Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut façonner l’argile pendant qu’elle est molle.» Proverbes zoulou

Démocratie et Développement : Déclaration de Ouagadougou

A l’initiative du président Blaise Compaoré du Burkina Faso, s’est tenu les 14, 15 et 16 octobre 2007 à Ouagadougou, un Colloque international sur la démocratie et le développement en Afrique.

Ont pris part à ce dialogue, des représentants de partis politiques, d’organisations de la société civile, des milieux de la science et de la culture, venus d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Asie et d’Europe.

- Analysant la situation socio-économique et l’état de la démocratie dans les pays d’Afrique, les participants, après avoir salué les efforts déjà accomplis, se sont interrogés sur :

- le déficit démocratique qui se traduit notamment par des atteintes répétées aux libertés fondamentales, le non respect des droits de l’homme, la participation insuffisante des populations aux prises de décisions ;

- l’ état de sous-développement profond caractérisé par des structures socio-économiques de production, de transformation et de distribution très peu performantes, et par un faible développement des secteurs sociaux comme l’éducation, la santé, l’eau, l’assainissement, l’énergie et les infrastructures de transport, le logement.

Les participants, _conscients que la démocratie est un système qui favorise la participation de l’ensemble de la société, dont les femmes et les jeunes en particulier, aux prises de décisions à tous les niveaux ;

- conscients que le développement ne peut être restreint à la croissance et qu’il doit prendre en compte l’ensemble des progrès économiques, sociaux et culturels qui concourent à l’épanouissement de l’individu et à la préservation de l’environnement, auxquels aspirent les peuples d’Afrique ;

- convaincus que la démocratie et le développement doivent dans le contexte actuel du continent africain se renforcer mutuellement et que la meilleure voie pour les peuples d’Afrique de prendre leur destin en main est de faire de cette complémentarité un credo prenant en compte les spécificités de chaque société ;

- convaincus également que l’option pour un développement dans la démocratie promeut l’égalité, la participation de tous, favorise l’émancipation de la femme et ouvre aux jeunes de réelles opportunités d’insertion ;
. convaincus enfin que l’option pour un développement dans la démocratie est une garantie pour la paix et la stabilité, sans lesquelles aucune action de développement ne peut être envisagée dans la durée ;

Ont, à l’issue d’une large concertation, dégagé un consensus minimal sur la démocratie et le développement, autour duquel ils appellent les Etats Africains à s’engager, dans une démarche solidaire et dynamique, en vue de la renaissance de l’Afrique.

Ce consensus est articulé autour d’une plate-forme en douze (12) points ci-après :

1. Reconnaissance et garantie de toutes les libertés fondamentales dans tous les Etats du continent ;

2. Instauration de régimes constitutionnels, comportant un mécanisme de régulation et de correction de leurs propres dysfonctionnements, le tout librement accepté par les populations comme base légale de l’exercice du pouvoir d’Etat ;

3. Reconnaissance du système multipartiste dans tous nos Etats et institution d’élections libres et transparentes comme mode de dévolution du pouvoir ;

4. Rejet de toutes les formes d’exclusion, notamment la gestion clanique, ethnique et tribale du pouvoir d’Etat et refus de tous les conflits armés ;

5. Engagement collectif et solidaire pour l’annulation de la dette africaine en réalité indue, comme l’une des mesures d’équité et de réparation des multiples préjudices subis par le continent ;

6. Engagement collectif et solidaire pour une adaptation des programmes économiques avec les partenaires au développement aux réalités des Etats africains, en accordant une priorité au développement social et aux infrastructures ;

7. Engagement collectif et solidaire pour l’établissement de règles du commerce international plus équitables susceptibles de favoriser le développement en Afrique ;

8. Création, au sein des structures d’intégration régionale, d’un cadre global de concertation sur les migrations ;

9. Reconnaissance des droits politiques et économiques de la femme africaine et établissement de programmes spécifiques pour la promotion de la jeune fille et de l’enfance ;

10. Elargissement des opportunités de création d’emplois décents sur le continent au profit des jeunes notamment par la promotion des technologies de l’information et de la communication ;

11. Engagement pour la promotion de la société civile pour fortifier les bases du dialogue politique et la lutte contre la corruption ;

12. Adoption et mise en œuvre de programmes ambitieux pour la défense et la promotion de l’environnement dans le cadre d’un développement durable.

Les participants au Colloque international de Ouagadougou sur la Démocratie et le développement, sollicitent Son Excellence le Président Blaise Compaoré du Burkina Faso, pour être leur porte-parole auprès de la Commission de l’Union Africaine, afin que le présent consensus soit traduit en résolution et adopté au prochain sommet des Chefs d’Etat.

Fait à Ouagadougou, le 16 octobre 2007

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés