquis de nombreux publics en Afrique comme en Europe, avec les prestations de grande qualité esthétique de son Ensemble Yan Kadi Faso. Cet ensemble musical puise la sève nourricière de ses créations dans le trésor des mélopées diversifiées de l’Ouest et Sud-Ouest du Burkina Faso. Les instruments tels que le balan (le xylophone), le djembé , le doumdoumba , la flûte traversière, le violon, deviennent sous la direction artistique de ce musicien hors pair, des sources de mélodies envoûtantes et de messages sur la vie sociale quotidienne , les valeurs humanistes cardinales des sociétés , les espoirs et aspirations au bonheur et à la paix en Afrique et dans le Monde.

Ses qualités artistiques, son esprit d’ouverture ont permis à Yé Lassina Coulibaly de tisser des liens avec des acteurs culturels (Patrick Le Mauff, Philippe Krümm, Gilles Fruchaux, Jean-François Dutertre, Jean-Patrick Hélard, Jean-Paul Gautier, Françoise Gründ, Chérif Khasnadar, Bruno Letort, Michel Pobeau), des institutions, des associations et organisations de la Société civile. Citons entre autres ses multiples contributions aux spectacles culturels de l’Association des Etudiants Burkinabe en France (AEBF), l’Union des Associations Burkinabè en France (UABF) , la Maison d’Afrique Noire (MAN) à Bordeaux fondée par le professeur Sory Camara, Festival Cinémas d’Afrique à Angers , Maison des cultures du monde, Jeunesses musicales de France, Kultur fabrik à Luxembourg, etc …

Il a, depuis 1987, toujours répondu aux diverses sollicitations de l’Ambassade du Burkina Faso à Paris pour apporter sa touche musicale aux manifestations culturelles de célébration nationale. Aujourd’hui, Yé Lassina Coulibaly ambitionne de contribuer activement à la valorisation du riche patrimoine artistique et musical de Bobo-Dioulasso. Il s’agit d’un travail de recherche auprès des pionniers des ensembles de musique traditionnelle encore en vie, d’une collecte des sons et rythmes, et d’une démarche de création fondée sur la connaissance profonde des cultures locales.

Sa longue expérience, son abnégation et son engagement pour la promotion des cultures, son sens élevé de la transmission pédagogique constituent indubitablement des atouts pour relever ce défi : la renaissance des musiques et danses traditionnelles à Bobo-Dioulasso.

La culture devient ainsi un levier important pour des activités professionnelles pour les jeunes et le développement socio-économique .

Dragoss OUEDRAOGO
Correspondance particulière

Pour toutes informations et références complémentaires, consulter le Site officiel : www.yelassina.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 septembre à 23:00, par zimm
    En réponse à : Yé Lassina Coulibaly : Le pari de la renaissance culturelle de Bobo-Dioulasso

    Du courage Yé Lassina Coulibaly, il faut une vraie renaissance Economico-Culturelle de ma ville natale de Bobo-Dioulasso. Mes parents me racontaient que dans les années 50 et 60 il faisait BON vivre à Bobo !

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 08:23, par CISSE
    En réponse à : Yé Lassina Coulibaly : Le pari de la renaissance culturelle de Bobo-Dioulasso

    Pour la renaissance culturelle de la ville de Bobo-Dioulasso, l’expérience de Yé Lassina Coulibaly évoquée dans cet article, c’est un message lancé à tous les amoureux du Burkina-Faso, particulièrement de la ville de Bobo. Je connais monsieur Yé Lassina Coulibaly depuis ses débuts à Bobo et son engagement pour valoriser la culture burkinabée. Je confirme son sérieux, son professionnalisme et ses compétences pour qu’il puisse vraiment donner un coup de main à la ville de Bobo, mais il me semble que sans le soutien des acteurs économiques, des acteurs culturels et des mécènes c’est mission impossible... Je salue cette démarche volontaire de sa part et lui souhaite pleine réussite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés